6295

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 16 décembre 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Tyko Saarikko
(chant+piano+presque tout...)

-Ilmari Issakainen
(batterie+chant+guitare+presque tout...)

-lkka Salminen
(chant+guitare+basse+autres...)        

-Eleonora Lundell
(violon+violoncelle)



TRACKLIST

1) Hallavedet
2) Hiljaiseksi Lampi Jää

DISCOGRAPHIE

Kertomuksia (1997)
Hallavedet (1998)
Maaäet (2006)
Saivo (2011)

Tenhi - Hallavedet
(1998) - folk ambient calme et obscur - Label : Prophecy Productions



Il ne sera point question d'un album pour cette fois. Mais d'un retour aux racines. Ou presque. Pour l'heure, et avec l'idée incongrue de boucler, à terme, la discographie complète des Finlandais, c'est Hallavedet qui occupe notre attention. En route, donc, pour une ballade qui n'ira pas sans évoquer Kauan, le premier album, en tant que tel, de Tenhi. 

Evoquer Kauan semble une nécessité car "Hallavedet", le morceau-titre, apparaît ici sous sa première mouture, et on le retrouvera plus tard (en 1991, soit une petite année seulement après cet EP), sur Kauan. La chronique du jour permet donc, d'une, d'anticiper sur Kauan, de deux, de s’appesantir un peu plus en détail sur quelques morceaux de ce dernier. Comme ça. Au détour d'un dimanche soir qui doit bien finir par se passer, d'une manière ou d'une autre. Et voici notre affaire : "Hallavedet", le morceau, est typique du « Tenhi ancien ». Point que la différence avec le « Tenhi nouveau » soit énorme, mais tout de même, elle est notable. Sur ce morceau éponyme, la vie foisonne encore et les instruments se répondent les uns les autres, bien loin du minimalisme d'un Saivo. La batterie est encore bien présente à l'époque, ainsi que la notion de rythme. Le ton oscille entre la mélancolie d'une nature sauvage et la joie d'un rassemblent folklorique. C'est que, perdu entre ces « clavier-accordéon » et autre flûtiau boisé, on se sait forcément quelque part, en bonne compagnie, mais surement pas chez soi. Notre affaire est dépaysante, pour le moins. Minuit. Autour d'un lac Finlandais. Autour d'un feu de camp.  
Ce ton - et ces images d'un pays inconnu - ne change guère sur le plutôt positif (et là, accrochez vous) "Hiljaiseksi Lampi Lää" (que l'on ne retrouvera pas plus avant dans la discographie de Tenhi, d'où l’intérêt de prendre Hallavedet à part), qui, bien que débutant d'une manière enjouée et presque virevoltante, tourne rapidement à l'étrange, voire au bizarre. Tandis que le clavier aplatit de biens fantomatiques lignes mélodiques, un maître-parleur nous susurre quelques mots qui ne seront pour nous que de bien farfelues sonorités. On s'y habituera sur Maaäet,
quelques années plus tard. Aussi bref qu'agréable, l'EP Hallavedet permet déjà de dévoiler c'est ce qui fait le charme de Tenhi : cette impression d'être au coin du feu, dans un environnement chaleureux, mais tout ça loin, très loin du monde qui vrombit toujours un peu trop dans nos quotidiens. Dans un lieu où la compréhension passe avant tout par la musique, par l'ambiance. Par un quelque chose de mystique. 

Un peu court pour présenter un véritable intérêt,  Hallavedet est très judicieusement réédité sur la compilation Folk Aesthetics 1996-2006 (aux cotés de Kertomuksia, d'Airut:Ciwi et d'autres raretés). Un bel EP, donc, concis, encore folklorique, rythmé et relativement classique, qui porte en lui une bonne partie de ce que deviendra Tenhi par la suite. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4