1515

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 7/20

LINE UP

-Mark Sweeney
(chant)

-Scott Leach
(guitare)

-Tom Graber
(guitare)

-Dany Schällibaum
(basse)

-Marcel Sardella
(batterie)

TRACKLIST

1)Digital World
2)Tear Down The Wall
3)He Came To Change The World
4)Walk Through Time
5)Mozart Symphony
6)Powerflight
7)Fallen From Grace
8)Celebration
9)Sensational
10)The Eye of The Storm
11)Talking To The Walls

DISCOGRAPHIE

Timewalker (2005)
Secrets (2007)
Dawnbreaker (2013)

Crystal Ball - Timewalker



Je me disais justement «ça fait quand même beaucoup de promos d'un bon niveau qui arrivent ces temps-ci». Si la plupart des CDs promos chroniqués chez les Eternawlz récoltent entre huit et treize sur vingt, c'est parce qu'une immense majorité de la production ne tape ni dans l'horrible ni dans le génial. Or cela faisait un bon mois voire plus que je n'avais pas donné moins de quatorze à un promo, et c'était réjouissant mais un peu déstabilisant tout de même. Et le retour de bâton arriva sous la forme de Timewalkerdes Suisses de Crystal Ball, déjà surnommé dans mon esprit «l'Album Pas Bien». Il fallait bien que ça finisse par arriver...

Crystal Ball donne dans un genre de heavy mou à refrains. Je ne saurais mieux définir leur mixture de riffs hard-rock et de chant aigu typer heavy. Ça part souvent dans le FM, et cet album dégage en général l'impression d'être revenu aux années quatre-vingt. La prod est clean à l'excès, réduisant parfois les guitares rythmiques à un crin-crin d'arrière-plan et la batterie au rôle de métronome. Le chant écrase tout, noyé qu'il est de réverb: ceci renforce d'ailleurs fortement le côté pop du tout. Quand la guitare part en lead elle se retrouve d'un seul coup au premier plan, avec un son cristallin et dégoulinant qui semble avoir été créé sur mesure pour donner des émotions humides aux groupies du premier rang.

Dès le troisième titre, "He Came To Change The World", ce qu'on craignait après deux chansons plates de hard-rock gentil se révèle exact: Crystal Ball est un groupe à soupe. Seigneur, que ce single est raté! Pour une orchestration un peu recherchée on a droit à trois minutes trente-six - ben tiens - de ballade sucrée qui nous ramène tout droit aux vestes à patches et aux moules-burnes en lycra qui habillaient nos idoles des eighties. Et pour les refrains mentionnés plus haut, ils sont répétés en choeurs et la plupart des compos misent tout sur ce côté hymne, comme les exécrables "Celebration" et "Eye Of The Storm". Les riffs sont bateau, les mélodies évidentes et les ponts convenus: ça tape dans le hard-pop d'une manière outrancière, et surtout ça le fait mal.

Car vous le savez peut-être, je n'exècre aucune orientation musicale en soi. Seulement il faut que ça soit bon, ou au moins efficace. Crystal Ball nous aligne les clichés musicaux les uns après les autres, des soli faussement shreddisants au chant déconcertant de fadeur. Mark Sweeney est technique et peut monter haut, mais la prod de sa voix comme son timbre ne sont pas vraiment top. Quand il ne force pas ça passe bien, mais dès qu'il veut se la jouer puissant il montre ses limites. Le batteur Marcel est vraiment impressionnant tant il est dépourvu de feeling, c'est du boum-paf basique sans arrêt. Si le groupe réussit à balancer de temps en temps un riff hard-rock solide avec ça, quand il part en heavy lyrique la batterie est à la masse.


Bref on retiendra que Timewalker est une bonne manière de gaspiller son argent si on en a trop. Le groupe est presque risible dans ses tentatives au fil de l'album d'aborder le métal sous différents angles pour toujours en faire de la soupe. Exception, le titre "Fallen From Grace" tape dans le power/heavy à claviers de bonne facture, un hymne presque réussi. Marcel sort de sa torpeur et donne de la double syncopée sur les couplets, ça fait plaisir, merci Marcel. Mais ça ne rattrape pas le reste de l'album... Surtout que même cette compo est plombée d'un chœur épique pas vraiment inoubliable. Donc de vous à moi, je vous conseille de ne pas acheter cet album, et de prendre un vrai groupe de heavy à la place. Ça ne manque pas...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4