6607

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juin 2014
Sa note : 18/20

LINE UP

-Darkface 
(chant+guitare)

-Alan Fall Lead
(guitare)

-Alex G.
(basse)

-John Hades
(batterie)

TRACKLIST

1) Let There Be Night
2) Nightmares In Disguise
3) For Bidens
4) God Plays Dead
5)
Eligos
6) Crimson Dawn
7) Prince Of 1000 Frozen Suns
8) Malaise
9) Night Funeral
10) Clamor Luna Part I – Clamor Rex
11) Clamor Luna Part II – Regima Est
12) Clamor Luna Part III – Regnum Sanguinis


DISCOGRAPHIE

For Bidens (2014)

W.E.B. - For Bidens
(2014) - death metal gothique dark metal Génial-hellénique - Label : No Regrets Records



Rotting Christ et Septicflesh et tous les colosses grecs du « metawl » peuvent se réjouir : la relève est là ! Une grosse poutre qu'on classe selon le groupe en dark metal : alors dans ce grec pas de salade tomates-oignons, mais du goth, indus, death sauce black!  En effet ce troisième album du studio du groupe se révèle, en à priori comme chef d’œuvre. Le deuxième LP qui date (déjà) de 2008 avait globalement été bien apprécié. Alors, For Bidens, album de la confirmation? bla bla... ? Chronique. 

La Grèce a toujours au fil du temps réussi à nous pondre des groupes et des albums surprenants et parvenant à s'inscrire dans la durée sur des registres pas forcément simples d’accès. C'est au tour de W.E.B de tenter de pondre cet album. Histoire de bien comprendre à qui nous avons affaire, il faut savoir que l'enregistrement s'est fait au Devasoundz Studios. Dans les acteurs de la production,  on retrouve au mixage des gars comme Sakis Darkface, Fotis Bernardo (de SepticFlesh), George Emmanuel (Rotting Christ),  Daniel Castelman et encore Chris Antoniou (oui oui encore de SepticFlesh). On en reste pas là puisque l'apparition de Androniki Skoula boucle l'ampleur des acteurs et les influences n'étonneront pas à l'écoute. Et quel résultat ! On disait en intro que le groupe maîtrisait l'art de se balader entre les genres et de réussir leur mélange, eh bien la quasi heure de For Bidens nous emmène dans un mix de genres, avec des compositions excellemment maîtrisées et orchestrées.
Mis à part les trois parties du "Clamor Luna" sur lesquels on reviendra, les neufs premiers titres (et on va compter l'introduction sur ce coup) valent grosse demi heure de titres mêlant à la fois les panels gothico dark,  puissamment optimisés à grand renfort de plages « blackisés » et/ou électro de très bonne facture. On a vu dans l'équipe de production les pointures présentes, et le travail rendu est colossal et titanesque. La production et les échanges de tout ce beau monde au service des inspirations ! Et les compositions apparaissent simples et fluides : soit parce que la mélodie ou le refrain gangrène et ronge notre cortex, soit parce que la mise en place globale, les orchestrations ou les riffs font mouche. Les mots qui reviennent le plus souvent pour qualifier les chansons sont : black industrial, black atmosphérique, black mélo etc.. Pardon mais pour une fois on va mettre le code de coté et dire bien haut et fort : « MERDE » et arrêtons de labelliser pour le coup ! L'album ne plaira pas aux puristes de genre : trop produit, trop esthétique, trop de genres. Trop de trop.
C'est ainsi qu'il plaira à l’esthète ou aux amoureux du metal au sens large : arrêtons de nous prendre la tête : là où les intellos musicaux ne verront pas d’âme à l'album, l'auditeur de cœur décollera et quelques soit les titres. Les pures goth tels "God Plays Dead", les chants et orchestrations de "For Bidens", en passant par l'oriental "Prince Of 1000 Frozen Suns", tous sont de la même trempe : une synthèse de l'héritage des grands frères de pas mal de genres et le tout composé avec l'identité W.E.B. Malin.  Le titre "Malaise" en serait bien le porte drapeaux car voilà un duo de voix black et goth-femino-melo qui enchante et régale les sens. Le black au service du goth pour un résultat tout sauf crado. Le quart d'heure de "Clamor Luna" en trois partie est presque un EP en soi, ou pourrait même se présenter comme super bonus. Certes il raconte une histoire au thème mille fois fois rabâché, mais ses couleurs et ses longs phrasés montrent l'énorme boulot de composition et de production. Ce bonus de trois titres enfonce le clou et apporte sa pierre à l'édifice metal extrême et « symph'opéra » qui laissera certains de marbre et fera fondre les autres.
Bon alors coup de cœur ou juste un bon album ? Et bien coup de cœur mon cher black-O'goth ! L'album, pas forcément novateur, parasite son auditeur qui ne peut s’empêcher de l'écouter : en entier, à petite dose, en boucle. Bref pour cela la question ne se pose même pas car, si on part de plusieurs écoutes pour une chronique à une bonne vingtaine depuis qu'il a rejoint mon baladeur, il n'y a plus de doute. Peu importe qu'il ne dure pas (et encore ça reste à voir), l'été 2014 ce sera avec W.E.B. et For Bidens. Rien que pour cela Merci les mecs !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4