6263

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 21 novembre 2013
Sa note : 15/20

LINE UP

-Toni Toivonen 
(chant)

-Jussi Hämäläinen
(guitare+chant)

-Mikko Kolari 
(guitare)

-Nino Hynninen
(claviers)

-Jussi Kirves
(basse)

-Antti Ruokola 
(batterie)



TRACKLIST

1) Winter To Summer Adverse
2) I Was A Soldier
3) Will You Share This Ending With Me?

DISCOGRAPHIE


Hanging Garden - I Was A Soldier



A de rares exceptions près - Tenhi mon Amour ! - , force m'est d'admettre que la musique Finlandaise me laisse de marbre. Pour rester poli, comme le marbre en question, je dirais que la Finlande est meilleure à produire de la vodka qu'à polir du metal, justement. Car on la connait, la rengaine des mille lacs : invariablement plongée dans le bac à guimauve, la musique se retrouve systématiquement entourée d'une avaaaaalannnnche de leads mélodiques et sucrés à rendre diabétique n'importe quel auditeur un tant soit peu viril (c'est mon cas). C'est plus ou moins en ces termes que je formulais déjà la critique à Hanging Garden pour son album At Every Door (2012). Mais depuis, de l'eau à coulé sous lapons.

Pour cet EP, nos camarades se sont contentés d'écrire trois morceaux. Seulement trois morceaux, peut-être, mais une dilution de la mélancolie bien mieux maîtrisée qu'auparavant. Plutôt que d'évacuer leur spleen nordique à coups de doses homéopathiques - comme c'était le cas sur At Every Door, pas franchement émoustillant à ce niveau là, voire carrément factice - , Hanging Garden résume et condense ici son affaire en trois pistes toutes réussies. La grande bonne nouvelle, c'est qu'en ôtant tout le superflu, Hanging Garden ne conserve que le meilleur. L'évidence même. Reste à savoir en quoi consiste ce «  meilleur ». Pour commencer, le sucre a en grande partie disparu. Pas que la mélodie soit absente, loin de là, mais elle est désormais sincère. Qu'elle émane des guitares, rugueuses mais agréables, ou du chant, gravement rocailleux ou profondément clair (et très beau - parfois à la manière d'un Isole), les mélodies présentes sur chacune des pistes sont honnêtes. Et c'est clairement ce qui fait la différence avec l'opus précédent. Le mélange de doom, de gothique, voire de death mélodique dans lequel semble s'engager le groupe atteint son but : émouvoir. 
Mieux encore : I Was A Soldier parvient, en une quinzaine de minutes, à instaurer une véritable ambiance, chose rare en Finlande, où l'on préfère souvent enfiler comme des perles les « morceaux-tubes »  en privilégiant l'efficacité directe a un charme plus diffus. Et mazette, que cette ambiance est grise. Ce n'est pas franchement la joie de vivre qui plane au-dessus de ces quelques pistes. Le bloc de granit compact qu'est "Winter To Summer Adverse" attaque doucement le moral, l'ambiance mortifère du second morceau creuse encore notre affaire, tandis que "Will You Share This Ending With Me?" ne peut obtenir comme réponse qu'un faible « oui », prononcé à bout de souffle. Le pire, dans tout cela, reste très probablement le jeu sur les contraste. Se faire bâcher la tronche par une grosse voix grave et des monolithes de riffs passe encore. Se faire noyer sous une bruine permanente est encore tolérable. Le mélange - réussi - des deux, l'est moins. Là où At Every Door était mal dosé, I Was A Soldier semble résoudre tous les problèmes. Ne reste plus a Hanging Garden de confirmer tout cela sur un LP et le tour sera joué. 


A mes yeux, Hanging Garden n'était qu'un groupe de beaux-parleurs. Avec des bras costauds, certes, mais dont la force était anéantie par un trop plein de tatouages-en-coeur-maman-je-t'aime. Bref, que de la tronche. Et bim ! voilà que les mecs me démontrent en trois tours de main que rien du tout, que j'avais tout faux. Et pas qu'un peu. Le pari est réussi. La recette magique du doom atmosphérique / mélodeath mélancolique / gothique pluvieux (v'la les étiquettes à rallonge) est finalement équilibrée comme il faut le temps d'un quart d'heure. Je pourrais me sentir péteux d'avoir fait le mauvais pari mais, voyez vous, dans le fond, je suis plutôt content de m'être trompé. 




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6