6200

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 14 octobre 2013
Sa note : 15/20

LINE UP

- Dave Brockie "Oderus Urungus"
(chant)

- Brent Purgason "Pustulus Maximus"
(guitare)

- Mike Derks "Balsac the Jaws of Death"
(guitare)

- Jamison Land "Beefcake the Mighty"
(basse)

- Brad Roberts "Jizmak Da Gusha"
(batterie)

- Guests*

TRACKLIST

1) Intro
2) Madness at the Core of Time
3) Bloodbath
4) Nothing Left Alive
5) They Swallowed the Sun
6) Torture
7) Raped at Birth
8) I, Bonesnapper
9) Mr. Perfect
10) Battle Maximus
11) Triumph of the Pig Children
12) Falling
13) Fly Now

DISCOGRAPHIE


GWAR - Battle Maximus
(2013) - punk thrash metal Pestacle Vivant - Label : Metal Blade Records



Parce que le groupe offre des expériences concerts inoubliables, arrosées et digne du théâtre  (finalement la comédie musicale a toujours été vivante avec Gwar), on a malheureusement toujours tendance à mettre la musique de ces derniers au second plan. Alors, même si quelques albums ont été ratés, dont le précédent Bloody Pit Of Horror, les talents de la troupe d' Oderus sont avérés. Preuve en est cet album réussi et très agréable qui donne de suite envie d'enfiler son ciré jaune pour aller chanter sous la pluie de sang des vilains scéniques.

L'album est présenté comme 
 un hommage à Flattus Maximus, qui a quitté la Terre et est retourné dans son cosmos pour poursuivre sa glorieuse destinée il y a maintenant deux ans. En langage terrien, on parlera du décès de 
Cory Smoot en Novembre 2011 qui tenait le rôle depuis 2002. Il reçoit du coup l'arrivé de Pustulus Maximus en remplacement (AKA Brent Purgason issu d'un autre groupe surprenant dans son genre : Cannabis Corpse). Le disque est une nouvelle fois produit par Glen Robinson qui officie sur plusieurs albums. La longue intro renvoie au génial débile du groupe et même pour qui ne maîtriserait pas l'anglais parvient à comprendre quelques bribes de l'histoire loufoque du Gwar où un méchant Mr. Perfect vient mettre la grouille dans notre joli monde en paix. Commence alors l'album sur "Madness at the Core of Time" qui nous réconcilie directement avec le groupe. Gwar tape dans le registre qu'il maîtrise le mieux: une espèce de thrash très entraînant avec des refrains chantés façon punk dansant. Superbe départ !

La voix d'Oderus, reconnaissable entre mille, est vraiment atypique et colle parfaitement à la musique proposée. Le nouveau guitariste semble déjà faire partie du groupe depuis la création de l'univers. Le "Bloddbath" suivant, choisi comme premier extrait promo de l'album avant sa sortie sent également le thrasho-mosh-punk à souhait et donne envie de danser une bonne bourrée avec des sabots cloutés. Le refrain est imparable et superbement produit. Au bout d'une intro et deux titres, l'oreille jouit et saigne de joie. En route pour la suite de la débauche. "Nothing Left Alive" et sa double alourdissent l'album mais les changements de rythme et les vocaux, très carrés mine de rien, font du titre un bon passage -un peu nouveau d'ailleurs pour le groupe. L’infâme "Raped at Birth" sera d'ailleurs du même acabit et sans consensus (le choix des mots alors !). Ces nouveautés seraient elles d'ailleurs la marque de fabrique de l'album ? Peut-être car même Bonesnapper a droit de se plaindre et de chouiner  sur sa chanson "I,Bonesnapper" au tempo rapide et saccadé (Penserait-on au faux rap de Anthrax dans "I'm the man" ?).

"Mr Perfect" nous invite à imaginer directement le concert et chacun y va de son petit délire de massacre. La musique reste fortement liée à l'iconographie du groupe. Le reste de l'album nous régale de l' instrumental "Battle Maximus" ,titre réellement hommage et qui, même si a priori peu technique, offre de sacrés solos bien torpillés. Trois minutes trente-neuf à coller dans un blind test pour faire reconnaître difficilement le Gwar! Les invités sont nombreux et le titre boucle la boucle de Flattus Maximus, qui nous manquera tous (surtout son apport technique au fil des albums) même s'il  reste intelligemment remplacé. La fin de l'album distribue de plus ou moins bon titres, mais quelques refrains bien trouvés que l'on imagine parfaitement dans un concert avec les méga hits "Gor Gor" ou "Penguin Attack", tel un "Triumph of the Pig Children", ou "Falling". Quoi de mieux qu'un enfant cochon après une attaque de pingouin franchement ?! A retenir enfin "They Swallowed the Sun", proche des cinq minutes qui pourrait clôturer une setlist avant, voire même après, les rappels avec son refrain chantant. Gwar a (re)conquis son monde !

Maximus est mort , vive Maximus. Le treizième album des fou-dingues de Gwar est une vraie réussite et nous renvoie directement aux chef-d'oeuvres du groupe. Entre un Scumdogs of the Universe ou un plus récent Beyond Hell. Une nouvelle ère s'annonce sous les meilleurs auspices, vivement la tournée et la reconnaissance toujours plus prononcée de la musicalité d'un groupe atypique qu'on découvre d'abord pour le spectacle et ensuite pour sa musique. A Gwar et à manger, voilà tout ce dont le peuple a finalement besoin.


*Guests :
- Bob Gorman (Bonesnapper) (chant sur "I, Bonesnapper")
- Zach Blair (Splattus Maximus) (guitare sur "Intro", "Bloodbath", "Torture", "Raped at Birth", "Battle Maximus","Falling")
- Todd Evans (Skookum Maximus) (guitare sur "Battle Maximus")
- Ol Drake (Twatticus Maximus) (guitare sur "Battle Maximus")
- Mark Duane Morton (Tyrone Der Teufel) (guitare sur "Battle Maximus")




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2