CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
le 05 mai 2014




SETLIST

Gamma Ray:
Welcome
Avalon
Heaven Can Wait
New World Order
Tribute to the Past
I Want Out (Helloween cover)
Pale Rider
Time for Deliverance
Drum Solo
Blood Religion
Master of Confusion
Empire of the Undead
Rebellion in Dreamland / Land of the Free
Man on a Mission
Rappels:
To the Metal
Send Me a Sign

Rhapsody Of Fire:
Vis Divina
Rising From Tragic Flames
Land of Immortals
The March of the Swordmaster
Unholy Warcry
Dark Wings of Steel
Lamento Eroico
Holy Thunderforce
Dawn of Victory
Rappels:
Reign of Terror
Emerald Sword

AFFILIÉ

Gamma Ray
Paris - Elysée Montmartre
(17 octobre 2005)
Paris - Elysée Montmartre
(05 janvier 2008)
Hellfest (Clisson)
(21 juin 2008)
Paris - Olympia
(08 avril 2013)

Rhapsody Of Fire
Paris - Elysée Montmartre
(15 février 2011)

09 avril 2014 - Paris - Trabendo


Gamma_Ray_-_Rhapsody_Of_Fire_Paris_-_Trabendo_20140409

Une affiche réunissant Gamma Ray et Rhapsody Of Fire aurait eut son petit effet il y a quelques années. Mais aujourd'hui les deux groupes sont à bout de souffle et seuls les irréductibles fans du power metal trouvent la force de se déplacer jusqu'au Trabendo, quand bien même plein pour l'occasion. Histoire de réécouter le passé glorieux des deux formations ou pour découvrir leur nouvelle production ?

Je ne m'étendrai pas sur le groupe qui a ouvert la soirée, Elvenking. Pour des questions d'horaires divergents, je n'ai pu voir que la fin de leur prestation. Le tout était empreint de folk et d'influences du hard rock des années 80. C'était donc un parfait prélude au groupe qui allait suivre. Pendant la pause, c'était l'occasion de remarquer qu'il y a presque plus de personnes arborant un T-shirt à l'effigie de Rhapsody Of Fire que de Gamma Ray. Ainsi, quand les Italiens entraient en scène, le public était déjà conquis. Hélas, le son était loin d'être à la hauteur. Les instruments semblaient écrasés et en retrait par rapport au chant de Fabio Lione, qui fera beaucoup pour maintenir l'ambiance. Trop peut-être en se sentant obligé de haranguer le public dès qu'il y avait une partie instrumentale (même en plein solo de guitare). Cela donnait l'impression d'un groupe en manque de confiance, à mille lieues de ce qu'il pouvait livrer il y a seulement deux ou trois ans. Le départ de Luca Turilli pèse lourd visiblement. Mais le metal épique du groupe fonctionne quand bien même, les refrains hauts en couleurs des transalpins étant repris à chaque fois par un public acquis à sa cause.
Gamma Ray arrive bien plus en forme. Ayant accouché d'un dernier album des plus corrects, ils viennent bien décidés à le défendre comme il se doit. Après la traditionnelle intro ("Welcome"), le groupe lance "Avalon", titre phare de "Master Of Confusion". Le morceau monte en puissance et attise la foule lentement mais sûrement. Les Allemands balancent alors quelques vieilles pépites qui achèvent de chauffer la salle ("Heaven Can Wait", "No World Order", "Tribute To The Past", "I Want Out"). C'est aussi l'occasion d'être rassuré sur la voix de Kai Hansen qui, bien que sacrément trafiquée et boostée à la reverb', permet de profiter des morceaux. Le groupe soutient alors son dernier album avec un « Pale Rider » efficace et un « Time For Deliverance » molasson qui sera le point faible du set. Le temps d'un solo de batterie un peu longuet, le groupe reprend les hostilités en mixant nouveaux et anciens morceaux avec une bonne humeur communicative. Car les Allemands semblent vraiment plaisir à jouer. Et Kai Hansen aime à faire des blagues vaseuses des plus sympathiques. Quand le groupe nous fait un interlude Gamma Reggae, c'est toute la salle qui explose de rire ! On sera hélas déçus par quelques écueils... Un "Rebellion In Dreamland" amputé d'une partie afin de faire un medley avec "Land Of The Free"... Honnêtement, le spectateur lambda aurait aimé que le morceau aille au bout ! Cette même salle découvrira égal "To The Metal" en rappel (heureusement suivi par "Send Me A Sign"). Le morceau honni semble destiné à devenir un classique du groupe, en concert du moins... Malgré cela, le show fut de bon niveau, surtout pour un groupe dont plus grand monde attend quelque chose.

Lors d'une soirée pareille, le public est constitué d'irréductibles fans du genre. Il n'est donc pas étonnant que la salle soit pleinement acquise aux groupes. Et comme Gamma Ray a prouvé sa forme actuelle avec un show plein de bonne humeur, cela valait le coup d'oreille. Les nouveaux morceaux ont su, pour la plupart, trouver leur place. Dommage que Rhapsody Of Fire ait été en si mauvaise forme pour faire de cette soirée plus qu'une soirée sympathique.

Galerie photos : Das Silverfoto


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4