6179

CHRONIQUE PAR ...

109
S1phonique
Cette chronique a été mise en ligne le 08 novembre 2013
Sa note : 10/20

LINE UP

-Thomas Girardello
(chant+basse)

-Michele Brunetti
(guitare)

-Rudy Girardello
(guitare)

-Jader Girardello
(claviers)

-Matteo Ioverno
(batterie)

TRACKLIST

1) Rain
2) Murder in Me
3) Scream
4) Point of No Return
5) Whispers to Shadows
6) Hopeless
7) I'll Watch You Die
8) Taste of Victory

DISCOGRAPHIE


Joyless Jokers - Taste Of Victory
(2013) - death metal - Label : non signé



Un joker sans joie c'est quoi ? Une nouvelle carte à jouer dans le jeu des 7 familles du metal ? Un clin d'oeil sympathique à l'ennemi préféré du gars chauve-souris ? Un groupe de death metal italien ? Gagné ! Joyless Joker est bien un groupe originaire d'Italie et nous présente son nouvel album. Celui ci aurait-il un goût de victoire pour le quintet ?

Formé en 2007, le parcours est relativement classique : quelques démos débouchent sur un EP en 2010, Arms of Darkness, qui leur permet de réaliser cet album : Taste Of Victory. A priori le nom du groupe renvoie à la dualité bien/mal qui est présente en chacun de nous. C'est également ce que souhaite évoquer l'artwork de l'album avec ces nombreuses symboliques plus ou moins facile de compréhension( le rendu plutôt vert, l'oeil , le serpent etc..). Et bien me direz vous, le groupe s'attribue les influences d'un Death mélo à la Suédoise mais en prenant aussi le coté féroce des cousins d’Amérique. Dis comme ça, on dirait bien que le projet et le disque sont positivement prétentieux. Pourtant dès le premier morceau, on a juste envie de dire que le groupe pratique du death mélo classique sans particulièrement retrouver plus une facette de style qu'une autre. En tout cas pas de chichis, pas d'intro : on envoie directement la sauce (bolognaise?) avec un son pas mal lissé et plutôt bon. Les vocaux, la batterie, les guitares sont bien équilibrés, on n'entend pas trop la basse sur la rythmique, mais ce n'est franchement pas gênant.
Pour une auto production on a vraiment entendu bien pire et on ne pense même pas que ce groupe a réalisé son disque sans label. "Rain" passe, puis les écoutes de "Murder in Me" et  "
Scream" se succèdent sans franchement déchaîner les passions. Le tout est de bonne facture, on a quelques effets de jeu bien placés, quelques solos bien pensés mais ce n'est pas l'extase. De même les vocaux, pas mauvais, ne retiennent pas pour autant l'attention. En fait si on part d'une composition death (un peu mélo par moment) c'est surtout quelques débordement hardcore qui pointent leur bout de nez, voire parfois du clavier lorgnant vers l'électro. Alors toutes ces bonnes idées ne font cependant pas de l'album une bonne galette ...ni une mauvaise. En fait dès le départ on s'ennuie un peu, on n'empruntera pas le chemin menant à la mononucléose car un disque n'a jamais rendu malade jusqu'à preuve du contraire, mais force est de constater que les chansons passent sans émotion ni attention. Et comme il n'y a pas non plus de mauvaise chose dans la composition, l'album peut tout simplement être qualifié de moyen.

Il n'est pas plus à dire pour cet album qui tourne dans ma playlist depuis prêt de deux mois maintenant. L'album n'est pas mauvais mais à aucun moment les compositions ne décollent et même si les Joyless Jokers maitrisent leur style, ils n'apportent finalement rien au genre. Un joker musical sans joie dans votre discothèque déjà (trop) fournie dans le genre. Dommage car l'album a tout sauf un goût de victoire pour le coup.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2