6925

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 12 mars 2015
Sa note : 17/20

LINE UP

-Jerome
(chant)

-Will
(guitare)

-Marc
(guitare)

-Johan
(Basse)

-Syl
(batterie)

TRACKLIST

1) Ritual Time
2) We Harvest What We Sow
3) Belated Revenge
4) Chronicle Of A Decline : Perversions
5) Chronicle Of A Decline : Obsessions

6) Unconsciously
7) With His Fate
8)
Untolerance To Frustration
9) Nightmarish Collapse
10) The Suffering Remains
11) Travel To See

DISCOGRAPHIE


Recueil Morbide - Morbid Collection
(2015) - brutal death - Label : Great Dane Records



Il existe des groupes trop peu connus (hélas) qui poursuivent leur chemin musical sans demander quoi que ce soit. La route est longue mais un travail sincère et de qualité finit toujours par payer. Recueil Morbide nous revient avec un nouvel album et ne perdons pas de temps : tout en puissance et qualité . Espérons que celui-ci outil soit enfin de reconnaissance globale.

C'est que le groupe existe depuis 2000 et sort ici son cinquième album. Quand on sait aussi qu'un certain Julien officiant maintenant chez Benighted y a poussé la chansonnette on peut encore se demander pourquoi le groupe est si peu exposé. Le premier album, sorti en 2006, avait posé de gros espoirs sur le groupe qui avait réussi peu ou prou à chaque sortie à au moins faire aussi bien. Le death français dans les années 2000 est en pleine explosion et faire son trou n'est pas simple. Là où Benighted et les collègues belges de Aborted sont maintenant référence, certains peinent à tort encore à ce jour alors qu'une revue rapide de la disco ne présente pas de faux pas.
Pourtant un simple passage de "Ritual Time", l'opener  de l'album n'a rien à envier aux morceaux  des autres combos précités. La précision de la composition fait baver de plaisir et de « goremandise » sur les trois quart d'heure à venir. A commencer par une production pleine de promesses où toute l'instrumentation est parfaitement équilibrée et accueille justement les grunts et slams du chanteur. Quelle grande équipe d'origine montbéliarde, région bien connue pour sa grosse saucisse, le riffing de ce brutal death s'en trouve magnifié ! (cette phrase n'a aucun sens mais décrit parfaitement le propos),  quelle boucherie agréable ! Ce tranchage de corde façon saucissonnée (par exemple sur les deux "Chronicle Of A ...") écrit violemment toute la mélodie et sans temps mort. Autre point fort : on met souvent en avant, pour du brutal death, une batterie ultra présente et très technique : Ô que oui ici aussi ! le 'sieur Syl déroule et enroule du blast , du rouleau et de la double avec une impression de facilité hallucinante. Le tout enrobé d'une basse pas si discrète et les variations et arrangements sur les changements de rythme ou changement de tempo sont très bien réalisés et justes.
Alors quand tout roule de cette façon on peut s'arranger des codes du genre et pourquoi pas sortir même quelques lignes de chants clairs ("Whith His Fate") ! Et Ô purée (ça s'accompagne bien avec la saucisse) quelle délice!  Même le plus charognard des « bruteux » du genre se laissera attraper par les quelques passages : prendre de l'amplitude sur les vocaux qui s'étalent sur presque quatre registres du growl standard au slam baveux accompagné tantôt de son fidèle crapoteux, tantôt, comme vu à l'instant de ces éclairs de chant purifié. Comptez ainsi franche la baffe reçu sur ces onze titres avalés d'une traitre. Des titres comme "Untolerance To Frustration" ou "We Harvest What We Sow" parmi les plus courts sont aussi probablement les meilleurs portes drapeaux du groupe et une solide base pour l'avenir même si les compos allongées sont également très bien ficelées. 


OUCH ! Que dire ? qu'on tient déjà ici le meilleur album de brutal death pour cette année 2015 ? C'est peut être aller vite en besogne mais disons haut et fort, gueulons, hurlons , growlons que ce Recueil Mordide avec cette cinquième pièce ajoutée à leur Morbid Collection de discographie tape très fort et mérite à présent de se faire connaitre à juste titre. La collaboration avec Great Dans Records les aidera peut être c'est tout le bien qu'on leur souhaite. En tout cas un album à se procurer les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1