6381

CHRONIQUE PAR ...

119
DarkyPunky
Cette chronique a été mise en ligne le 26 janvier 2014
Sa note : 15/20

LINE UP

-Fred Lefranc
(guitare+chant)

-Ben Delacroix
(batterie)

TRACKLIST

1) The Shape of Things to Come
2) Let's Say
3) Lou
4) Meredith
5) Sober

DISCOGRAPHIE


Meredith - The Shape of Things to Come (EP)
(2014) - rock alternatif sincère - Label : 5th Floor



« Une sérieuse envie de dire « merde » à toute cette petite scène pop bobo. Des chansons simples, une énergie simple, une mise à nu de ce qu'on est réellement sans chercher à plaire, sans chercher à être dans l'air du temps. Seulement deux mecs qui transpirent dans un studio ». Voilà ce que m'a dit Fred précédent la sortie de The Shape of Things to Come, leur précieux EP sorti ce 20 janvier. Et oui, l'argent domine tout aujourd'hui et à même envahi le domaine musical et artistique. Autant dire que d'entendre les propos de Fred, ben ça fait du bien, et je le remercie pour ça. Je le remercie d'avoir entendu une musique vraie, qui ne cherche pas à rapporter gros, mais qui laisse exprimer sa créativité. Ouais, mine de rien ces quelques lignes que Fred m'a écris m'ont fait du bien, et j'ai donc pu m'attaquer à cet EP comme il se doit. Trêve de bavardage, le compte rendu donc. Ah, avant que j'oublie: moi aussi Fred, en gros, j'écris comme ça vient.

Une musique vraie, simple et modeste. Nous n'avons que deux musiciens ici. Fred à la gratte et au micro, Ben à la batterie. Pas de basse, pas de claviers, ni quoi que ce soit, il est important de le signaler. L'EP démarre avec sa piste éponyme, "The Shape of Things". On a un son guitaristique assez rythmique, au timbre rock, bluesy et aux influences grunge, où la voix de Fred rauque et rock (aïe aïe aïe le jeu de mots) se fond assez bien au combo gratte/batterie. La piste est vraiment sympa, d'autant plus que ce n'est qu'un duo. La profondeur normalement donnée par la basse est assez bien compensée par la pédale de Ben, et l'on oublie presque qu'ils ne sont que deux. Certes la technicité instrumentale n'est pas monstrueuse, un doctorat n'est en effet pas nécessaire pour apprécier la musique du combo. Vient "Let's Say", et le renfort de cette impression de dire merde et de tracer seul son chemin sans écouter personne. Même intro rythmique à la guitare, 2-3 accords et le rythme de la batterie bien entrainant, c'est frais, honnête et franchement sympa. La 3eme piste, "Lou" débarque alors avec son système de riffing plus alourdi, et Fred use de sa voix la plus grave et un poil agressive, qui donne finalement une piste peut être en deçà du reste de l'EP.

La musique est en effet simple, mais accrocheuse. C'est ensuite "Meredith", la 4eme piste qui démarre. Entièrement instrumentale, et éponyme au groupe, "Meredith" semble avoir été composée comme une sorte de représentation pour la bande. Sans parole, l'instru est donc mis en valeur. Ben démarre à la batterie, et les grosses cordes de Fred suivent la marche. Il en ressort donc un son assez lourd et franchement bon, où Fred peut enfin se concentrer uniquement sur sa gratte, Ben semblant se régaler à la batterie. Puis c'est la dernière piste, la plus longue (6min et 25 sec), "Sober". L'instrumental domine également la chanson, et la compo est sans aucun doute la plus complexe et la plus travaillée de l'EP. Différents tempos, la voix de Ben tantôt posée, tantôt en retrait, tantôt catchy, et puis le duo qui s'énerve, se défoule, bref se régale. Et c'est en se régalant qu'ils nous fournissent finalement une outro d'une très bonne qualité, toujours dominée par le son rauque et sec de la gratte de Fred. Bonne compo qui classe "Sober" comme le meilleur morceau de cet EP. Cette dernière chanson s'efface finalement sur un petit air de piano, et nous laisse impatient d'un prochain EP ou éventuel album, qui à coup sûr, sera aussi efficace que celui là. Un mot peut être sur l'artwork, où le duo se fait face. Une illustration bien trouvée, qui clôture le travail accompli des deux musiciens.

« Deux mecs qui transpirent dans un studio », m'a dit Fred, et Dieu sait qu'ils n'ont pas transpirés pour rien. Comme partout, le travail et la concession finissent par payer, et c'est au final un EP d'une bonne qualité que nous propose le duo. Une musique sèche, certes simple et humble, mais bien efficace et terriblement charmante. Alors continuez, travaillez, composez mais surtout régalez vous et n'essayez pas de plaire à qui que ce soit. Cet esprit là vous l'avez, et il est aussi charmeur que votre musique. Merci les gars.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3