18207

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 23 octobre 2019
Sa note : 13/20

LINE UP

-Zora Cock
(chant)

-Bart Winters
(guitare)

-Robin Koezen
(guitare)

-Frank Akkerman
(basse)

-René Boxem
(batterie)

A également participé à l'enregistrement:

-Ruben Wijga
(piano)

TRACKLIST

1) Prelude
2) Preserved Roses
3) Deadly Nightshade
4) Fractured Fairytale
5) Until Eternity
6) Witching Hour

DISCOGRAPHIE


Blackbriar - Fractured Fairytales (EP)
(2017) - gothique metal alternatif / mélodique - Label : Autoproduction



En 2014, de jeunes néerlandais répondant au doux nom de Blackbriar livrent un single, "Ready To Kill" qui fait son petit effet. Trois ans plus tard, le quintet offre Fractured Fairytales, EP de six titres lorgnant à la fois sur le metal gothique et le metal alternatif.

Soyons honnêtes, Fractured Fairytales est un bon EP mais relativement brouillon, aux multiples influences mais qui peine à offrir une réelle alchimie. Pourtant, les ingrédients proposés sont de qualité. Bien que l’imagerie gothique du groupe ainsi que la voix cristalline et criarde de Zora (à la Sharon Den Adel) rappellent le metal symphonique made in Pays-Bas, Blackbriar surfe surtout sur le metal alternatif. Les jeunes bataves ont bien compris que les guitares ne sont pas là uniquement pour remplir un cahier des charges. Ainsi, la rythmique est omniprésente et relativement efficace, comme sur "Preserved Rose" et "Until Eternity". Ce dernier étant le tube efficace de ce premier effort.
Le côté goth, on le retrouve dans le visuel (signé Alpino Alip Hudaya), mais aussi dans les noms des pistes et les thèmes abordés ("Preserved Roses", "Fractured Fairytale", "Deadly Nightshade") et également dans l’utilisation du piano ("Prelude", "Preserved Roses"). Cependant, le tout manque un peu de relief. On sent clairement que Blackbriar cherche une partie de son inspiration, ce qui s’entend sur des morceaux comme l’éponyme ou "Witching Hour". Alors bien sûr, on fait face à quelques fulgurances, à l’instar de "Deadly Nightshade", véritable œuvre créée pour fonctionner en live, ou encore "Until Eternity". Autre point positif, outre la présence de la rythmique, l’emploi de véritables solos agrémente certaines œuvres ("Deadly Nightshade") .


Pour un premier essai, en autroprod, Blackbriar s’en sort plutôt bien grâce à un bon sens de la mélodie, des musiciens concernés et une vocaliste de talent. Le tout reste néanmoins perfectible. Rassurez-vous, la suite sera bien plus consistante.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5