6756

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 04 novembre 2014
Sa note : 17/20

LINE UP

-Roman Saenko
(chant+guitare)

-Thurios
(guitare)

-Vlad
(claviers)

-Krechet
(basse)

-Yuriy Sinitsky
(batterie)

TRACKLIST

1) Crowned Scarlet Moon Is Waiting for Eclipse
2) He Who Is Not to Be Named
3) Mother Hydra
4) Enshirned in the Nethermost Lairs Beneath the Oceans
5) Red Star on the Path of Ea
6) Sigil of the Watcher
7) Prayer to the Gods of Night
8) The Bringer of Pestilence
9) The Cycle Returneth

DISCOGRAPHIE


Blood Of Kingu - Dark Star on the Right Horn of the Crescent Moon



-  Ah bonsoir Docteur !
-  Bonsoir, pas de changement ?
-  Non, il est là. Toutes les heures il répète quelque chose en anglais...
-  Quoi donc ?
-  Quelque chose comme… « Cold Winds of Funeral je ne sais quoi »
-  Dust.
-  Pardon ?
-  « Cold Winds of Funeral Dust »
-  Ah…
-  Et le son du cor lui fait-il toujours autant d’effet ?
-  Toujours. Il sort de sa léthargie et se met à hurler comme un loup.

 
Au commencement était le verbe. Le son. La vibration. La recette est simple, il suffit de produire le son adéquat, en résonance avec l’auditeur et vous obtiendrez un résultat effarant. Évidemment, le son produisant l’effet optimal est différent selon le type de personne auquel vous avez à faire. Chez notre patient, le cor produit un effet faramineux. De la même manière, le son d’un gros tambour frappé avec un instrument contondant au loin dans la nuit, là où le mal rôde, induit chez lui un comportement destructeur. Frappé de folie, il aimerait pulvériser son entourage. Heureusement que les infirmiers veillent sur lui. "Cold Winds of Funeral Dust" est la cinquième chanson de Diabolical Fulmoon Mysticism, premier album d’Immortal. L’un des tous premiers titres où l’on entend ce son qui rend violent. Ou fou. Ou les deux. Quelques autres ont utilisé ce type de sonorités. Master’s Hammer, Elysian Blaze… Mais imaginons maintenant -  il s’agit d’une simple supposition bien sûr - qu’une personne mal intentionnée utilise le cor ET le tambour et l’intègre à un black metal frénétique, à un black metal bouillant, sauvage comme rarement. Quel effet cela ferait…
Et si en plus, elle y ajoutait des petites touches de la sécheresse tibétaine, un peu de poudre des démons qui hantent ces hautes montagnes pelées et hostiles. Quel effet… Imaginons qu’en plus de tout ça, cette personne EX-TRE-ME-MENT mal intentionnée sache maitriser la furie et fasse gronder ses guitares de manière harmonieuse… Qu’un grognement impitoyable, dans la lignée de Gunther Theys sur The Diabolical Serenades en bien plus méchant, se fasse entendre de manière perpétuelle, appuyé par le râle métallique d’un moine tibétain devenu fou… Ça n’existe pas, bien heureusement, mais imaginons le quand même un instant. Notre patient mourrait sur le champ.  Si en plus, les quelques passages en mid-tempo étaient autant voire plus dévastateurs que le reste… Si les rares pauses bienvenues étaient un prétexte pour noircir encore un peu plus l’ambiance. Eh bien, c’est simple, l’âme du patient ne pourrait jamais retrouver le chemin de la lumière. Elle errerait comme un dément dans un infra-monde sombre, hostile et glacé. Elle déambulerait à jamais sur les flancs des plus hautes montagnes que la terre - l'enfer ? -  ait porté. Elle serait maudite.

 
-  Toujours pas d’amélioration ?
-  Non, docteur. Rien. On a regardé ses papiers, histoire de vérifier son identité. On a juste retrouvé ce qui semble être une chronique.
-  Un chroniqueur… Dites-donc, il fait froid ici… C'est l'hiver ?
-  Docteur… vous tremblez ! Docteur ? Docteur !!!!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2