6293

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 07 décembre 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Steven Mageney
(chant)

-Scott Leach
(guitare)

-Markus Flury
(guitare)

-Cris Stone
(basse)

-Marcel Sardella
(batterie)

TRACKLIST

1) Zarathustra
2) Break Of Dawn
3) Anyone Can Be A Hero
4) The Brothers Were Wright
5) Eternal Flame
6) Skin To Skin
7) Walls Fall Down
8) Back For Good
9) Power Pack
10) Stranded
11) Sun Came Out

DISCOGRAPHIE

Timewalker (2005)
Secrets (2007)
Dawnbreaker (2013)

Crystal Ball - Dawnbreaker
(2013) - hard rock heavy hard rock - Label : Massacre Records



Quand on parle de la Suisse, on pense horloge et chocolat. Ou alors compte en banque, mais je n’ai pas assez d’économie pour envisager de sitôt un exil fiscal. Pourtant, il y a un groupe de hard rock qui visiblement est super connu et a vendu un paquet de disques… Ma culture musicale semble souffrir de lacunes helvétiques. En même temps, lorsque l’on ose appeler son groupe Crystal Ball, c’est que l’on n’a peur de rien… Le groupe de hard rock suisse nous arrive donc avec un septième album intitulé Dawnbreaker. Après un break de six ans, Crystal Ball accueille un nouveau chanteur et frontman en la personne de Steven Mageney. Alors, qu’y a-t-il dans la boule de cristal à découvrir ?

Le morceau d’introduction effrayera tout auditeur avec une reprise de "Zarathutrsa" parfaitement ridicule, manquant totalement de coffre et d’ampleur. Passons rapidement à la suite… "Break Of Dawn" part sur de meilleures auspices. On s’aperçoit que la musique du groupe est avant tout hard rock, mais pas mal influencée par le heavy metal, voire même le power metal. En cela, on pourrait rapprocher ce style des morceaux mid-tempos d’Edguy, période récente. C’est particulièrement flagrant sur certains morceaux comme "Anyone Can Be a Hero". Ainsi donc, on a surtout affaire à un rock/metal bien pêchu et mélodique, avec tout ce qu’il y a de positif et de négatif. Les refrains sont souvent assez réussis, à défaut d’être géniaux. Le chant est très mis en avant, les guitares se taillant la part du lion essentiellement dans les soli. L’équilibre est plutôt bien trouvé et il faut bien avouer que le chanteur Steven Mageney s’en sort avec les honneurs. Et ce malgré une production assez limitée. Mageney se retrouve seul pendant les refrains alors que l’on verrait bien des chœurs et/ou un orchestre (même fictif) le soutenir. Du coup, l’impact de certains passages se retrouve limité ("Back For Good"). Les parties guitares quant à elles sont très classiques et ne révolutionneront rien. Malgré tout, le résultat est des plus honorables.
Au milieu de ce calibrage, Crystal Ball propose quand même une certaine variété. Mise à part la ballade "Eternal Flame" un peu trop sirupeuse, des morceaux se font remarquer. "Skin by Skin", beaucoup plus lourd et agressif, avec une partie lead simple et efficace, fait son petit effet. On se voit déjà scander le refrain en concert. Un beau morceau, efficace et entêtant, avec une belle ambiance. De même, "Back For Good", avec l’intervention de claviers puissants, possède sa patte et attire ostensiblement l’oreille de l’auditeur. "Power Pack", plus rapide, possède des guitares plus riches et des riffs plus originaux. Comme quoi, quand Crystal Ball se fait plus rapide, il sait être très efficace. Hélas, comme tout groupe de hard rock, le groupe s’autoalimente. Ainsi, les morceaux sont souvent rallongés par des reprises des refrains ad nauseam. Or, tous les refrains ne sont pas géniaux. Du coup, certains morceaux réussis fatiguent sur la fin ("The Brothers Were Right") alors qu’ils seraient bien plus percutants sans ces reprises de refrains. En même temps, plusieurs morceaux n’atteignent même pas les quatre minutes, malgré des passages répétés… C’est une caractéristique classique du hard rock, à vous de voir si ça vous gêne ou pas. 


Au final, ce Dawnbreaker est plutôt bien foutu. Jamais franchement génial, il renferme quand même de bons passages et les mélodies font souvent mouche. Comme souvent, il est dommage que la production ne soit pas pleinement à la hauteur et que le groupe n’ait pas tenté un peu plus de choses sur ses chansons, se contentant de structure archi-connues. Bref, si vous aimez le hard rock pêchu et mélodique, tendance heavy, Crystal Ball est là pour vous faire passer de bons moments.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1