5787

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 09 février 2013
Sa note : 17/20

LINE UP

-Mannevond
(chant+guitare)

-Kvass
(guitare+basse)

-Jonas aus Slavia
(basse+guitare)

-Fordervelse
(batterie)

TRACKLIST

1) Fortapelse I Svovel og Helvetesid
2) Kaosmanifest
3) Koldbrann
4) Liturgi I Dissonans
5) Fra Allfars Veg
6) Korpus Sepsis
7) Den Endelige
8) Phlegetons Bredder
9) Inkvisitor Renegat

DISCOGRAPHIE


Koldbrann - Nekrotisk Inkvisition
(2003) - black metal - Label : Independent



Le carton est là ? Posez-le donc au fond à côté de la batterie, en espérant que cet idiot de cogneur en chef ne le confonde pas avec sa caisse claire. C'est probablement ce qui a dû se passer lors de l'enregistrement de Nekrotisk Inkvisition. L'heure est à la blague et pourtant... ce détail si important va pourtant venir dérégler cette belle mécanique. On croit rire, et pourtant...

Koldbrann va délivrer un premier album aisément qualifiable parmi les plus grandes réussites des premiers albums de black metal de l'Histoire. Oui, on inclut De Mysteriis Dom Sathanas, In the Nightside Eclipse et consorts. Car ce que Koldbrann réalise là avec Nekrotisk Inkvisition est tout simplement phénoménal. En reprenant absolument à la lettre tous les préceptes du genre, les respectant de A à Z et, ce faisant, ne sortant absolument pas des sentiers battus (si, une magnifique guitare sèche est de sortie sur "Den Endelige"), il va exploser le monde du black metal. La recette est diaboliquement simple. Prenez un son d'un froideur totalement glaciale et repoussante, le sordide n'est jamais loin et probablement toujours en plein dedans. Ajoutez un chant étouffé mais violemment crié via le raclage si caractéristique. Eclatez tout ça avec des compositions suintant le satanisme virulent de tous leurs pores, des riffs pervers et frigorifiques qui viendront alimenter le mal-être qui sévit dans le crâne de tout un chacun.
Voilà pourquoi Koldbrann fait très très mal avec ce premier album. Une réussite absolue dans un genre confiné. Une perle de noirceur macabre qui plantera lentement et presque subtilement ses graines de discorde pour vous mettre dans un monde sans espoir. Nous voici arrivés à mi-chemin d'une dithyrambe sans avoir encore mentionné le carton qui sert de batterie. Oui, la caisse claire est dégueulasse, et pourtant... Elle s'incorpore tellement bien dans ce son indigent et boursouflé de saturation, on respire la forêt et l'organique ici, donc non, elle ne fait pas mal aux tympans. De plus, elle délivre une partition impeccable faite de blast beat, de break et de mid tempo qui accompagne en diable les riffs assassins qui parcourent le disque. Des influences ? Environ toute la Norvège du début des années 90 et également l'Impiety de Asateerul Awaleen. Le concert de louange qui vient de s'abattre doit-il trouver une fin ? Probablement que oui mais cette chronique en fera l'économie. Entendre un black metal d'une telle pureté n'est pas donné à beaucoup de groupes alors autant qu'il soit salué à son injuste démesure.


Il n'y a alors plus rien à dire ou redire si ce n'est se paraphraser. Nekrotisk Inkvisition est un total indispensable, sans galvaudage aucun, pour toute personne pour qui le black metal est plus que des instruments : un monde, une atmosphère ou une frénésie mentale. Évidemment imperméable pour les autres, mais c'est bien l'avantage de verser dans l'élitisme, on peut se foutre royalement des autres.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3