6332

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 30 décembre 2013
Sa note : 11/20

LINE UP

-Conan
(chant+guitare)

-David Rivera 
(guitare)

-Jovanni Perez
(basse)

-Mario Moreno 
(batterie)

TRACKLIST

1) Rising
2) Slave To The Sword
3) Immortality Made Flesh
4) Foe Hammer
5) Warrior Of The Night
6) Ancient Violence
7) From The Abyss
8) Moonlight Sonata (Act 3)
9) Battle-Born
10) Metal Is King


DISCOGRAPHIE


Exmortus - Slave To The Sword
(2014) - thrash metal un peu viking metawl!!! - Label : Prosthetic Records



En voilà un bel artwork qui donne envie de ressortir son CPC du grenier pour jouer à Barbarians II ! Par Crom, le secret de l'acier serait-il donc enfin raconté dans un album conceptuel ? Mais non, il s'agit ici de Slave To The Sword, nouvel opus des Américains de ExMortus. En tout cas si l’intérieur de la galette est aussi bonne et belle qu'à l'extérieur alors on va se régaler.  A l'aaaatttttaaaaqqquee !

On peut trouver ça plutôt pas mal de sortir un single quelques mois avant l'album. Ainsi "Immortailty Made Flesh" est balancé un peu partout sur les sites spécialisés et est censé donner une première idée de la future galette des Américains thrashers. ExMortus a sorti deux albums;  dans l'ordre un prometteur : In Hatred's Flame et un deuxième, un peu foiré, Beyond the Fall of Time. Mais on retient des deux albums que les zicos sont plutôt doués techniquement et ne polluent, ou ne ridiculisent pas, leur genre de prédilection. Au moins un groupe qui, sans faire d'émules, ne fait pas de tord à la profession. Ajoutez à cela un artwork (Philippe Lawvere : Kreator, Celtic Frost ou Helloween) qu'approuverai Joey DeMaio himself, et on se demande donc ce que va donner ce troisième opus. 
En tout cas on attaque bien à l'ancienne avec une super intro de morceau qui balance du riff/solo pendant la première minute et nous renvoie aux plus belles heures du genre. Le riff est bon et la voix a du galbe et de la rocaille. Ajoutons des effets dignes des grands guitar-hero des années disparues où l'on astiquait le manche à la vaseline avant de dépressuriser, les notes et "Rising" (tiens d'ailleurs, en parlant de guitar hero et de "Rising", on pense un peu à qui vous savez) enchantent. Le sourire apparaît et l'idée un « enfin » bon album thrash vieille école débute. Pas de bol car le "Slave to the World" pète le premier bon sentiment. Et lorsqu'on comprend que "Immortailty Made Flesh", avec son gros penchant viking metal, traîne pendant pas loin de 6 minutes, la déception se pointe. Et oui, n'est pas thrasher de génie qui veut et on ne sort pas un album de 50 minutes comme ça pour se faire une place dans le pit !
A se demander si la production de Zack Ohren (plus habitué à faire du Suffocation ou Immolation) n'y serait pas pour quelque chose. On s'ennuie sur la longueur et les morceaux défilent sans séduire. Un "From The Abyss" par exemple : démarre super bien et super vite, le riff est bon, le rythme fait secoueur la tête mais on finit inexorablement par se calmer à mi morceau (les changements légers de rythme ou les syncopes bassinent l'oreille). De même avoir un bon petit riff c'est agréable ! Mais il faut veiller à ne pas finir sous la table à force de le répéter sans cesse (sur "Metal Is King", "Battle-Born" : du réchauffé de "Rising"). En rapportant l'album à 35/40 minutes par un nettoyage des redites de bridge ou de solo, l'écoute eut été plus souple et aérée.


De bon musiciens, voire très bon, quelques très bon riffs et solos, un enthousiasme évident, mais qui ne suffiront malheureusement pas à donner à ce troisième album de quoi sortir ExMortus du lot. Celui ci s'écoute sur une ou deux chansons dans le cadre d'une compilation de genre mais n'apporte pas le plus plus qui fait headbanguer sauvagement. Encore un album de thrash moyen sorti bien trop tard pour son époque et pas suffisamment novateur pour séduire. Dommage.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2