5382

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 26 août 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Ola Lindgren
(guitare+chant)

-Mika Lagrén
(guitare)

-Tobias Cristiansson
(basse)

-Ronnie Bergerståhl
(batterie)

TRACKLIST

1) Dystopia
2) Amongst Marble and the Dead
3) Disembodied Steps
4) Flesh Epistle
5) Passion of the Weak
6) Winds of Change
7) Encountering the Divine
8) Perimortem
9) Plague of Nations
10) Epos

DISCOGRAPHIE


Grave - Endless Procession Of Souls
(2012) - death metal - Label : Century Media



C’est avec un manque évident de motivation que j’ai abordé les premières écoutes du nouvel album de Grave, Endless Procession Of Souls. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux précédents efforts du groupe n’avaient pas déclenché chez moi un enthousiasme débordant, et tel le bon chien conditionné par Pavlov, je ne pouvais décemment pas m’attendre à une once d’excitation  avec celui-ci. Eh bien j’ai eu tort. Un tout petit peu tort, mais tort quand même.

Parce que Endless Procession Of Souls n’est pas aussi pénible et creux que Burial Ground. On s’y ennuie moins, on hoche même un peu la tête de-ci de-là. Bon, ne poussons pas le bouchon trop loin en essayant de vous faire croire que l’on serait même parfois surpris, parce qu’à aucun moment le groupe ne fait preuve de quoique ce soit d’inattendu. Mais même en restant absolument prévisible, Grave parvient à montrer de bonnes choses, de gros riffs velus et une puissance de feu plutôt agréable. Pas de quoi couler un porte-avion non plus, mais disons de quoi faire tanguer sensiblement un petit voilier pas trop grand. Sur scène, on imagine que cela doit être un tout autre spectacle, mais sur album, le blast un peu mollasson des piliers du death suédois pendant quarante-cinq minutes ne suffit pas pour déclencher une poussée d’adrénaline.
Pourtant, il y a de bons titres : "Disembodied Steps" ou "Passion Of The Weak", avec leur côté très Bolt Thrower, genre machine de guerre pas bien véloce mais innarêtable, se posent là. Avec le riff thrash d’"Encountering The Divine" ou le côté absolument rétro de "Perimortem" et de "Plague Of Nations", comme d’habitude avec Grave, on se croirait revenu dans les années 90 avec juste une production – par ailleurs fort réussie ce coup-ci, puissante et ample - un peu plus dense que ce qui se faisait à l’époque. Et cette fois, globalement, ça fonctionne. Pas de grandes idées mais une exécution efficace et un enchainement de riffs solides, cela suffit pour faire d’Endless Procession Of Souls un bon album de death old school. Même le dernier titre et ses presque huit minutes au compteur (sans triche, hein, pas de bruits bizarres durant quatre minutes) alterne plutôt intelligemment moment pesants et passages plus hystériques.


A croire que le chiffre 13 aura été bénéfique au groupe – car oui, il s’agit de rien de moins que leur treizième album, peu de groupes peuvent en dire autant. Endless Procession Of Souls ne restera surement pas dans les annales du death métal, mais a au moins le mérite de prouver que Grave n’est pas encore totalement mort et enterré. (rires)



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4