6276

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 28 novembre 2013
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Niko
(Chant+Guitare)

-Stef 
(Guitare)

-Seb
(Basse)

-Job
(Batterie)

TRACKLIST

DVD :
1) Film documentaire
2) Zapping
3) Les Lives

CD :
1) Les Nerfs à Vif
2) Yech'ed Mat
3) Pavillon Noir
4) W
5) Descente aux Enfers
6) Zéro de Conduite
7) Combien de Temps
8) Manipule
9) Cargo
10) S.O.S.
11) 1 Kulte
12) Les Connards
13) Contre Courant
14) EcoWar
15) Le Feu aux Poudres
16) La Traque

DISCOGRAPHIE


Tagada Jones - 20 ans d'ombre et de lumière
(2013) - hardcore punk Crossover thrash - Label : Enrage



20 ans ! Quelques (rares) groupes sont parfois tellement ancrés dans notre vision naturelle du paysage musical que le nombre des années ne compte pas et qu'on en oublie presque de les louer et remercier pour leur apport global ou aux bons moments passés avec eux sur disque, en concert ou dans les ambiances de festivals. Tagada Jones fait partie de cette caste. Lorsqu'en plus on choisit de rester indépendant, on ne peut que saluer la prestation. Alors en premier bilan voici une superbe sortie contenant un DVD et un live audio. A parcours particulier et exceptionnel, chronique adaptée et surtout centrée pour le coup sur la partie vidéo.

DVD. Les réalisations du genre sont parfois purement commerciales et se contentent d'empiler des séquences glanées au fil des tournées ou des albums et lissant l'image des artistes au contexte attendu ou à la cible visée. Sauf que lorsque l'on se dit influencé à la fois par Parabellum, The Exploited, The Ramones, Bérurier Noir mais aussi Bad Religion ou Suicidal Tendencies, il ne va pas falloir s'attendre à du maquillage marketing et du simulé à la v'là comme j'te pousse pour faire du bon mot de bobos pour  les beaux publics aseptisés. Le groupe underground ou adhérent au mouvement alternatif a cette qualité de toujours suivre sa ligne artistique au delà du système considéré comme malade ou corrompu spirituellement à la base et cela quelque soit sa réussite commerciale, l'essentiel étant de donner sa musique, de partager sa passion et sa vision des choses sans aucune forme de violence. Bref une espèce de «clear side of the moon punk ». Comment résumer la vie d'un groupe qui a déjà plus de mille concerts à son actif (faite la moyenne sur 20 ans !) et une vingtaine de pays visités ? C'est la question à laquelle tente de répondre Hervé-Jacques Passard dans le documentaire de 1h35 sur les bretons de Tagada Jones.
Sans vouloir particulièrement dévoiler les passages ni le déroulé, le documentaire prend pour fil directeur ce qui a représenté probablement les trois quart de la vie du groupe : tourner. On suit ainsi le guitariste Stef rejoignant le groupe pour rejoindre les Vieilles Charrues où ils se produiront. Plonger dans l'intimité d'un groupe ou son quotidien pourrait paraître vite ennuyeux, mais ce fil conducteur est finalement le plus logique qu'il soit : voilà la belle histoire racontée avec le cœur ! Une superbe rétrospective avec des anecdotes et des retours en focus sur des moments clés de l'histoire du groupe racontée par les anciens membres et toute la famille du mouvement alternatif. Une bonne leçon de réseau social complètement basé sur l'affect et l'humain dans sa qualité d'échange première. Quand en plus Lofofora (Reuno) , Parabelluum (Sven et Schultz) , Black Bomb A (Poun) et autres Punish Yourself ou Esprit du Clan témoignent, et pour certains (Loran des Beru) rendent hommage au groupe, on ne voit absolument pas l'heure et demi défiler. Le documentaire s'attarde aussi sur l'une des facettes du mouvement alternatif à savoir les échanges de bons procédés, les coups de mains et la débrouille.
Tagada Jones nous entraîne ainsi dans les tournées à Taiwan et au Japon, loin des idées que l'on peut avoir des tournées internationales mais que jalouserait peut être certains dans l'aspect humain et amical dévoilé tout du long. Si Niko sur scène est un chien fou, on découvre également qu'il est un excellent conteur. Il parvient spontanément à raconter son histoire et ce qu'elle aura apporté au groupe : le passage des premiers cachets épargnés puis spoliés est encore bien présent dans sa façon de prendre ses décisions et même vingt ans après on sent toute la niaque qu'il peut cracher dans ses textes et ses chants. Le montage parvient a maintenir toute la spontanéité des instants et les acteurs d'un jour n'ignorent pas la caméra, permettant immédiatement de saisir la sincérité des scènes et de toucher au plus prêt le groupe. Le documentaire n'est pas non plus avare de scènes live bien coupées entre les passages parlés ou instants captés dans la vie du groupe. Au delà du documentaire les ajouts "live" et le "zapping" complètent intelligemment le DVD sans tomber dans le piège du bonus à tout va qui se résume souvent à l'accumulation de scènes qui ne présentent aucun intérêt ni pour le groupe ni pour le spectateur.

CD. Bien évidemment le support vidéo est celui sur lequel on se précipite une fois en possession de l'objet. Mais il serait bien bête de s’arrêter là. Le CD est impérativement à se procurer et à écouter que l'on soit un fan de toujours du groupe ou que l'on n'y connaisse rien. La setlist fait office de best-of et lorsqu'on sait que la production est très bonne, on se réjouit de se prendre une heure de punk métallisé puissant digne des squats d'il y a une quinzaine d'année, juste quand la vague 90's accouchait d'une belle gangrène musicale  régionale puis nationale, et donnait de belles heures à ce mouvement finalement toujours aussi vivant aujourd'hui. Les trois derniers morceaux "EcoWar" , "Le Feu aux Poudres", "La Traque" brûlent l'oreille et donnent envie de tout envoyer bouler et en revenir à des valeurs primaires plus en phase avec l'Humain et ses saines passions, que l'abrutissement individualiste dans lequel tout un chacun peut se laisser emprisonner de par sa lente et vicieuse récurrence du quotidien. Mention spéciale également aux deux "Zéros de conduite" et "Manipulé" qui font trembler la terre par le haut niveau de puissance dans son interprétation. 

Une superbe réalisation pour ces 20 ans d'ombre et de lumière. Les Tagada Jones ont du connaître bien des galères dans leur carrière. Mais quelle  leçon donnée à tout musicien qui un jour passe de la grosse déconne groupe à picole, au collectif et projet artistique! Bien sûr la discographie est à découvrir, quelque soit l'époque, puisque de toutes façons la ligne artistique est toujours sincère. Mais pourquoi ne pas commencer par ce superbe arrêt sur image et espérer participer aux zones de lumières futures pour le groupes? Déjà en se procurant légalement ce coffret, puis en  se précipitant à la prochaines date prêt de chez vous. Hey Ho ! ...Let's go ! Hey Ho...Let's go... !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3