18245

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 24 décembre 2019
Sa note : 16/20

LINE UP

-Christian "C." Jönsson Baad
(chant)

-Eddie "E." Lindgren
(chant+guitare)

-Simon "S." Olovsson
(guitare)

-Dennis "D." Holm
(basse)

-Oscar "O." Krumlinde
(batterie)

TRACKLIST

1) Tyranni
2) Stigens Ände
3) Likvidering
4) Allt Förgås
5) Den Eviga Flamman
6) Underjordens Apostlar
7) Pestens Lärjungar
8) Dråp
9) Ändlöst Slaveri

DISCOGRAPHIE

Deceptis (2018)
Tyranni (2019)

Avslut - Tyranni
(2019) - black metal - Label : Osmose



Battre le fer tant qu’il est chaud. Cette expression proverbiale colle à merveille aux débuts d’Avslut. Non contents d’avoir sorti un très bon premier album en 2018, les Suédois n’ont pas perdu de temps, offrant encore un EP avant de présenter leur second ouvrage longue-durée. Au risque de perdre leur inspiration ?

Malgré cette frénésie de sorties, les Stockholmois s’évertuent à composer des titres qui rapidement vont toucher l’auditoire en plein cœur. Le premier riff de Tyranni va en effet directement vous plonger dans un monde noir et violent avant que de sombres mélopées ne viennent achever ce travail de sape. Et tout semble s’écrouler sous vos pieds, pour vous plonger encore et encore vers d’infernales contrées. Le savoir-faire d’Avslut est évident. Leur amour pour Dark Funeral saute une fois de plus aux oreilles, sans que cela ne se révèle trop préjudiciable, hormis pour les allergiques à ce black suédois très typé années quatre-vingt-dix. La force des Scandinaves réside principalement dans leur propension à accoucher de riffs de guitares très tranchants, lesquels sont souvent accompagnés par des rythmiques rapides. "Underjordens apostlar" et "Pestens lärjungar" raviront les amateurs de brutalité maîtrisée.
Le quintet oppose à la sécheresse de certaines parties des passages plus mélodiques, aidé en cela par l’apport d’un clavier aussi discret qu’efficace, à l’instar de ce que l’on peut entendre sur "Dråp" qui jette un voile ténébreux sur une musique qui n’en manquait pourtant pas. Il cherche également à diversifier son discours en proposant des morceaux plus lourds, tel "Allt förgås", six minutes mid-tempo où l’on retrouve l’identité d’Avslut avec un ralentissement voulu, mais qui ne m’a pas convaincu. À mon sens, la formation excelle dans les passages plus enlevés et plus directs. Lorsqu’elle se veut plus lente, elle ne parvient pas à être aussi percutante et intéressante. L’écoute de Tyranni se fait cependant sans grande difficulté et prouve une fois encore le talent des Nordiques qui parviennent à élaborer des titres de grande qualité.


Deuxième essai longue durée et deuxième réussite pour Avslut. Le nombre important de sorties depuis sa naissance n’a pas gâté l’inspiration des Suédois. Gageons qu’en 2024, à la sortie de leur huitième album, mes conclusions soient aussi enthousiastes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6