18528

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 09 décembre 2020
Sa note : 16/20

LINE UP

-Johanna Ahoben
(chant)

-Aleksi Mäkelä
(guitare)

-Mikko Kujanpää
(claviers)

-Aapo Timonen
(basse)

-Eemeli Timonen
(batterie)

TRACKLIST

1) Drown Memories 
2) Eternal Fame
3) Bring It On
4) Riot in the Crowd
5) Where is the Gold
6) Lift Me Up
7) Pounding Heart
8) Mindreader
9) Theme Park
10) The Cost Of Greatness

DISCOGRAPHIE


Memoremains - The Cost Of Greatness
(2020) - pop metal symphonique electro Eurodance - Label : Autoproduction



Après une demi décennie à se roder avec une bonne dizaine de singles accrocheurs, pop metal très axés Eurodance avec un touche des années soixante-dix, les jeunes Finlandais de Memoremains déboulent avec leur premier album, The Cost of Greatness, qui reprend les mêmes ingrédients, agrémentés d'une maîtrise nouvelle et d'un savoir faire qui les placent comme les principaux artisans du style pop metal disco accrocheur, limite putassier mais terriblement jouissif et réconfortant.

Memoremains a annoncé la couleur dès le début de l'année 2020 avec coup sur coup trois singles, "Pouding Heart","Bring It On" et "Eternal Fame". Et il est clair que le quintet a voulu aller droit au but. Trois tubes, bien que différents, mais avec le même principe : offrir une pop metal suintant le synthé dans la droite ligne des années soixante-dix. Refrain dévastateur et facilement mémorisable ("Bring It On"), électro à outrance ("Pounding Heart") sans oublier le riff metal (qui fait que le combo se maintien dans notre genre de prédilection). Memoremains l'a bien compris, c'est ainsi qu'"Eternal Flame", premier titre de The Coast of Greatness ("Drown Memories" étant une intro) commence non pas sur une nappe de synthés mais sur un riff, facile mais efficace. Si "Riot In the Crowd" est clairement la proposition la moins convaincante de l’œuvre, les autres pistes approchent des sommets. "Lift Me Up" est dans la veine des trois occurrences suscitées et met en lumière Johanna, qui se dévoile au fil des titres. Voix douce et fluette, plus rauque par instant, douce mais énergique, sa palette est large. « Malheureusement », Memoreramains tombe dans le piège des ballades, au nombre de deux. Bien qu'elles présentent un léger intérêt ("Mindreader" plus que "Where Is The Gold"), une seule aurait largement suffit.
Mais là ou The Cost Of Greatness va marquer l'essai gagnant (le coup de cœur de votre serviteur) c'est sur les deux derniers titres le composant. "Theme Park", LE morceau de ce premier effort, vous fait vivre une virée dans un parc d'attraction. L’occurrence reprend tous les ingrédients déjà connus, mais s'agrémente d'un tempo légèrement plus bas, de changements de rythmes et surtout d'un accordéon qui surgit sans crier gare donnant une consistance à un titre qui n'en manquait pas. Enfin les jeunes Finlandais ont de l'audace et propose à la fin de The Cost of Greatness un titre épique et éponyme de dix minutes. Si l’exercice est un passage obligatoire pour les groupes de metal sympho à base d'orchestration, l'essai paraît bien plus risqué pour Memoremains et sa pop metal électro. Pourtant c'est une réussite, les claviers de Mikko sont explosifs et rappels, sur certains aspects, ceux de Tuomas, époque Wishmaster. Les arrangements font honneur à la composition, le rythme imprimé par Eemeli et Aleksi les accompagnent parfaitement et, au fur et à mesure du développement du morceau, mettent en valeur la performance de leur vocaliste qui prend clairement son envol. Surprenant, déroutant mais marquant !

Après s'être fait la main sur une succession de singles plus ou moins réussis, Memoremains frappe un grand coup avec The Coast Of Greatness. Vous aimez la pop aux refrains implacables, l'Eurodance des années quatre vingt-dix et l'électro un peu kitch des années soixante-dix, le tout enveloppé dans un metal symphonique de l'école finlandaise ? Alors ce premier effort est clairement fait pour vous. Mon petit doigt me dit qu'il faudra compter sur ces cinq petits jeunes dans le futur.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1