18125

CHRONIQUE PAR ...

132
Eudus
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mai 2019
Sa note : 16/20

LINE UP

-Erik Grawslö
(chant+basse+batterie)

-Markus Andé
(guitare)

-Jacob Hallegren
(batterie)

TRACKLIST

1) Sveablotet
2) Hervors Arv

3) Slaget Vid Bravalla
4) Ett Sista Farväl
5) Spjutbädden
6) Tvenne Drömmar
7) Krakes Sista Strid
8) Dödskvädet
9) (Don't Need) Religion (Motörhead cover) (Bonus)
10) Day Star - Son of Dawn (Bonus)

DISCOGRAPHIE


Månegarm - Fornaldarsagor
(2019) - heavy metal folk pagan viking heavy metal ! - Label : Napalm Records



Chers lecteurs, vous en avez marre d’entendre parler du nouvel Amon Amarth depuis des lustres ? J’ai LA solution. Les suédois de Månegram débarquent avec leur neuvième album sobrement intitulé Fornaldarsagor. Drakkar, guerriers vikings, loups, ours, l’artwork, signé Kris Verwimp nous invite dans un voyage folk / viking. Mais rassurez-vous, l’offrande se révèle bien plus riche et complexe qu’elle n’y parait.
 
Autant être franc dès le départ, je ne pourrai faire aucune comparaison avec le reste de la discographie de Månegram puisque je n’avais pas connaissance de leur existence il y a encore un mois (encore une preuve que notre forum est un lieu de haute qualité pour découvrir de nombreux artistes). Avant de parler musique, il vous faut savoir, pour les éventuels amateurs de l’auteur, que Fornaldarsagor est (en partie) basé sur le livre de Tolkien, La Saga du Roi Hervor publié en décembre 1976 et mettant en scène d’anciennes divinités scandinaves. Les titres composants cette nouvelle sortie sont tous en suédois, ce qui est assez immersif mais qui vous demandera plusieurs heures de traduction si vous souhaitez tout comprendre. A titre d’exemple, la fabuleuse et magnifique "Dödskvädet" signifie « La chanson de la mort » et est basée sur un poème de vingt neuf versets datant de plus de 1200 ans. A la première écoute de Fornaldarsagor, la surprise est de mise. On est face, en ce début d’œuvre à un mix de viking metal (comprendre chant guerrier, rythmes rapides et puissants, batterie omniprésente) et d’un heavy metal traditionnel à base d’une guitare affûtée et de riffs entraînants. Ainsi l’enchaînement "Sveablotet", "Hervors Arv" et "Slaget Vid Bråvalla" est une ode à ce qu’un  de nos membres (le dénommé CROM) appelle du « Heaviking ». Le terme est particulièrement bien trouvé. Mais ce n’est pas tout, Månegram est avant tout un groupe de black pagan, et cette identité n’est pas totalement partie en fumée (oui j’ai fait mes recherches quand même). Ainsi, cette ambiance pagan demeure tout du long de ces trois morceaux tout comme le chant typé black sur certaines ses lignes, parfaitement exécutées par le caméléon qu’est Erik. Rien que sur "Sveablotet", l’alternance de ses techniques enchante. On passe de ce chant typé black à des growls plus classique dans le style viking et un peu de chant clair. Un grand moment débouchant sur le tube de cette nouvelle offrande. L’énergique et puissante "Hervors  Arv", qui à elle toute seule met en avant ce côté heavy de Fornaldarsagor. Un futur monument des setlists, tant le refrain est un hymne. Enfin, "Slaget Vid Bråvalla" conclut ce trio « heaviking » avec la même énergie, cette même puissance (le travail du batteur, Jacob est phénoménal). Le refrain en chant clair d’Erik, sans atteindre le niveau des deux titres précédents, fait également son petit effet.
Et là vous vous dites, et le folk dans tout cela ? Patience, il arrive. Månegram fait clairement évoluer le style au fur et à mesure des pistes. "Ett Sista Farväl" (bénéficiant d’une voix féminine plus que charmante) ralentit clairement le tempo et est beaucoup plus dans la veine du folk metal, le violon prenant une belle place dans la composition. Le chant emplit de désespoir d’Erik apporte de l’intensité au morceau. Après un "Spjutbädden" de bonne facture, mais un chouillat en dessous du reste (malgré son refrain assez fédérateur), Fornaldarsagor offre sa pépite folk à savoir la rythmée "Tvene Drömmar". Dans la plus pure tradition folk metal, mais agrémentée de cette composante heavy, l’œuvre donne envie de donner de sa personne. "Krakes Sista Strid", longue de ses presque huit minutes, perpétue cette dominante folk à cette seconde moitié d’album. Composition épique à souhait, son premier tiers est dans la continuité de sa prédécessrice avant de déboucher sur une partie plus calme, plus aérienne, avant un final résumant parfaitement la symbiose des membres de Månegram,  à savoir une voix puissante et technique, une batterie véritable fil conducteur de l’œuvre et une guitare qui ne se laisse pas marcher dessus. Rajouté le violon pour la dominante folk et vous obtenez un résumé parfait de Fornaldarsagor. Ce dernier (dans sa version classique) se termine par une ballade, "Dödskvädett", où les mots me manquent pour retranscrire l’émotion suscitée par la composition et qui met en lumière l’organe vocal époustouflant d’Erik.  A noter que contrairement à une grande majorité des cas, les deux titres bonus offerts ici sont d’une excellente qualité. La reprise de Motörhead "(Don’t Need) Religion" version viking metal met une claque sévère. Quant à "Day Star – Son of Dawn" elle nous fait revenir aux grandes heures black pagan des suédois (et fait référence, selon la bible, à Lucifer).

Avec Fornaldarsagor, Månegram réussie à coupler Viking Metal, Pagan Metal, Folk Metal et Heavy metal. Si le groupe bénéficie d’une aura toute relative comparée aux mastodontes du genre, cela serait une grave erreur de passer à côté de cet album qui, malgré ses seuls huit titres, est riche et complexe.  Il me reste désormais à me plonger dans leurs huit précédentes offrandes.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2