CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 09 juin 2014




SETLIST

Shinray :
Introduction 
Stage 01 - Accepting Humanity 
Drown in the City 
I Don't Care 
Scarecrow 
I Stand Alone 
Darkest Hour 
Who's That Bitch 
It Only Needs One Man 

Human Vacuum ;
Intro
Les Gens qui parlent seuls 
Enter The Playground
The Void Ahead 
Neo 
Unicorns Represent (feat. Nicolas Muller de Helioss) 
Go With The Flow 
Shattering 
Tout s'efface

Divine Side: 
Satisfy 
Entity 
Phoenix 
Feeling Fine (intro) 
Sad, Angry & Blind 

Kids' Anthem 
"Hyde" 
Color-Blind (extrait) 
Human Livestock


AFFILIÉ

Shinray
Grenoble - L'Ampérage
(08 novembre 2013)
Grenoble - L'Ampérage
(13 janvier 2012)

07 juin 2014 - Paris - Le Klub


Shinray_-_Human_Vacuum_-_Divine_Side_Paris_-_Le_Klub_20140607

Il est des histoires et des rencontres qui débouchent sur de grandes aventures humaines et artistiques. Le site des Eternels était tout d'abord une histoire de passionnés, fiers et avides de partager leurs avis et connaissances sur les musiques rock, prog ' et metal. Mais voilà une dizaine d'années plus tard, des milliers de posts, des heures de rencontres, ont permis de fonder des groupes qui ont sortit des albums et se sont réunis dans le premier festivals des Eternels, le 7 juin au Klub. Le mythique club parisien a ainsi pu accueillir trois groupes dont les membres sont de fidèles participants au forum ou d'anciens chroniqueurs, et même d'actuels administrateurs.

Live report  sincère d'une belle soirée musicale où les mecs maîtrisent leurs sujets.

On commence la soirée par le groupe Divine Side dont le bassiste, Seosamh, éclaire pas mal de mélomanes de ses goûts, conseils et avis musicaux sur le forum. Multi casquette, ce n'est pas avec son groupe Exorcizer mais Divine Side que le mec de Limoges décide d’ouvrir ce premier festoche. Le combo a récemment sorti son nouvel album et propose donc une setlist bien soignée, avec plusieurs références. Le concert commence timidement et la première chanson sera surtout le round d'observation pour tout le monde. Le temps pour la table de mix de fignoler les derniers réglages et les musiciens ont chassé le trac et décomplexé le curieux public qui, même si composé de pas mal d'eternoz (ndlr : terme consacré au habitués du site les Eternels), c'est avec une bonne surprise que l'on constate que Le Klub n'est pas rempli que d'habitués du site et que quelques personnes sont venues découvrir ou redécouvrir ces groupes. Passé les deux trois rounds d'observation, les musiciens lâchent enfin prise et envoient la puissance requise par la musique. Le public, par ces nombreux meuglements de joie et de contentement aura mis en confiance le quatuor. C'est ainsi que crescendo Erik, le guitariste, se lâche et envoi des solos de très bonne facture. Olivier au chant et guitare rythmique se lâche tout comme Guillaume le batteur ! Et les titres heavy de début laissent la place au thrash maîtrisé que tout le monde attendait. Et que dire du bassiste ! La balance avait elle prévue de mettre si en avant le jeu du barbu ? En tout cas et pour reprendre une expression du forum, ça poutre sur les deux derniers morceaux. Le set finit tout en puissance et met inévitablement la pression sur les deux groupes suivants.

C'est ainsi que démarre la valse néo du changement de matos, et les quatre Human Vacuum se pressent. On sent le trac les envahir quelque peu. Et ce n'est pas la longue attente coté batterie qui détendra l'ambiance. Le public coquin y va de ses petites blagues usuelles et sympathiques (« c'est du prog »? et les traditionnels « à poil Gazus » ). Mais il faut reconnaître qu'il y a bien une qualité chez les HV, c'est cette capacité d'improvisation des deux Eternoz que sont CCC et Zus. Car malgré un début de set difficile : une corde cassée pour la guitare, le trac du premier live pour le bassiste, une fois la guitare remplacée, la sangle qui lâche, les quatre mecs ne se démontent pas. Le show est fait et ce qui aurait pu passer pour le false de la soirée se transforme en petit coup scénique génial, car du sampler musique d'attente façon services publics ou Radio Maurice à l'ancienne aux nombreuses interventions des deux leaders, tout passe et tout respire l’enthousiasme. Coté musical le coté fusion / néo / nawak est très bien rendu et si parfois CCC semble forcer les chants, la sincérité rattrape le tout. Le "Unicorns Represent" verra la présence de l'Eternoz Lucificum qui nous balancera son super solo avec son calme et sa latente discrétion, mettant une bonne claque technique aux gratouilleurs du public. Le set se terminera par le "Tout s'efface" exacerbé par le groupe qui après tout les pièges à la Spinal Tap présentés ce soir peut tout donner au public, qui de toutes façons est complètement séduit , même ceux pour qui le genre n'est pas de prédilection.

Et voilà enfin les attendus Shinray qui installent rapidement leur matériel et envoient le début du set. Le Dupinguez frontman semble ne pas tenir en place et le groupe va envoyer tout simplement le premier titre de son dernier album à savoir "Stage 01 - Accepting Humanity". Et c'est tout le public qui s’enflamme dès le début du set soit en lançant de furieux « hey hey hey » ou en lançant, malgré le peu d'espace, quelques pogos de joie. Que ce soit Benoit à la guitare, Stéphane à la basse ou le cogneur Matthieu à la batterie, les heavy metaleux de Shinray semblent décidés à jouer du coté graisseux de la force car, malgré le style, c'est bien du lourd et du puissant qui est proposé. Et si Dupinguez semble également très concentré sur les parties chants, il exulte et embarque avec lui toute la salle à chaque solo de clavier aux effets pitch fédérateurs qui ne lassent décidément pas et a surtout pour effet de déchaîner les grands dadets des premiers rangs, déjà passablement excités et remontés. Les morceaux s’enchaînent à grande vitesse et force est de reconnaître que le batteur n'a de cesse de malmener ses peaux et cymbales en cognant dessus comme un furieux, tandis que les jeux très complices de Stéphane et Benoit complètent les allers et venues devant de scène / clavier d'un Benjamin remonté au possible. Le set se termine sous les hurlements du public. Faute de temps, le festival ne verra cependant pas le jeu d'une ou deux chansons avec les Eternels entre eux où était même prévu l’intervention de Pietro des Unchained, chroniqueur pour le site. Tant pis pour cette fois, en espérant que ce jam verra le jour ultérieurement.

Conclure ? Difficile à faire car hormis les ennuis techniques qui rendent encore plus vivants les concerts, les trois groupes ne se sont pas simplement contenté de jouer devant un public presque acquis à sa cause, mais ont véritablement tour à tour chauffé le Klub et fait chanter, danser, hurler chacune des personnes présentes. Pour une première en tant que festival, le coté humain et passionné était très intense et a permis au trois groupes de proposer leur musique de la meilleure des façons : celle jouée avec le cœur.

Shinray @ Klub (07/06/2014)
Human Vacuum @ Klub (07/06/2014)
Divine Side @ Klub 




Quelques commentaires des Eternoz :

Dildo Le Zobbit :  « C'était énorme »

Lucificum :  « Merci à Human Vacuum de m'avoir donné la chance de partager la scène avec eux, ce fut épique et fendard. »

Blackmore :  « C'était complètement fou !!  »

SilverBard : « Du grand kiff. »

Barbapopo :  « Musicalement, c'était au top ! »

Daphne :  « Vous le savez, le Metal et moi on se respecte mais on s'adore pas. Et grâce aux trois groupes, on s'est réconciliés. »

TheDecline01 :  « Shinray, purée c'est gay, mais on a pogoté PO-GO-TÉ sur leur musique ! »

PainlessLady :  « Et j'en rajoute une couche pour les zikos mais c'était un plaisir aussi de vous écouter »!

Tabris
 :  « Ce que j'ai trouvé vraiment génial dans cette soirée, c'est que c'était de la pure "découverte-plaisir" »






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3