6123

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 01 août 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hantz
(chant)

-Rolf
(guitare)

-Stobermann
(guitare)

-Marec
(basse)

-Gustel
(batterie)

TRACKLIST

1) My Inner Wasteland
2) Aversion
3) One Man Unity

4) Not Like You
5) Mastaffe
6) Back To The Past
7) Fall As One
8) Gott Aus Dem Viereck
9) Urin

DISCOGRAPHIE

Alpha Killer (2013)

Bloodattack - Alpha Killer
(2013) - hardcore thrash metal thrashcore - Label : Bastardized Recordings



On se répète un peu, mais bon, dans tout style de notre glorieux metôl ou de son ami le hardcore, y a des leaders, y a des génies, et puis y a des suiveurs, des groupes un peu « moyen moins », et puis des étrons. Généralement, commencer une chro comme ça n'est pas très bon pour le groupe dont il est alors question. Mais pas toujours. Parce qu'il y aussi les mecs qui n'en ont rien à foutre, de tout ça. Les mecs qui font leur truc dans leur coin, par pure passion et refus de voir s'effondrer une scène en perte de vitesse nette depuis des années. Les allemands de Blood Attack font indéniablement partie de cette catégorie. Mais de quelle scène parle-t-on, au juste?

Ben du thrashcore ma bonne dame, du thrashcore bien à l'ancienne ! Et dès "My Inner Wasteland", les choses semblent claires : a priori point de surprise ici, avec ce Alpha Killer c'est parti pour une grosse demi-heure de couplets thrashos d'un côté, et de refrains, ponts et autres breaks hardcore d'un classicisme prégnant pour tout le reste du morceau. Ça ou le contraire ceci dit, à savoir de l'intro et du couplet hardcore avec des refrains et des ponts plus thrash ("Back To The Past", bien nommée). Une ou deux petites exceptions tout de même, ceci dit, les plus mélos et très typées post-hardcore "Not Like You" et "Urin". Mais cette formule donc, on va y avoir droit sur la grande majorité des pistes de la galette. Sauf que voilà, Blood Attack a l'air de savoir faire ça plutôt très bien (les breaks et le final de "One Man Unity" passent plutôt bien, "Mastaffe" est bien virulente), et surtout les allemands ont indéniablement un petit côté fou-barré-second degré qui les rend plutôt sympathiques. On pourra ainsi entendre des cris de singe sur l'opener, des rires et autres « yeeeeha » venant de nul part et surtout la voix et les intonations du frontman sont vraiment plus folles et énervées que la moyenne, rappelant un peu Dew Scented  pour le côté poivrot super énervé, et la scène crossover actuelle (Municipal Waste, Toxic Holocaust et consorts). Bref tout cela est assez sympatoche et se laisse écouter sans grande lassitude, voire même avec un certain plaisir par instants : "Aversion", par exemple, est vraiment bien réussie dans le genre, de même que "Fall As One", avec son feeling metalcore  et surtout la reprise à la sauce hardcore ultra orthodoxe et vénère des paroles de "Imagine" de John Lennon. Si si, je vous jure.
Côté écueils, eh bien pas tant que ça au final... Un de taille tout de même : la prod' de cet opus est quand même un peu vilaine. Le son de batterie notamment, sonne bien cartonné, et la double pédale manque singulièrement de pêche alors qu'elle est très présente dans les compos. Côté guitares-basse c'est mieux, mais cela reste assez générique et pas d'une puissance de feu folle, alors que les compos tabassent à mort pour la plupart. La voix est par contre très (trop?) mise en avant, ce qu'on peut comprendre vu l'originalité et la variété déployée par le frontman. Un petit tour sur le net confirmera d'autres éléments qu'on devinait : esprit D.I.Y (la prod' le criait un peu, en même temps), grosse intégrité, discours qui balance sévère, expérience et vraie grosse volonté de s'inscrire dans une scène pour la préserver et la « sauver », ce qui est assez typique du hardcore, cf le titre de la bio du groupe sur son site internet (« Our Mission On Earth », steuplait!). Bref, tout cela est somme toute classique, mais il est toujours agréable de voir des groupes continuer à faire vivre une scène dans sa forme presque originelle (un peu comme Rise Of The Northstar chez nous quoi), sans lassitude (8 ans d'existence tout de même pour Blood Attack), et surtout avec un talent et une maîtrise certains.


Bref, avec un peu plus de moyens (mais on se doute qu'il s'agit aussi d'un choix du groupe, car pas mal de groupes signés chez Bastardized Recordings sont nettement moins bons que Blood Attack, mais sonnent nettement mieux), ce groupe aurait vraiment pu pondre un album de très grande qualité. Là, on est un peu desservis par la production pas à la hauteur des compos, et également, après quelques écoutes, par l'orthodoxie et le classicisme vraiment trop présents du groupe, et du coup les morceaux au demeurant excellents ont vraiment du mal à marquer durablement l'oreille. Mais on reste face à un album de belle facture et à un groupe qu'on suivra avec plaisir à l'avenir, prouvant une fois de plus, si il était besoin, que l'Allemagne ne compte pas que des groupes de heavy et de thrash, loin s'en faut.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2