6201

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 02 novembre 2013
Sa note : 12/20

LINE UP

-Richard Ebisch
(chant+guitare+basse)

-Susan Gerl 
(chant+guitare)

-Roel Sanders
(batterie)

TRACKLIST

1) Kill Division March
2) Mechanic Domination
3) Fear of Life
4) Locked Up Forever
5) Made of Lies
6) Destructive Force
7) Sadistic Oppressor
8) Distorted Reality
9) Generated Hate
10) Master Manipulator
11) Toxic World

DISCOGRAPHIE


Kill Division - Destructive Force



Deux garçons, une fille, une possibilité : jouer du death couillu au deux tiers et enragé limite grind  pour le troisième. Kill Division peut défiler avec fierté avec la sortie de son premier album Destruction force. Une signature Metal blade qui, décidément, aime ce genre de groupe. En route pour onze titres (intro comprise) de 35 minutes de power trio prêt à annexer le restant de capacité auditive qu'il reste aux amateurs de ce type.

Kill Division c'est un medium-band (en faisant référence au concept de super-band) de musiciens confirmés. Richard Ebisch est quand même l'un des fondateurs de Legion Of The Damned. Susan Gerl, elle est guitariste et chanteuse freelance, ayant notamment officié pour  God Dethroned ou le moins connu groupe de death/grind Cliteater. Roel Sanders quand a lui, a également joué dans God Dethroned ou Inhume. Bref ! Des musiciens de talent mais n'ayant jamais réellement percé et ayant, malheureusement, l'image de second couteau ou groupe émergeant, malgré leur technique et jeux sur leur instrument respectif. L'idée donc de s'associer pour pondre par eux même de quoi les mettre en avant semble une bonne idée. Quand on voit les expériences des trois totos, on imagine rapidement que l'on ne va pas écouter du rock gnian gnian ou du prog' de base. Ainsi donc l'intro sonne le glas de la mobilisation des soldats du grand son blasté et de la clé de sol violée. En effet la courte minute de marche militaire façon death est bien servi et permet de se mettre en condition auditive adaptée au combat. On enfile les rangers aux enclumes et peignons les oreilles façon camouflage : ça va tirer à vue. Bam ! Bam ! Bam ! Bam ! le rouleau compresseur est lancé avec "Mechanic Domination" avec un bpm très élevé, de la mitraillette baguette et des vocaux rauques spécialistes de l'infiltration ennemie. En même temps, la composition ne faisant que 2 minutes 17, on n'a pas le temps de s'arrêter en route, pas de bivouac : à peine un ralentissement annonçant un léger solo slayeresque pour le coup. Cool !

Et on repart de plus belle avec le morceau suivant "Fear of Life" avec cette fois un double chant. La puissance et la violence sont incroyables : celles-ci sont notamment liées à la vitesse élevée du tempo et des riffs. Un léger ralentissement ouvre le solo et nous rappelle le premier morceau. Mais ?! Quelle est cette stratégie de conquête musicale basée sur des morceaux rapides, courts, similaires? Une blitzkrieg musicale? Dans quel but? Un bourrage de crane à la répétition pour rendre accroc à la Kill Division ? Le morceau suivant, "Locked Up Forever" (4 minutes 15) nous fait (seulement) croire le contraire : la base est plus classique si on peut dire; le début nous fait penser au grand Slayer dans le bourrage du riff qui déglingue tout ce qui se trouve sur son passage. On pourrait faire le détail de la même manière pour toutes les compositions à quelques variations mineures prêts. Car, en effet, le point faiblard de l'album c'est, malgré sa durée, l'incessante impression de réécouter le même morceau tout le temps. Le timing batterie y est pour beaucoup, mais les riffs de guitare renforcent cette impression voire se l'attribue carrément. Imaginons cet album moins long pour passer en format EP et on pourrait presque parler de tuerie. Pourquoi ? Parce qu'en enlevant une dizaine de minutes ou deux ou trois chansons de la production, on accueillerait à bras ouvert un Kill Division qui pourrait prendre le temps de tourner (puisqu’à priori c'est déjà prévu) et de se concentrer ou peaufiner un album moins répétitif et peut être plus fouillé sur les syncopes, bridges et solo. Le groupe se plante un peu tout seul et donne l'image d'un manque d’originalité. Dommage !

Dans la famille musiciens d'expérience et de puissance, je voudrais les frères et la sœur ! Bonne pioche c'est Kill Division. Une déclaration de guerre au metal gnian gnian et peu dynamique réussi mais...répétitive et un peu ennuyeuse sur la (courte) durée de l'album. A écouter sans appréhension mais en connaissance de cause. Garde à vous ! Prêt ! Repos..


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2