6108

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 26 juillet 2013
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Andrew Fidler
(chant+guitare)

-Jonathan Athon
(chant+basse)

-James May
(chant+batterie)

TRACKLIST

1) A Cold Embrace
2) Enemy of Reason
3) The Weak and the Wise
4) Internal/Eternal
5) Truth Untold
6) In Days of Woe

DISCOGRAPHIE


Black Tusk - Ten No Wounds
(2013) - hard rock Ascendant Sludge : l'écho de Savannah - Label : Relapse Records



On pourra toujours se poser la question du bien fondé de la sortie d'un EP pour les groupes ayant déjà sorti des albums. En regardant la discographie de Black Tusk on est moins surpris puisque ce combo a déjà sorti 3 albums... mais aussi 3 Maxis. Cette nouvelle sortie intrigue et, du coup, pose la question de sa nécessité ? Vite mon casque audio et en route pour quelques écoutes.

Le moins que l'on puisse dire c'est que la première mesure et la longue intro à la guitare d' "A Cold Embrace" coupe un peu avec ce que nous sert le groupe d'habitude . On commence cette fois sur une bonne surprise avec ces deux minutes purement instrumentales. En effet, nos originaire de Savannah (USA) (patrie sludgesque de Baroness et Kylesa) souffre systématiquement du comparatif avec les mastodontes du coin (vous l'avez, la private joke ?), et on se dit que cet EP inaugure une évolution de genre. Le premier morceau est d'ailleurs bien plaisant : ça respire le rock US , la gratte aux vapeurs psyché , bien grassouillette à la sauce barbecue. On déchante néanmoins un peu sur la suite en retrouvant à peu près le son propre au groupe, avec ses chouettes passages mais aussi ses défauts et ressemblances avec ses con-citoyens Savanesques (on dira que les habitants de Savannah sont les Savanesques, ça va ?).
Le deuxième morceau :  "Enemy of Reason" est en effet du pur Black Tusk, pas mauvais, bien en place mais dans la droite ligne du groupe. En revanche, ce sont "The Weak and the Wise" et "Internal/Eternal" qui attirent mon attention et caressent les poils de l'oreille dans le bon sens. On comprend que les nombreux concerts et tournées partagées avec d'autres groupe tels que Kvelertak, Cancer Bats et surtout Red Fang ont eu leur petit effet et leur petite influence. Tant mieux, car c'est sur le chemin de cette légère évolution qu'on espère voir le groupe s'engager. Sur la route, on fait régulièrement le contrôle des niveaux... Eh bien, sur un EP, c'est la même chose : les niveaux d'influences évoluent. L'approche de leur rock est plus léché, plus travaillé avec quelques pointes de violence à la sauce hardcore US (sans s'emballer, on ressent l'influence mais sans aller plus loin).
Les deux derniers titres "Truth Untold" et "In Days of Woe" ne sont pas mauvais, mais auraient pu figurer tant sur les anciens albums que sur le nouveau, sans que la surprise n'en soit plus grande.
Le sludge à la Black Tusk est bien présenté dans ses chansons bardées de gros riff. Celles-ci feraient plus figure de titre bonus sur une édition type special « southern rock from Georgia » que sur un EP comme celui ci. EP d'ailleurs promu comme le petit cadeau en attendant le nouvel album. Ces deux titres, même si loin d'être mauvais, nous laissent sur notre faim au regard de ce que propose le premier titre...Le public est déçu!


Le mini album n'est pas mauvais en soi. Le groupe et la maison de disque avancent que celui-ci est proposé avant le prochain album parce que le groupe, ayant beaucoup tourné, ne voulait pas laisser le public sans nouveauté. J'aurais préféré attendre peut-être encore un peu, et découvrir un peu plus tard un album entier ayant pris le temps de rôder les morceaux et de les approfondir un peu. Un peu déçu, mais sans plus. Le groupe pourrait pourtant se faire un nom dans sa ville et partout ailleurs sous couvert du petit effort artistique ressenti dans le titre ouvrant l'album. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2