6298

CHRONIQUE PAR ...

113
Ptilouis
Cette chronique a été mise en ligne le 08 décembre 2013
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Eric
(chant+guitare)

-David
(guitare)

-Ben
(basse)

-Vince
(batterie)

TRACKLIST

1) Detachment 
2) Follow the Crowd 
3) Leading the Rats 
4) Sulfur 
5) Closed Hospitals 
6) Walking Like Shades 
7) The Rope 
8) Close to the Flames 

DISCOGRAPHIE


Lodz - Something In Us Died
(2013) - postcore post rock mélancolique - Label : Klonosphere



Pochette en noir et blanc, titre on ne peut plus triste et mélancolique, c’est sûr, en écoutant Something in us Died, le premier album du groupe Lodz (qui soit dit en passant est aussi le nom de la troisième plus grande ville de Pologne) on ne va pas se marrer. Influencés par Cult of Luna et Ghost Brigade, les Lyonnais reviennent après un premier E.P sorti en 2011 And Then Emptiness pour enfin passer à la vitesse supérieure en voyant les choses en grand. Et c’est peu dire puisque le mastering de l’album a été fait par Magnus Lindberg, batteur de Cult Of Luna. Pas mal déjà, et la suite ?

La suite, c’est huit morceaux d’une durée moyenne de cinq à six minutes avec un morceau final de plus de huit minutes, histoire de bien marquer les esprits. La suite, c’est aussi un post metal qui reste dans les sentiers battus, mais qui ne démérite pas vu la qualité honnête de ses morceaux. Les influences citées plus haut ne sont pas loin et on pourrait aussi dans certains moments sentir un soupçon de Deftones ou encore d’Alcest (pour les moments les plus calmes surtout) ce qui n’est en aucun cas déplaisant. La suite, c’est surtout une alternance entre des passages très calmes ("Walking Like Shades") et d’autres bien plus lourds et rageurs ("Sulfur" ou "Leading The Rats"). Ce mélange au sein même de la majorité des morceaux s’avère souvent efficace (le très bon "Detachment"). A cela, on peut ajouter des refrains de très bonne qualité qu’ils soient en voix claire ("Follow The Crowd") ou mêlés d’une voix hurlée ("Detachment"). Et cerise sur le gâteau, les instruments font preuve par moments de certaines montées post-rock très agréables ("The Rope"). En somme, Something in us Died est avant tout un album sincère.
Sincère que ce soit dans ses qualités comme dans ses défauts. Les rythmiques sont souvent lourdes, lentes et tendent à nous plonger dans une tristesse et une mélancolie qui nous submerge par vagues. Eric, le chanteur, apporte à l’ensemble sa touche personnelle avec sa palette  plutôt variée de voix et ses émotions palpables. On se sentira tour à tour blasé, dépité, mélancolique, hargneux. Parfois, le chant étonne d’ailleurs avec une relative fausseté (probablement faîte exprès) sur "Leading The Rats" et "Sulfur". Clairement, le chanteur est bon. Et les instrumentistes aussi, notamment le guitariste qui ose nous offrir un solo sur "Leading The Rats" ou proposer des notes plus mélodiques sur la deuxième partie de "Sulfur", l’intermède "Walking Like Shades" ou sa suite "The Rope". Les guitares arrivent d’ailleurs à nous servir des riffs bien lourds, contrastant avec les passages plus aériens. Hélas, cette sincérité joue parfois des tours aux français notamment lorsqu’ils veulent trop en faire sur "Closed Hospitals" pénible de lourdeur (et à un moindre degré le début de "Sulfur") ou bien sur la fin légèrement trop longue de "Close To The Flames". Dommage.

Ne jetons pas la pierre à Lodz qui réussit quand même avec Something in us Died à nous livrer un album sincère profondément rageur et mélancolique. Malgré quelques défauts et un manque d’originalité flagrant, l’album s’avère fort bien produit avec des morceaux pour la plupart bien construits et captivant grâce à la voix d’Eric et à l’efficacité des refrains. Bref un début prometteur pour ces français qui, je l’espère, trouveront quelque chose d’un peu neuf pour varier leur propos. Allez les gars, on y croit !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7