730

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Ola Lindgren (chant+guitare)

-Jonas Torndal
(guitare)

-Fredrik Isaksson
(basse)

-Pelle Ekegren
(batterie)

TRACKLIST

1)Last Journey
2)Reborn
3)Awakening
4)Breeder
5)Trial by Fire
6)Out of the Light
7)Inner Voice
8)Bloodfeast
9)Heretic

DISCOGRAPHIE


Grave - Fiendish Regression
(2004) - death metal - Label : Century Media



Un des pilliers du old Death revient avec Fiendish Regression. Les deux choses essentielles à dire sur cet album correct, et qui sont complémentaires, sont d’une part l’arrivée derrière les kits d’un nouveau batteur, Pelle Ekegren, donc exit Jensa, batteur et co-créateur de la formation, et d’autre part une musique résolument plus variée que sur les précédents albums, ce qui n’est pas pour déplaire… au bout de treize ans. Grave joue du Grave, et compte bien être distingué des autres formations par cette ligne de conduite.

Le groupe possède en effet son cachet old school : un Death gras, simple, puissant. Toutes guitares en avant, le nouveau travail de Grave se distingue cependant par une musique plus nuancée et plus rapide de manière générale que sur les précédents Hating Life et Back From The Grave. Le résultat se ressent par exemple sur le titre "Breeder", mêlant passages extrêmement lourds et accélérations folles. Le nouveau batteur Pelle Ekegren apporte clairement une nouvelle dimension aux compositions du groupe. Il a compris ce qu’était, ce que voulait et ce que pouvait faire le groupe. Les parties de batterie en sont plus fines et adaptées au style, ce qui va bien avec la nouvelle (mais subtile) attitude musicale du groupe, capable d’aborder un Death de manière multiple.

Le chant de Ola reste dans l’esprit des précédents albums. Il est cependant trop en arrière dans le mixage, caché derrière les guitares puissantes. Le résultat serait plus intense encore si le chant était au même plan que les six cordes, d’autant plus que celui-ci possède toute la hargne suffisante pour injecter une bonne claque de puissance à l’album. Quelques solos désordonnés viennent parfumer les compositions (mais pas trop), histoire de ne pas rester trop terre-à-terre ("Inner Voice"). Quant à la basse, perceptible, elle tient bien sa place rythmiquement, comme sur l’intro de "Inner Voice". Dommage aussi qu’on n’entende plus rien une fois les machines en route.

Petit aperçu des titres de Fiendish Regression. Celui précédemment cité, tout comme ""Awakening" sont typiques du mid-tempo de Grave, et auraient très bien pu être tirés de l’album Soulsess. "Bloodfeast" est le plus Thrash des morceaux, tout comme le dernier titre "Heretic" (le préféré du groupe) que l’on doit s’attendre à voir un bon moment inscrit sur la setlist du groupe. Une intro lente et lourde annonce une ambiance totalement slayerienne. "Reborn" et ses riffs variés nous font passer d’une ambiance à la Natron à quelque chose de plus basique à la Entombed. Reste à évoquer "Breeder", titre pesant aux accélérations impeccables…De la bonne musique, donc. Certes pas exceptionnelle, compte tenu qu’il ne ressort rien de vraiment mémorable de ce Fiendish Regression, mais c’est une bonne suite à ce que Grave a su nous proposer jusqu’alors.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1