6117

CHRONIQUE PAR ...

85
JC
Cette chronique a été mise en ligne le 30 juillet 2013
Sa note : 10/20

LINE UP

-Adam McGrath
(chant+guitare)

-Caleb Scofield
(chant+guitare+basse)

-J.R Conners
(batterie)




TRACKLIST

1) The Cruelest Cut
2) Venom Hell
3) Deathless
4) Black Holes
5) A Chorus Of War
6) Born In A Blase

DISCOGRAPHIE


Zozobra - Savage Masters
(2013) - hardcore Sludge - Label : Panda Records



Les membres de Zozobra semblent avoir conscience d'une chose : la quantité ne fait pas la qualité. Ça peut paraître sans importance, mais c'est en réalité énorme. De ce fait, leur petit dernier, Savage Masters, est l'exemple presque trop parfait de la galette qui ne s'encombre d'aucune fioriture inutile et va droit au but. A tel point que son aspect se rapproche beaucoup plus de celui d'un EP que d'un album.

Loin d'être pour autant novice en matière de concision, le trio abandonne ici toute idée de compositions brodées sur une trop longue durée et n'offre aucun titre atteignant les trois minutes. Une brièveté des morceaux qui s'associe néanmoins toujours à la brutalité écrasante que l'on connaît du combo. La lourdeur du son assomme l'auditoire sans grande peine tout en suintant la même bestialité à travers chaque note et fracas de baguette . Exit donc les excursions vers les contrées mélodiques, voire atmosphériques, auxquelles Bird Of Prey nous avait fait adhérer.
Sur le papier donc, tout semble plutôt bon et malgré l'abandon de certaines orientations de composition, une partie des éléments est une fois de plus présente pour offrir un album efficace. Mais voilà... le papier des fois ça ne suffit pas. Si la violence est certes bien présente tout au long de l'album, l'inspiration, elle, semble s'être échappée. Le trio, à vouloir ne s'engager que dans la pachydermie, se révèle très vite moins saisissant. L'album défile et s'achève (vite) sans laisser de marques dans notre esprit et donne l'étrange impression d'un rouleau compresseur chargé d'écraser de l'air.


Là où Bird Of Prey avait suscité l'intérêt pour un bon nombre de raisons, Savage Masters, lui, laisse presque indifférent. Une linéarité qui ennuie et qui est en partie due à un manque de variété. L’efficacité de quelques riffs ainsi que certaines qualités toujours apparentes n'y changent malheureusement rien. Zozobra est (sur ce coup) moins percutant et franchement on le regrette... beaucoup.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7