Quoi de neuf chez M&O ? Volume 1



 


Volume 1 !



                                                                      

L'album du trimestre:

                                                                     Photo_1_200h_200w


Wrath of the Nebula - The Ruthless Leviathan 

Les plus avisés d'entre vous l'auront remarqué, à propos de ce nouvel effort des Français : le très productif Déhà est dans le coup. Mais ce n'est pas le seul, puisqu'on retrouve également Kévin Paradis (Benighted, ex-DeadlySins...) à la batterie.
The Ruthless Leviathan est une sortie extrêmement ambitieuse, le collective œuvrant dans un death metal progressif et symphonique. Et après une douce et intrigante introduction, le combo va déployer toute sa rage à travers des pistes violentes, brutales, qui transpirent la rage et qui vous mettent une réelle claque (les growls complétement dingues d'Hokuto n'y sont pas étrangers). Que ce soit "D.N.A. of the Gods", "Origin of Creation" ou "When Galaxies Collide", l'entame de ce premier effort ne fait place à aucun compromis. Les orchestrations se font discrètes, en back up, pour uniquement sublimer un trio growl-lead guitar-batterie inarrêtable.
La force de The Ruthless Leviathan est d'emmener progressivement l'auditeur vers d'autres chemins et laisser plus de place aux orchestrations et à la grandiloquence, la bascule se faisant clairement sur l'excellente "Space Time Vortex".
C'est simple, Wrath of the Nebula ne nous laisse pas respirer tout du long du recueil, et on aime ça. Même ci, à l'avenir, il serait sans doute bénéfique d'envisager une approche un peu plus épurée.
Mais on ne peut que saluer la maîtrise: exceller dans le style death symphonique n'est pas donné à tout le monde et hormis les maîtres en la matière que sont les Grecs de SepticFlesh, peu de groupes arrivent à tirer leur épingle du jeu (parmi les plus récents, on pourra citer l'excellent premier album des Italiens de Genus Ordinis Dei).
On ne peut qu'être fier de nos compatriotes à l'écoute de cet album plus que réussi, son côté extrême pleinement assumé, et tout en maitrise de ses composantes symphoniques, à l'instar de mon morceau coup de cœur : la formidable "Ancient Gods Annunaki" et son refrain tout en chœurs, délivrant une émotion particulièrement touchante, l'occurrence la plus symphonique, la moins brutale de cet ensemble, mais parfaitement exécutée.
Saluons le quatuor pour cette réussite.
Vivement la suite.


Ces sorties ont titillé l'oreille de votre serviteur:

See You At Sun Sunset - See You At Sunset

Cet EP promut par M&O Office est sorti initialement en 2020, mais bénéficie d'un nouveau coup de projecteur en ce début d'année. Surfant sur un rock alternatif moderne, les quatre pistes sont énergiques et entrainantes, parfaitement exécutées, riffs lancinants et refrains efficaces. Si ses auteurs ne réinventent rien, l'ensemble permet de passer un bon moment, notamment avec l'excellente "Come Into My Dreams". On notera enfin une influence puisée chez Muse (trop) flagrante par moment ("To The Stars").

Divergency - Aurora 

Décidément, M&O aime me faire réviser mon jugement sur le metalcore, style qui habituellement n'a pas mes faveurs. Le label avait frappé un grand coup avec l'excellent premier album de Mirizon. Pas le même coup de cœur ici, mais Aurora, premier EP du combo, se montre intriguant et riche, à l'instar de l'opener "Burn Like Hell", particulièrement brillant avec son riff lourd, un chant posé et une belle diversité mélodique. Je vous conseillerais également d'écouter le titre éponyme : sept minutes brillantes alternant sonorités modernes, riffs puissants, et une nouvelle fois des lignes de chant parfaitement maitrisées et une lead old-school apportant la touche en plus. Si les autres compositions de cette première réalisation ne m'ont pas procuré le même effet, Divergency n'en reste pas moins un groupe à surveiller. 

Parallel Minds - Echoes From Affar

Soyons honnête dès le départ, Echoes From Affar est certainement l'album le plus dur à cerner de toute cette sélection : ses soixante-dix minutes et de son découpage en deux parties m'ont clairement perdu.Alors oui, les cinq premiers titres sont une réussite et vous invitent littéralement à un voyage mêlant prog metal, heavy metal, metal mélodique, avec un son rappelant les années 2000. "Feel the Force", l'opener, saura vous en convaincre.En plus on peut dire que ça chante plutôt bien. Mention honorable également à "Monkey on My Back" et son final dévastateur, et à "Stay" qui fait la part belle aux guitares. Mais la seconde partie de l'enregistrement, sans être mauvaise loin s'en faut, n'atteint pas l'intensité des premiers titres. Mais qui sait, au vu de la richesse des compositions, l'œuvre continuera peut-être de se révéler au fil des écoutes ?

Le reste de la sélection: 

Pour les sorties suivantes, bien qu'elles ne m'aient pas captivé, certains titres ont retenu mon attention. Je ne peux que vous inviter à y prêter oreille si vous aimez les genres proposés.

Hot Hell Room - Kingdom Genesis

Heavy ? Hard ? Rock ? Who cares! Hot Hell Room c'est de la musique qui ne va pas chercher midi à quatorze heures, c'est l'hommage au plus grands, c'est la passion qui transpire de chaque note.  Vous voulez un petit kiff de musique de darons mais qui ont des choses à dire ? Vous avez trouvé le bon groupe. 
Petit conseil: Le single "Twilight" est excellent!! 

Burning Dead - Fear & Devastation

Premier album assez intéressant de la part des Parisiens. Emmenés par la vocaliste Drina Hex, le quatuor délivre un thrash heavy metal rageur, dodu et riche en riffs. Si le style en soit n'enchante pas votre serviteur, force est de constater que des occurrences telles que "Their Coming", ne le laissent pas indifférent. Avis aux amateurs de thrash old-school !

Deadwood - Unwanted

On poursuit ce petit tour d'horizon avec le groove metal très américanisé de Deadwood. Le groupe ayant tourné avec quelques gros noms (Mass Hystéria, Dagoba) on sent une certaine assurance qui ravira les amateurs du genre.
On notera une production d'un niveau fort honorable pour un premier album et une maîtrise technique notamment sur "Snakebite", morceau le plus intéressant. Pour le reste je vous laisse vous faire votre avis.

The Risen Dread - Night Hag

Direction l'Irlande avec The Risen Dread. La bande de Dublin, dont M&O Office fait la promo en France, envoie du lourd avec un album de groove metal lourd, qui sent bon la sueur et qui lorgne vers le death par moments. C'est frontal, énervé et fédérateur. Clairement, les amateurs du genre apprécieront!

Hollow - The Infinite Cycle

Pour les plus pointus d'entre vous, Chuc Bawol est peut être un nom connu. Le voici qui débarque avec son propre projet, Hollow. The Infinite Cycle est un album qui retranscrit l'âme musical de son auteur et de ses différents amours. On navigue ainsi entre le metal mélodique, le thrash etc. Malheureusement le rendu n'est selon moi pas à la hauteur, la faute à ce mélange - certes honnête, là n'est pas le problème - mais peu convaincant. Cependant, je ne peux que conseiller les curieux à découvrir cet effort, qui malgré tout mérite une écoute attentive.

Ambre - #Silence 

Je conclus avec l'exercice difficile qui consiste à parler d'une œuvre que l'on a pas aimée. Bien évidemment c'est un sentiment subjectif et je me dois d'en parler, car cet EP d'Ambre peut intéresser nombre d'entre vous. Malheureusement, de mon côté ce rap punk rock metal (dur de définir un genre) navigue à vue. Les textes sont malheureusement trop lisses et ne me touchent pas. Musicalement on attend, en vain, une certaine tension. À vous cependant de vous faire votre propre avis.







©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3