6362

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 23 janvier 2014
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Felix Stass
(chant)

-Matthias Hechler
(guitare)

-Harald Heine
(basse)

-Katrin Jüllich
(claviers)

-Markus Jüllich
(batterie)


TRACKLIST

1) Apocalyptic vision
2) Until the end
3) Shadowmaker
4) If you believe
5) Inside your eyes
6) Kommt näher
7) Irony of fate
8) Virus
9) Back from the dead
10) Welcome
11) Antiserum

DISCOGRAPHIE

Infinity (2010)
Antiserum (2014)

Crematory - Antiserum
(2014) - death metal gothique electro - Label : SPV



Ha tiens le nouvel album de Crematory, ce groupe pas si mauvais qui pourtant n'a jamais réussi à sortir du lot. Pourtant son espèce de gothico-electro-death semble au premier abord bien foutu et pas piqué des tétons. Mais bon ... Que vaut donc cette nouvelle mouture musicale dont le style est assez particulier et difficilement fédérateur de masse ? En tout cas le groupe poursuit sa carrière. Chronique du dernier album.

Qu'ils sont de plus en plus nombreux finalement les groupes de la sphère metal (tous genres confondus) à dépasser à présent les vingt ans d'existence, à continuer de sortir des albums, et à tourner pour la plupart d'entre eux. Crematory fait partie de ces groupes à la longue carrière qui, avec un line-up très peu évolutif,  poursuit sa route. La discographie et le genre restent linéaires, mais pas dans un sens péjoratif. Le groupe a son style en propre. C'est ainsi que pas mal de générations en recherche de son oreille sont forcément tombées tôt ou tard sur le groupe pratiquant un rock gothique plutôt mélodique, mais dont les vocaux death et parfois growl de Felix Stass parviennent à inclure le groupe dans un metl'band sans grande discussion. Ajouté à cela une guitare dont les riffs, sans être agressifs, restent dans le registre rythmique death/death mélo. En tout cas, sans devenir aficionados convertis, les albums rebutent rarement et la musique est toujours agréable et digeste, à condition bien sur d'apprécier la touche électro gothique sous-jacente, voire parfois carrément en lead des morceaux.
L'Antiserum proposé ici débute d'une façon intéressante, le « bim ....bim... » d'un électro-encéphalogramme (bon ce mot j'ai quand même été le cherché dans le dico) débouchant sur l'intro purement électro et la voix off annonçant le thème de l'album. "Until The End" enchaine ainsi de suite avec son riff et sa mélodie et une rythmique, pas vraiment des plus joyeuse, soutenue par un chant trafiqué façon robot-growl du plus bel effet. On est dans du presque indus sur cette composition. Le reste de l'album se fera un peu plus électro comme l'entrainant "Kommt Näher" où la guitare s'autorise quelques arrangement bien sympa. Mélodie est bien le mot d'ordre de l'album : tant sur les refrains ("If you believe"), que les quelques  riffs mélodiques bien sentis ("Inside Your Eyes" ou "Back From The Dead") ou les nombreux passages purement électro ("Shadowmaker").
Le dénominateur commun est bien celui ci. On passe franchement un bon moment avec cette galette qui, même si elle ne rend pas complètement barge l'auditeur, le laisse passer les dix compositions (intro non compté) et les trois quarts d'heure du compteur. Deux morceaux dont l'ironie dans le titre et dans le style auront peut être été choisis volontairement par le groupe se démarquent un peu : "Virus" légèrement plus agressif (moins mélodique) que les autres morceaux et son antibiotique sonore "Antiserum", bien plus noir que l'album : on est bien dans la constante gothique sur ce morceau et c'est cette dernière impression du groupe qui restera. Globalement dans la lignée des autres albums et avec les mêmes ingrédients Crematory fait le job et comme le bon vin, vieillit bien.


Alors faut il acheter les albums de ces groupes à la longue carrière ou ne faut il pas préférer un best of * de la maison de disque ou que les fans peuvent constituer sur le réseau internet ? Avec Antiserum j'aurai bien envie de dire qu'il convient de sortir son porte monnaie : d'abord pour apporter reconnaissance au groupe par l'achat et parce que cette nouvelle mouture faire sûrement partie des meilleurs bouzins du brûleur. Pour ma part c'est tout à fait le genre d'album que j'aime écouter en soirée avec des amis ou, encore mieux, dans la bagnole sur les longs trajets où le style et la mélodie font leur job.


*Si vraiment l'envie vous prenait : Laissez vous tenter par la box de 2013 regroupant 10 albums du groupe. L'écoute de Antiserum a cette tendance virale de vouloir ré entendre le reste.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6