17806

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 17 novembre 2017
Sa note : 17/20

LINE UP

-MkM
(chant)

-Sébastien "BST" Tuvi
(guitares)

-INRVI
(basse)

-T
(batterie)

TRACKLIST

1) A Heart to Judge
2) Her Feet upon the Earth, Blooming the Fruits of Blood
3) The Inside Scriptures
4) Promise of a Miracle
5) Contaminating All Tongues
6)
Silver Dagger and the Breathless Smile

DISCOGRAPHIE


Aosoth - V: The Inside Scriptures
(2017) - black metal aïe - Label : Agonia Records



-Vrille-moi, vrille-moi, vrille mooooiiii aïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïï.
Le bruit de la pointe qui perce la chair. Le murmure de la lame qui se fraie un chemin dans l’épiderme. Vrille, vrille, vrille encore. Ça fait maintenant cinq fois que tu tournes la roue dans mes boyaux. Cinq fois que ça fait (très) mal. Et toujours avec "Innerwar" en arrière pensée.
« I've got to keep myself together, I've got to stay calm, I've got to keep my presence of mind. » Aïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïï.

La dernière fois que tu m’as fait du mal, la quatrième donc, c’était avec une flèche dans le cœur. Eh bien figure-toi, c’est là où j’ai pris le moins de plaisir. Une certaine dilution de la noirceur ? Un peu trop de fluidité ? J’en venais à regretter la troisième fois. Celle où tu m’avais ébouillanté également. Tu m’avais aussi plongé la tête dans un fourneau. Défiguré, j’avais joui. Pour ce cinquième service rituélique, The Inside Scriptures, j’ai tout de suite compris à l’artwork que j’allais prendre mon pied. Un peu comme la certitude que j'avais eue en voyant la pochette originale d’Ugra Karma, d’Impaled Nazarene, que les gens du marketing – oui, du marketing, dans le monde du black metal comme autre part – ont par la suite rendue terriblement banale. Combien de temps avant qu’Inside Scriptures subisse le même sort ? Combien de temps avant que l’on trouve que le sublime cœur doré arraché de haute lutte soit trop déstabilisant pour le consommateur ? Toujours est-il que l’artwork augurait quelque chose de fort, et je n’ai pas été déçu.
L’épaisseur est de retour. La profondeur, celle qui vous agrippe, vous colle contre le mur et vous dépèce, aussi. En mode blast, la plupart du temps, en mode pesanteur extrême, elle est là. Elle vous dit des choses déplaisantes à l’oreille, vous la lèche, puis vous la mord. "Her Feet Upon the Earth…" est très, très Aosoth – avec un petit air de "Songs Without Lung", et, de manière générale, la bande de MkM emprunte les sentiers obscurs que l’on attend qu’elle emprunte. Le groupe fait-il du surplace ? Non. Aosoth ré-épaissit sa musique et ne fait pas de révolution. En revanche, on peut percevoir une évolution, vers un propos un peu plus posé, une puissance plus assise. Outre la sempiternelle comparaison avec Deathspell Omega, le chant des guitares « vrilleuses » rappelle parfois Blood of Kingu, ou encore Ascension. Le final "Silver Dagger..." est le titre qui évoque le plus les puissants Allemands. Ce morceau et le précédent, peut-être le plus lourd qu’ait composé le groupe, possèdent un caractère majestueux, qui laisse bouche bée – ce qui permet à un filet de sang de courir le long du menton, avant de gouter au sol. Oui, majestueux, c’est le mot. La dissonance comme art majeur, les paroles de haine de MkM comme véhicule. Arrache-moi le cœur encore une fois.


Dans le combat opposant le monde d’En Bas contre le monde d’En Haut, les forces ont tendance à s’équilibrer. The Inside Scriptures apporte sa contribution imposante, implacable même, torturée, mais pas inaccessible, aux forces obscures. Gabriel et Métatron ont du souci à se faire.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2