CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
le 08 avril 2014




SETLIST

Tiggerfinger :
I'm Coming for You
Perfect Match
On My Knees
Let It Ride
My Baby's Got a Gun
Camaro
All This Dancin' Around
Drum's Solo
First Taste
I Follow Rivers (Lykke Li cover)
Rappels
Is It
Soon
Man Down (Rihanna cover)

Bokowski:

Hazardous Creatures 
The Midnight Son 
Brothers Forever 
Keep Your Head On 
Mysanthropia 
Car Crasher 

AFFILIÉ

Bukowski
Paris - O'Sullivan By The Mills
(13 novembre 2008)
Paris - Le Divan Du Monde
(13 mai 2013)

26 mars 2014 - Paris - Trianon


Bukowski_-_Triggerfinger_Paris_-_Trianon_20140326

Triggerfinger ce sont trois flamands qui ont créé le buzz en Belgique avec leur mélange de rock et de stoner. En 2012, j’avais eu l’occasion de les voir aux Solidays et j’avais été impressionné par la classe que dégageaient ces trois musiciens, malheureusement peu de personnes (une centaine grand max) étaient venues les voir, préférant aller jumper sur les scènes principales au son des groupes du moment. Il était donc hors de question pour moi de les louper cette année, surtout qu’ils passaient avec les très sympathiques français de Bukowski. Ce fut l’occasion de passer une excellente soirée et de me rendre compte du chemin parcouru par ces belges.

Mais avant de passer au plat de résistance, les hostilités commencent avec le metal énergique de Bukowski l’espace d’une petite demi-heure. Et dès le départ deux constats m’interpellent : la salle n’est que très peu remplie et le son des guitares sonne un peu brouillon. Rien de bien étonnant me direz-vous pour une première partie surtout que les français ne se défendent pas si mal avec leurs deux chanteurs en forme. "Hazardous Creatures" cogne d’entrée  de jeu et c’est tout sourire qu’ils enchaînent avec deux morceaux mid-tempos plus mélodiques. Sympa, sans vraiment plus. En revanche la prestation de "Keep Your Head On" est remarquable, fait se lever des têtes et pousse le public à headbanguer. Une très bonne surprise qui sera réitérée avec les deux morceaux suivants tout aussi féroces en particulier "Car Crasher" où la foule fut invitée à se séparer en deux pour se rentrer dedans au signal du chanteur. Sympa donc, même si le public n’a pas répondu très présent.
Les Français se retirent et vient ensuite le temps de la longue attente qui voit se remplir la très belle salle du Trianon. C’est avec étonnement que je vois à quel point le groupe a gagné en notoriété : la salle est presque pleine lorsque les trois flamands arrivent sous les cris hystériques du public. Costard de rigueur histoire de rester classe en toute circonstance, lunettes noires à la blues brothers pour le bassiste, les Belges commencent à balancer la sauce devant un public bouillant. Et c’est un enchaînement de titres efficaces qui mettra tout le monde d’accord d'autant que le son est limpide. La basse vrombit faisant trembler le plancher, la guitare sonne tantôt agressive et lourde, tantôt clean avec la même efficacité et le batteur cogne comme un damné toujours le sourire aux lèvres. Bref, un régal. Surtout que le groupe commence avec le rock stoner d’ "I’m Coming for You" puis le single rock de leur nouvel album By the Absence of the Sun qui sortira le 21 avril, "Perfect Match". Et le tout se révèle bien exécuté avec un public réceptif grâce à un chanteur très charismatique en pleine forme.
Pause. Petite discussion moitié en français, moitié en anglais de Ruben Block, le guitariste chanteur, qui nous trouve cool, puis le groupe entame l’un de ses morceaux fétiches : le stoner dépouillé de "My Baby’s Got a Gun". C’est à ce moment-là que le concert bascule vers une autre dimension. Le public totalement acquis à la cause répond avec délice aux facéties classieuses du chanteur qui se met à chanter sans micro, à mettre le doigt devant sa bouche pour demander au public de se taire, tandis que le batteur dort sur sa cymbale et que le bassiste boit tranquillement son café. Comique et improbable. Un grand moment. Les classiques "Camaro" et "All This Dancin' Around" ne font pas retomber la pression avec un public sautant, chantant les refrains et répondant à toutes les injonctions du groupe. Un plaisir qui perdure avec un solo de batterie assez court mais dynamique où Mario Goossens invite le public à participer (il faut avouer que le batteur est très attachant avec son sourire dont il ne se départit jamais) pour s’achever sur un très bon "First Taste".
Puis, surprise, le batteur quitte son siège, tandis qu’une boite à rythme retentit et que la reprise phénomène d’"I Follow the Rivers" de Likke Li résonne. A mon grand étonnement il se dirige à côté du bassiste, là où reposent les deux tasses de café vides, et se met à jouer des percussions à la cuillère pour coller au morceau. Sur cette réussite étonnante, le groupe s’en va et revient pour le rappel. Les Belges enchaînent deux morceaux plutôt énergiques dont un issu du nouvel album avant que Ruben Block, dont le chant a été exemplaire toute la soirée, ne se mettent à nous remercier en nous disant avec humour « Vous cartonnez ! Je peux vous le dire maintenant que je sais qu’est-ce que ça veut dire ». Et le groupe finit sous les applaudissements avec la reprise très efficace de "Man Down" de Rihanna. Oui, décidément, ces belges nous ont offert une belle soirée et méritent leur réputation.


Le concert s’achève sous les hourras du public et je ne peux m’empêcher d’être étonné de la notoriété que ces trois flamands ont réussi à gagner depuis deux ans. Toujours aussi pro, toujours aussi classe, Triggerfinger a livré un show étonnant, rock, classe avec un zeste de folie et ce pour le plus grand plaisir des spectateurs. Ce serait plutôt à nous de leur retourner le compliment : Triggerfinger « Vous cartonnez » !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2