6196

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 03 octobre 2013
Sa note : 11.5/20

LINE UP

- Louis De Luca : 
(Chant+Guitare)

- Olivier Simon
(Guitare)

- Firouze : 
(Basse)

- Fabien Jibeaux :
(Batterie)

TRACKLIST

1)Number
2)Here Is Your Decline
3)Drawnash
4)Negative Sphere
4)Infinity
6)Vicious Waters
Cosmic Obedience

DISCOGRAPHIE


Mind Whispers - Cosmic Obediance
(2013) - death metal Atmosphère ! Atmosphère... - Label : This Is 4 Us



C'est toujours avec une certaines joie et une espèce de fierté que je découvre l'album d'un groupe français Môssieu! Non pas en raison d'un chauvinisme exacerbé et encore moins d'un patriotisme avéré mais parce qu'il sera d'autant plus simple de vivre un concert des interprètes. Ainsi donc le quatrième album des expérimentés Mind Whisper est à l'écoute dans mon baladeur, au bureau, dans la voiture..Chronique.

Issu de Bergerac voici les statistiques un peu affolantes : dix années d’existence, quatre albums studio et selon les sources du groupe plus de deux cent concerts au compteur ! Après avoir lentement et surement conforté un style death aux ascendances diverses, on se dit qu'avec sept titres proposés le dernier né fait dans le prog ou dans l'atmo. Comme un cliché est fait pour être démonté, les premières secondes de l'opus nous renvoie vers une intro bruitiste avec un son très moderno_electro. Et pof! le premier morceaux propose un thrash lourd mais prononcé au bon petit riff alimenté par une super double grosse caisse comme on les aime. Mais que se passe t'il ? Où est donc passé le death associé au groupe ?(ndlr : réponse : il arrive un peu plus tard, le chroniqueur ayant préféré tué le suspense d'entrée pour ne pas tenir des promesses qu'il ne tiendra pas). Pas de panique on est plus proche de la french old school à la Loudblast que thrashishoullardise des groupes flambeaux. C'est un peu surprenant mais de bonne facture, les plans de guitares sont vraiment pas mal ainsi que les solos. Le chant quelque peu maladroit ne pollue pas trop la composition. La suite révèle également son lot de découverte puisque le style navigue vers un death à la Amon Amarth sous calmant et quelques relents de mélodique (dés le deuxième morceaux par exemple : "Here Is Your Decline"). Après dix minutes (soit deux chansons) le groupe décide enfin de passer la vitesse supérieure et nous envoie un presque violent "Drawnash" qui réveille et qui fait du bien.

Le chanteur donne d'ailleurs l'impression de vouloir se démener. Car, encore une fois, les vocaux sont la partie pauvre du disque. Si les compos sont bien écrites, bien jouées et à mon sens sonnent avec un propre style Mind Whispers (du lourd, de l' atmosphérique et  un peu de mélodique), les vocaux sont fatigants de platitudes et là où l'album en instrumental serait bon il devient moyen avec un chant qui, pense t'on, se voulait probablement lourd et sous pression pour ne pas tomber dans le grognement à growlement facile. Sont ainsi rabaissés le dynamisme et l'ambiance proposée par l'instrumentation. Dommage surtout pour les morceaux bien toniques comme "Drawnash"ou "vicious waters". Si l'on arrive a digérer les vocaux, l'auditeur pourra se délecter des deux morceaux assez long de l'album " Negative Sphere" et le titre "Cosmic Obedience" où le groupe propose le petit truc qui pourrait les faire décoller : sur la longueur le groupe nous gratifie de déferlante d'ambiance, de rythme , de solo et de mélodique ; le tout superbement entremêlé. Paradoxalement c'est sur ces titres à durée que l'on prend du plaisir et où la cohésion est entière. Donc pour résumer si le groupe prenait le temps de se trouver un chanteur plus inspiré et plus technique dans des morceaux où le BPM était un peu bousculé et à l'inverse réussissait les syncopes de changement de rythme, Mind Whispers se ferait un nom et une place au soleil de la musique. Le titre clôturant l'album laisse une très bonne impression - peut être parce que le chant plus typé black s'exprime mieux.

Finalement ce quatrième opus procure du plaisir dans la musique torturée et techniquement bien orchestrée avec ses ambiances et atmosphères ondulant entre le thrash et le death mélo.Par contre, les pistes chants sont soit trop techniquement arrangées, soit mal chantées (n'ayons pas peur des mots). En s’adressant à Louis De Luca : "racle ta gorge un grand coup en toussant très fort ou recrute un gars qui fera ça mieux que toi. Tes parties de guitares sont superbes tu peux déléguer le chant ! ". Une obéissance quasi cosmique à la conquête du monde musicale : it's a long way to the top...Mais vous semblez équipés.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1