6164

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 17 septembre 2013
Sa note : 11/20

LINE UP

-Dee Calhoun 
(chant)

-Al Morris III 
(gutare)

-Louis Strachan
(basse)

-Jason "Mot" Waldmann 
(batterie)


TRACKLIST

1) South of the Earth
2) Hail to the Haze
3) A Whore in Confession
4) The Worst and Longest Day
5) Ariel Changed The Sky
6) IISOEO (The Day of the Beast)
7) Half Face/Thy Brother's Keeper(Dunwich Pt. 2)
8) In The Velvet Darkness
9) The Ballad of Ray Garraty

DISCOGRAPHIE

Iron Man (2013)

Iron Man - Iron Man
(2013) - heavy metal doom metal proto heavy à la Sabbath - Label : Rise Above



"Iron Man", normalement, c'est un morceau de Black Sabbath. Éventuellement ce pourra être un milliardaire en armure fan du RC Lens mais passons. Donc voilà, dès la première ligne, ce foutu nom qui sonne comme un leitmotiv - Black Sabbath - est lancé. Inutile de faire des ronds dans l'eau : Iron Man, le groupe a la tronche la plus atypique au monde, s'est formé en tant que groupe hommage à Black Sabbath. Sauf que ces Messieurs se sont dit qu'ils pouvaient aussi jouer leur propre musique. Le résultat, c'est 4 albums studio et presqu'autant d'EP depuis 1993. 

Un constat s'impose : Iron Man est un groupe de heavy passé au  filtre d'Instagram ; un retour au Chapitre Premier du Grand Livre du Heavy Metal. Sur South of the Earth, le son grésille comme dans les 70's, le groove suinte des enceintes (le groove d'Iron Man ne va d'ailleurs pas sans rappeler celui d'un Electric Wizard) et la coolitude domine. Car du riff volontairement pataud et diablement efficace, Iron Man sait en faire, pas de soucis. Passant d'un Black à l'autre, Iron Man navigue entre le Sabbath et le Label Society. A titre d'exemple, l'introduction de "A Whore In Confession" est a se damner. Pif-pouf-paf, ton esprit s'égare sur des riffs et des soli qui deviennent quasiment psychédéliques tellement ils balancent (mention spéciale au solo agréablement chancelant de "The Worst And Longest Day" - qui balance bien plus que Tony P.) . Gauche - Droite - Gauche - Droite - L'univers tangue. 
Comme quoi, même avec un blouson en cuir à partir duquel pendouillent des petites lanières ridicules, on peut conserver une certaine prestance. Le tout est de savoir jouer, de savoir chanter - pas de soucis là-dessus : Monsieur a du grain dans la voix - et de savoir s'en foutre. S'en foutre des modes, s'en foutre du djent, s'en foutre de tout : du mois de septembre, de la police locale, de la voisine, du tri selectif, de la météo, de tout. Tout ce qui compte chez Iron Man, c'est de placer ses plans répétitifs, proto-heavy en diable, et de vous faire dodeliner de la tête comme le fait un mobile de voiture. Iron Man est un vrai groupe de hardos assurément désuet et ridicule pour le commun des mortels. Son seul problème ? Pour la énième fois, voici un groupe qui ne surprendra pas. Une formation sympathique qui sera oubliée. Bref, et ce n'est pas méchant de le dire, Iron Man a tout d'une honnête première partie.


Un disque comme South of the Earth, vous en connaissez tous. Vous savez de quoi il s'agit. Une base heavy / doom sabbathienne, un son vintage, du groove à n'en plus savoir que faire, un je-m'en-foutisme assumé et grisant et en avant Ginette ! Rien de nouveau sous le soleil donc, mais un album sacrément bien tourné pour ceux qui désirent retourner un bref instant dans les 70's, alors que tout restait à définir. Je conseille tout en précisant qu'il y a surement mieux ailleurs. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3