6912

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mars 2015
Sa note : 05/20

LINE UP

-Matt Duncan
(chant)

-Cody Drasser
(guitare) 

-David Case
(basse) 

-Keith Harris
(batterie)

TRACKLIST

1) Aborted Christ MASTERED 2013
2) Impure Conception MASTERED 2013
3) Obliteration of Human Tissue MASTERED 2013
4) Obstetric Bastardization MASTERED 2013
5) Saving the Dead for reissue
6) Impure Conception for reissue
7) Rebirth for Reissue
8) Crematorial Gates
9) Flesh Wound
10) Aborted Christ (Rehearsal Demo '93)
11) Rebirth (Rehearsal Demo '93)
12) Obliteration of Human Tissue (Rehearsal Demo '93)

DISCOGRAPHIE


Afterbirth - Foeticidal Embryo Harvestation (Demo reissue & live performances)
(2013) - brutal death Gruik fondateur - Label : Pathos Productions



Je ne te conseillerai franchement pas d'aller voir le sens du mot Afterbirth sur internet. Simple terme médical certes, mais abusé ici dans son sens « viscéral » histoire de donner du goût et du moelleux au projet artistique (enfin, disons délire musical). Si tu te poses la question de savoir qui est ce groupe : bienvenue dans cette tentative de réhabilitation. Si tu connais déjà toute l'histoire, viens toi aussi sur le forum faire savoir l'injuste oubli de ce genre musical plus petit qu'un marché de niche de puce. Autrement dit : quelle est encore cette énième réédition des trois chansons fondatrices d'un genre ? 

Allez commençons par ces deux phrases à lire très très vite sans s'arrêter : 
Suffocation est un groupe de death metal américain formé en 1988. Il s'agit de l'un des premiers groupes, si ce n'est pas le premier, à jouer du brutal death metal. Le chanteur, Frank Mullen, est aussi reconnu pour être le premier à populariser les vocaux bas et gutturaux qui caractérisent maintenant ce genre musical !*
(Pause...1, 2, 3, c'est reparti :) 
Devourment est le plus gros groupe de brutal death metal utilisant la technique du slam, c'est d'ailleurs le groupe le plus connu et représentant le mieux le genre. Allez on en chante un peu : « Gruikkk grouikkk gruiiiiikkkkkkk ....hik ».*
Parfait ! Voilà! C'est dit n'en parlons plus! Parlons plutôt du groupe oublié, celui qui n'a jamais réussi, jamais percé, mais qui, par l'intermédiaire d'une pauvre K7 peut être mille fois copiée et échangée sous la veste en jean délavée ou en courrier en échange de cinq timbres aura donné des nouvelles idées fondatrices sur les aspects extrêmes du death metawl. (Précisons que le tape trading... euh... pardon!!! Précisons que la K7 est un ancien média de type support magnétique permettant le stockage notamment de musique mais aussi de data (par exemple Amstrad CPC 464 - appelé aussi Arnold 1- lecteur de cassette, 64 Ko de RAM et pour un bon jeu prévoir trois K7 et un Mickey parade à lire durant le chargement). Ce support revient d'ailleurs la mode (Pourquoi? Ce n'est pas le propos). Ce média était pratiquement le seul moyen officieux pour les groupes de se promouvoir auprès du public ou des maisons de disques.

Afterbirth, en 1993, commence à faire circuler dans New York une démo avec trois titres :"Aborted Christ", "Rebirth"et "Obliteration of Human Tissue". Pour résumer et utiliser des mots d'aujourd'hui, ces treize minutes proposent du death aux guitares tranchantes, riffs lourds et non-stop, très distordues (in french please) mais relativement standards pour l'époque et ce natif mouvement. En accompagnement, un bourrin fracasse sa batterie au gré des riffs et des changements de tempo. Mais par dessus tout ce tintamarre et le souffle inhérent au support d'enregistrement, on entend un mec (certains ont dû même se poser la question de savoir ce que cela pouvait être) qui ne fait pas que grogner, grunter ou growler, mais s'arrache une espèce de dégluti rauque et profond. Dans ce (grand) corps malade naît le slam (le gruik en bon françois). Et voilà l'histoire en marche et à partir du tape trading cette « simple » petite idée (d'être jusque boutiste dans le growl et dans la composition des morceaux) va être assimilée à une vitesse incroyable. Si rapide que finalement le groupe ne pourra même pas en profiter et restera dans son jus, quitte à être carrément oublié dans tous sites relatant l'histoire du death et de ses variantes extrêmes. Une dizaine d'année plus tard, l'internet et ses médias permettent au groupe de se proposer sur les sites de musique ou d'achat en ligne. Ce sera d'ailleurs grâce à l'internet que bon nombre de curieux pourront enfin écouter ces actes fondateurs (pour ma part, après avoir lu notamment ce qui tournait autour de Suffocation et Devourment, mais sans jamais avoir pu poser une oreille sur ces rares références glanées surtout sur des blogs ou sites US).
On retrouve ainsi sur cette édition les œuvres historiques originales et dites masteurisées en 2013, mettant un peu plus en avant la technique vocale. Mais le support reste bien une bande magnétique d'un studio une piste. Sont ajoutés les titres supplémentaires de la démo principale de 1994 et quelques horribles lives... Triste sortie ou rappel à l'ordre du grand public?  Alors que le groupe a pu, l'année dernière, enfin enregistrer pro du nouveau matériel, cette sortie est elle intéressante ? Assurément non. Le groupe (aidé enfin, récupéré par une petite structure) décline le bouzin Digital/CD ou un coffret poster/t-shirt. (à 30$ s'il vous plait). Occasion manquée pour le groupe ? Oui, car Matt Duncan annonce l'échec (normal vu son prénom) en se barrant du groupe. Peut être aurait il été musicalement et historiquement intéressant de prévoir la nouvelle démo et un super cadeau bonus avec toute cette came? Par contre pour le marketing et le financier, on se frotte les mains. Cette ultime approche ne permettra pas une réhabilitation dans nos livres d'histoire. Tant pis ? Bien fait ? 
Projet mort né frais même plus de vingt ans plus tard. 


Bon on met quelle note à un truc comme ça ? Es tu prêt à dealer plus de 100$ pour les dernières K7 originales vues sur un célèbre site d'enchère ?  A dépenser 7$ pour la version digitalo-moderne pour acquérir un petit morceau de l'histoire de la musique extrême ? Je ne parle même pas des autres formats. Réédition commerciale sincère ou mercantile ? Je ne préfère même pas y penser. A toi de voir ce que tu es prêt à payer. Une seule chose reste viable : si tu veux tout savoir sur les entrailles du gruik, tu devras te fader l'étonnante histoire de la K7 d'AfterBirth ou la chronique d'un groupe (presque) oublié. 

*Source Wikipedia.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7