Tyrant Fest 2022


Tyrant Fest

UN REPORTAGE DE...




SOMMAIRE

Jour 1 : 12 novembre 2022
Jour 2 : 13 novembre 2022

REPORTS DU JOUR



GALLERY

 


Jour 2 :13 novembre 2022



Dimanche, jour de repos. Pas vraiment puisque c’est encore vers Oignies que je me rends, afin d’assister à la seconde journée du Tyrant Fest. La brume épaisse vient une nouvelle fois accueillir les festivaliers.

BLISS OF FLESH débute au milieu de l’après-midi avec un set précis et sérieux. Les Nordistes, dont la réputation n’est plus à faire, proposent un black death somme toute classique mais pas désagréable. Le public présent semble apprécier le show, avec Necurat dans le rôle de maitre de cérémonie, rejoint par deux dames en cours de route. Puissant et mélodique, Bliss Of Flesh s’avère être une bonne entrée en matière.

Photo_1_h_w

La journée se poursuit avec la venue d’un groupe qu’on ne présente plus, BELENOS. Loic Cellier est dans son Nord natal pour proposer quarante-cinq minutes de son black pagan. Avec plus de vingt-cinq ans de carrière, il peut aisément offrir de bons moments en la matière. Violent et mélodique, son black fait trembler le Métaphone. Le leader de la formation est ravi. Il dédiera même "Loin au Nord" au public venu essentiellement de la région. Mais pas le temps pour moi d’attendre la fin de la prestation de Belenos, car je ne souhaite pas subir la même déconvenue que la veille.

Photo_2_h_w

Je m’éclipse donc pour aller à l’Auditorium et me placer en vue du concert à venir de BLÓÐ. J’avais succombé à leur deuxième album, Serpent, vanté par Winter en ces lieux. Le doom sludge bien sombre est l’œuvre d’un duo, Ulrich d’Otargos (qui a pu finalement arriver sur les lieux du fest) et sa femme Anna. Une demi-heure avec le côté intimiste de cette salle annexe qui ne peut accueillir plus d’une centaine de personnes. Parfait pour donner vie à ces titres lourds qui pourraient parfois évoquer le travail de Wolvennest. Pas de déception, bien au contraire. L’album est bon et son rendu scénique également. "Blóð", "Hecate" ou encore "Lvcifer" sont en effet très prenants. Un projet à découvrir si ce n’est pas encore fait.

C’est dans cette même salle qu’a été programmé HATS BARN. Les Lillois sont pour le moins attendus. La file qui s’étend devant la salle laisse présager de nombreux déçus. Tout le monde n’aura pas le loisir de voir le set du groupe, récemment signé chez Osmose. Une fois les portes fermées, c’est parti pour une demi-heure de black violent et cru. Les amateurs sont ravis et le groupe se donne au maximum pour rendre hommage à la Bête. Des cris, de la fureur, des artifices. Hats Barn aura convaincu.

Photo_3_h_w

Le Métaphone a la joie d’accueillir MESSA. Les Italiens sont devenus un grand nom dans le doom, grâce à trois albums de qualité, notamment Close, paru cette année et qui a recueilli de très bons échos. Et pourtant, après un accident de la route survenu en tournée, quelques semaines auparavant, leur venue semblait compromise. Heureusement, le groupe est présent et va offrir un show de haute volée. La jolie Sara envoute avec sa voix magnifique qui s’accorde parfaitement avec la musique délivrée par ses compagnons. Ce doom classe, inspiré des années 1970, se laisse déguster avec plaisir. L’essentiel du set est axé sur Close, avec notamment les très bons "Suspende" ou le fascinant "Pilgrim". Feast For Water est également représenté, comme Leah. Avec un style particulier, assez décalé finalement du reste de l’affiche, Messa a su tirer son épingle du jeu, convaincre ses fans et titiller la curiosité de ceux qui ne les connaissaient pas. Une grande réussite.

Photo_4_h_w

Le temps est venu de se restaurer en compagnie des copains du In Theatrum Denonium, qui nous concocte une belle affiche pour 2023. Vivement le 4 mars ! Il ne reste que deux formations pour clore le festival et pas des moindres, puisque le Tyrant Fest a laissé, pour commencer, la scène aux vétérans du black belge, ENTHRONED. Le professionnalisme de la troupe n’est plus à démontrer et pendant une heure, la musique sombre et puissante du quintet résonnera dans un Métaphone bien rempli. Pour le plus grand bonheur du public. Nornagest est en pleine forme et éructe ses paroles avec virulence. Le reste de la troupe n’est pas en reste et les riffs acérés accompagnés de blasts pleuvent sur nos têtes. "Of Feathers and Flames" vient clore un set sans faille.

Photo_5_h_w

Après un ultime changement de plateaux vient la tête d’affiche de ce dimanche, BELPHEGOR. Le décorum est des plus fournis. Belphegor ne plaisante pas avec l’imagerie. Mais il me faut confesser que je n’ai jamais accroché au travail des Autrichiens. Leur black death me semble trop calibré et assez peu marquant. Je tente toutefois ma chance en écoutant trois morceaux. Mais je dois me rendre à l’évidence : je ne retiens rien de ce que j’entends. La fatigue commençant à se faire sentir, je décide donc de quitter les lieux pour rejoindre mes pénates.


Photo_6_h_w

Le Tyrant Fest est de retour, qu’on se le dise ! Cette cuvée 2022 a été très bonne, offrant diversité, immersion dans un lieu impressionnant et accueil irréprochable. Il nous tarde déjà que le brouillard de novembre 2023 ne tombe sur nos contrées pour découvrir la nouvelle affiche, qui sera à n'en pas douter sombre et brutale.

Merci au 9/9 bis et au Tyrant Fest pour l’accréditation et à Moris DC pour ses magnifiques photos.
https://www.facebook.com/tyrantfest/
https://www.facebook.com/ShootingMetalheadlapage/


Lire le report :
précédent   


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2