6131

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 06 août 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Andy LaGuerin
(chant)

-David Andersson
(guitare)

-Tomas Johansson
(guitare)

-Peter Andersson
(basse)

-Jonas Källsbäck
(batterie)

TRACKLIST

1) We Are One
2) Shine On
3) Thunderbolt
4) A Heartbeat Away
5) Bad Blood
6) Cast Away
7) Hangman's Daughter
8) Into the Night
9) Let Love Rain
10) Tunnel Vision
11) Saints Are Falling
12) Trial by Fire

DISCOGRAPHIE


Mean Streak - Trial by Fire
(2013) - heavy metal hard rock - Label : Black Lodge



Le problème quand vous entrainez une équipe de footballeurs en herbe, c'est le poste de milieu défensif. C'est simple, personne ne veut jouer à cette place. En même temps, c'est un peu normal : qui a envie de se traîner une réputation de bourrin avec les pieds carrés, un peu salope sur les bords, tout juste bon à faire des passes latérales ou carrément en retrait ? Du coup, ça se passe toujours de la même façon : on finit par mettre à cette place le gars pas très doué techniquement, mais qui s'accroche et qui ne lâche rien. Un peu comme Mean Streak…

Après un premier album sympathique et un second déjà nettement moins emballant, on ne savait pas trop quoi attendre de Mean Streak. Trial by Fire nous apporte plusieurs éléments de réponse. Déjà, pour un groupe mineur, ils se défendent plutôt correctement avec ce nouvel album toujours sans la moindre originalité, mais bien ficelé : on est loin du niveau des légendes du heavy metal, mais par rapport à certains groupes qui ont eu leur petit moment de gloire lors de la vague true metal, les Suédois n'ont pas à rougir. Disons qu'ils sont arrivés 15 ans trop tard… Ensuite, et c'est là sans doute le principal enseignement de ce troisième album, Mean Streak a visiblement trouvé son style. A ce titre, l'opener "We Are One", très Hammerfall dans l'âme, est assez trompeur : en effet, le nouveau truc de Mean Streak, c'est le hard / heavy à la sauce US, avec des refrains soignés, des choeurs léchés, des riffs pas trop méchant, des paroles un peu cucul… Qui a dit Def Leppard ?
L'ombre des Anglais plane en effet sur pas mal de titres de cette nouvelle livraison. On la retrouve évidemment sur les titres les plus soft, comme "A Heartbeat Away", "Tunnel Vision" ou "Shine On" par exemple. Enfin, quand on dit soft, cela reste quand même du hard rock bien balancé, pas de la guimauve à la Hysteria. On la sent peut-être encore plus sur "Let Love Rain" et son riff au groove irrésistible. Carton rouge en revanche pour l'intro : les gars ont voulu nous faire le coup de la nana qui jouit, mais sans assumer le truc jusqu''au bout à la Manowar. Résultat, c'est tellement discret que ça fait un peu groupe qui bande mou. Sûrement pas l'effet recherché… Même sur certains morceaux davantage orientés heavy metal, construits sur des tempos plus élevés, cette influence US arrive à faire son bout de chemin. Là par exemple, on pense très fort à "Thunderbolt", dont les « Hey hey ! » du refrain sonnent très… américains (on pense pas mal à Alice Cooper dans sa période la plus FM).
Ceci dit, Mean Streak n'a pas totalement coupé avec ses racines et nous balance aussi un petit paquet de titres dans la grande tradition du heavy metal. S'il ne fallait en retenir qu'un, on prendrait le très Priestien "Bad Blood", mais le mélodique "Into the Night" ou l'énergique "Trial by Fire" assurent aussi. Quant à la bonne surprise de cet album, c'est Andy LaGuerin. Le bourricot ne s'est pas subitement transformé en étalon, on ne le citera probablement jamais comme un argument majeur pour faire découvrir Mean Streak, mais au moins le groupe n'a plus à le traîner comme un boulet. Sa prestation est beaucoup plus carrée que sur les deux premiers albums et il ne se laisse que peu aller à des envolées mal maîtrisées dans les aigus. Le bonhomme est tellement en confiance qu'il se laisse embarquer sur un terrain hyper casse-gueule, à savoir la ballade mélancolique épurée avec "Cast Away". Et il s'en sert comme un chef en plus. Alors ça, je n'aurais jamais parié dessus !


Trial by Fire nous fait un peu la même impression que Metal Slave : du heavy metal tout ce qu'il y a de plus classique, mais déroulé avec un certain savoir-faire. Aucun chef d'œuvre à signaler sur ce troisième album, mais une belle petite collection de 12 titres sans véritable fausse note. Avec un chanteur en net progrès et un virage hard US bien négocié, Trial by Fire marque une vraie avancée pour Mean Streak. Qui sait, ils vont peut-être franchir la barre des 10 exemplaires vendus en France ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1