6396

CHRONIQUE PAR ...

120
Bixl3r
Cette chronique a été mise en ligne le 04 février 2014
Sa note : 15/20

LINE UP

-Chuck Billy
(chant)

-Eric Peterson
(guitare)

-James Murphy
(guitare)

-Greg Christian
(basse)

-John Tempesta
(batterie)

TRACKLIST

1) Low
2) Legions (In Hiding)
3) Hail Mary
4) Trail of Tears
5) Shades of War
6) P.C.
7) Dog Faced Gods
8) All I Could Bleed
9) Urotsukidoji
10) Chasing Fear
11) Ride
12) Last Call


DISCOGRAPHIE


Testament - Low



Après un The Ritual en 1992 qui divisa les fans, jugé trop rock, trop mainstream, trop « doux » pour les « trues » (tous les grands groupes qui se remettent en question doivent faire face à ce genre d’écueil, le meilleur exemple étant les Load et Reload des Four Horsemen, mais c’est une autre histoire!), il est inutile de préciser que Testament était attendu au tournant. Low sort donc deux ans après son, très injustement méprisé, prédécesseur. Et le virage pris par le groupe est à l’image de son changement de line-up. Tête à queue et gros drift sont au programme. Un guitariste et un batteur qui se tirent vers d’autres horizons. « Est-ce la fin de Testament? » allez vous me dire, la gorge serrée et les yeux humides. Non. Une renaissance sous le soleil noir du Death.

L’inimitable Alex Skolnick est remplacé par le non moins manchot James Murphy au palmarès impressionnant (Death, Obituary, Cancer, Disincarnate entre autres). Le nouveau batteur, après trois albums avec Exodus, n’est autre que John Tempesta. Une base solide pour le noyau dur, Chuck Billy au chant et les fidèles Eric Peterson et Greg Christian, respectivement à la guitare et à la basse. Le groupe veut en découdre et va jeter un parpaing dans la mare. Car Testament ne s’est jamais véritablement départit de son âme thrash d’antan et compte bien le faire savoir. Brutalement. Le titre éponyme démarre un marathon violent et groovy qui annonce la couleur. Testament n’est pas venu coller des gommettes ni sucer des glaçons, mais bien prouver qu’il a encore des tripes, et loin d’être mort et enterré. La voix de Chuck Billy est impressionnante dans le registre caverneux et colle parfaitement au style rugueux de l’album. Des nappes de guitares en fonte (c’est lourd la fonte!) qui se font délicieusement malsaines lors des nombreux soli. Les musiciens s’en donnent à cœur joie pour nous proposer un voyage tourmenté de thrash mid tempo allaité au Death.
"Legions (In Hiding)" et "Hail Mary" enfoncent le pieu un peu plus et laissent l’auditeur hagard devant ce déferlement de haine et de rage. Les trois premiers morceaux sont le point fort de l’album, ils s’enchaînent si bien que la descente en enfer a rarement été aussi bonne! On retrouve à l’atterrissage "Trail Of Tears" accompagnée de la voix claire d’un Chuck Billy toujours juste, appropriée au registre, sur une ballade bienvenue sans être un moment incroyable. Sans doute un clin d’œil aux fans, ce titre peut être vu comme un hommage à leur passé. La pause est de courte durée puisque les jouissifs "Shades Of War", "P.C." et "All I Could Bleed" viennent reprendre l’entreprise de démolition des premiers titres. Testament a beaucoup de choses à dire, et c’est parfois au détriment de la cohérence de l’album. Certains titres paraissant plus anecdotiques que d’autres, entraînant une légère baisse de tension. L’originale instrumentale "Urotsukidoji" est un joyeux délire, pas forcément déplaisante, mais les deux derniers titres sont fortement dispensables, et leur suppression aurait rendu l’album plus concis.


Low est loin d’être parfait, les quelques longueurs de la seconde moitié de l’album lasseront certains, tandis que d’autres apprécieront cette noyade dans un cloaque épais et gluant. Noyade tellement rafraîchissante que tout amateur de metal qui tabasse un tantinet appréciera ce parti pris assumé du début à la fin. Cet album marque le début d’une déferlante qui se prolongera, avec succès, sur les deux galettes suivantes : le bien nommé Demonic et l’imparable The Gathering. Testament prouve, s’il en était besoin, qu’il reste un acteur majeur du thrash et du metal en général. Saluons bien bas cette prise de risque judicieuse et bienvenue. Merci, bonsoir.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5