6884

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 24 février 2015
Sa note : 12/20

LINE UP

-Simon
(chant)

-Dan
(guitare)

-Brod
(batterie)

TRACKLIST

1) Greedy Pig
2) Blood Fucking Blisters
3) The Last Horrendous Concubines
4) Locust Breeders
5) End User
6) So Many Fat People, During The Famine
7) All The Best Bits, They Left Out Of Your Death

DISCOGRAPHIE


Evisorax - Goodbye to the feast…Welcome to the Famine
(2015) - grindcore - Label : Bones Brigade



«Hey S1pho tu as un quart d'heure à tuer ? on a un promo pour toi : Evisorax tu connais ? Bon de toute façon, tu prends c'est du grind et t'aimes ben ça »...Voilà comment on pourrait résumer faussement l'affectation des promos. Mais il n'en est rien car en voyant le groupe et pour avoir rapidement (au sens musical du terme) entendu voire écouté les précédentes sorties, je me suis précipité. Un, deux trois...Partez ! 

Putain dix ans....Déjà dix ans que la colère des Anglais est mâchée, digérée puis régurgitée au monde au format grind. C'est technique et brutal mais direct, difficile et sans concession. Le titre du EP est annonciateur de l'ambiance : un regard peu  enthousiaste de notre humanité. Le resenti ne sera pas meilleur pour qui parviendra à maitriser le sens des hurlements viscéraux de Simon Wright. 
Mais bien sûr, le grind c'est surtout une explosion complète et rapide, un sprint total de violence où les compositions n'ont pas besoin de durer pour convaincre. Et comme tout est relatif le groupe gicle l'opener "greedy pig" sur presque deux minutes mais le reste sera nettement plus expéditif. Au final aucune bonne ou mauvaise surprise car les fondamentaux sont maitrisés, du riffing douloureux aux blasts abrasifs.
Malgré une production énorme et complètement dans la tendance des sorties du moment (Une batterie atmosphérique et étouffante couverte par une disto écrasante au service des éructations toujours douloureuses) : rien de nouveau sous le « smog » de nos voisins insulaires.
Les décharges et débauches de violences maîtrisées s'enchainent sans surprise jusqu'au "So Many Fat People, During The Famine" qui retient (un peu) l'attention. Enfin étonnamment pas dans le bon sens : le morceaux dure...dure ...dure et même s'il explose on perd un peu les repères. Dommage car même en comprenant l'intention il reste difficile de capter pour autant l'intensité du résultat.
Reste au final un EP à s'écouter de temps en temps, lorsque les discours des frérots de Napalm Death ne suffisent plus ou qu'on se lance dans une période d'indignation mondiale ou tout simplement parce que les mecs savent au delà du discours balancer la dose musicale qui défoule tant l'auditeur que son interprète. Respectable mais limité.

Pour une version plutôt acide de GTTFWTTF (Merci l'acronyme) résumons la sortie à un « BOF,  Mouais... Une sortie de plus au catalogue rayon bruit». Pour une vision plus sucrée  n'hésitons pas « chouette sortie : les mecs assurent ». Et en résumé, une sortie parmi d'autres loin de démériter, mais avec une tentative de faire un morceau un peu plus long qui n'engendre pas de réelle excitation auditive.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4