CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
le 20 juillet 2014




SETLIST

Angels Cry
Nothing to Say
Waiting Silence
Lisbon
Deus le Volt!
Spread Your Fire
Rebirth
Unfinished Allegro
Carry On / Nova Era
Gate XIII

AFFILIÉ

Angra
Lyon - Ninkasi Kao
(22 février 2007)

22 juin 2014 - Hellfest


Angra_Hellfest_20140622

Angra est un groupe culte car il a profondément marqué mon parcours musical. Sortant tout juste de Rammstein et Nightwish (si vous êtes de ma génération, vous comprendrez), et abordant à l’époque la vaste discographie d’Iron Maiden en quête de me faire une éducation métallique crédible, c’est à ce moment précis de grande innocence qu’Angra m’a été présenté. Du heavy à l’époque me disais-je, en plus rapide avec plus de soli et un chant plus aigu. Les termes « power » et « speed » m’étaient encore inconnus, et le terme « progressif » n’évoquait absolument rien.

C’était la sortie de Temple Of Shadows, la « deuxième période » du groupe comme on disait alors après la scission d’André Matos avec Sh(a)aman. Une lointaine époque à présent après les déboires de line-up qui ont suivi cette dernière décennie, et qui ont abouti à la daube qu’est Aqua sorti il y a 4 ans et que le groupe lui-même semble renier. Alors que reste-t-il d’Angra ? La réponse est très simple : d’excellents musiciens, irréprochables techniquement et un nouveau chanteur, le seul du circuit qui pouvait être à la hauteur du nom du groupe, je parle bien sûr du fabuleux Fabio Leone de Rhapsody Of Fire. Et à l’image du groupe italien dont les conflits internes ont été au moins aussi ubuesques et qui ont mené au même naufrage, Angra a réalisé qu’il serait dommage de priver les jeunes fans d’une discographie si riche à ré-explorer. Et c’est ce que les Brésiliens ont fait à merveille sur le live sorti l’an passé Angel's Cry: 20th Anniversary Tour et c’est ce qu’ils ont proposé également en cette après-midi de Hellfest.
Une après-midi insoutenable en plein soleil sur une mainstage où les festivaliers se font rafraîchir à coup de canon à eau par les pompiers sur le côté de la fosse ! Une idée fort bienvenue pour profiter de l’excellente setlist proposée. Aucun faux pas au niveau des choix, on retrouve les 2 tubes d’Angels Cry "Carry On" et le titre éponyme, le single de Holy Land "Nothing To Say", celui de Fireworks avec "Lisbon". Quant à Rebirth, bien sûr "Nova Era" et l’éponyme, le catchy "Spread Your Fire" de Temple Of Shadows et enfin "Waiting Silence" représentant Aurora Consurgens. Et voilà, facile hein ? Niveau prise de risque on repassera par contre. Mais qu’importe ! Tout le monde brûlait d’impatience à voir la paire Kiko Loureiro/Rafael Bittancourt faire résonner à l’unisson leurs soli, admirer le travail d’orfèvre de Fabio Leone à reprendre avec brio les lignes intouchables d’André Matos, sans oublier le fantastique Felipe Andreoli maîtriser avec un talent insolent sa bûche à 6 cordes.


De la bonne ambiance dans un public venu en grand nombre affronter le caniard et chanter en cœur tous les tubes qui ont forcément à moment de votre vie fait vibrer votre cœur. Angra, c’est avant tout un amour de jeunesse, fou et passionnel, dont on a appris petit à petit à oublier l'existence entre sa longue absence et ses écarts de conduite. Mais au final, le plaisir des retrouvailles est bien là et le groupe se fera largement acclamer tout au long du set pour un bonheur visiblement partagé.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5