5962

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 10 mai 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Chalize Leigh Allen
(tout)

TRACKLIST

1) Annual Winter Depression
2) Réminiscences
3) Laura Palmer's Spiritual Brother
4) Only Shallow (My Bloody Valentine)

DISCOGRAPHIE


Mutiara Damansara - Annual Winter Depression
(2010) - black metal ambient post-black, shoegaze - Label : Independent



Rester objectif en toutes circonstances... pas si facile. Surtout avec un tel pot-de-v... hum, surtout lorsque le disque en question émane d'une connaissance. Car Annual Winter Depression ne sortira malheureusement pas chez votre disquaire favori... pas pour le moment. En revanche, il peut être trouvé et écouté pour rien (ou pour ce que vous voulez d'ailleurs : soyez bons !) sur la page bandcamp de Mutiara Damansara. Reconnaissez que la démarche est sympathique. Comme quoi, même le blackster (sic) peut-être agréable, parfois. Ce doit être le coté shoegazer-tout-bonbon-tout-mignon qui reprend le dessus... 

L'artwork et le titre du disque, pas franchement des plus accueillants, un cokctail à la main, annoncent la couleur d'emblée. Ou plutôt les couleurs : noir, blanc, gris. De la nuance dans l'absence de nuances. Voilà qui est prometteur pour nous, amateurs de musiques obscures. Car Mutiara Damansara (je vous assure qu'en essayant plusieurs fois on y arrive à la fin...) joue - de loin - dans la cour du black metal. Mais vous n'êtes pas sans savoir que le black metal s'est hybridé et a, depuis quelques temps déjà, franchi les frontières de sa Norvège natale pour aller voir si les trves étaient plus trves ailleurs. Le groupe caennais le sait également et s'inscrit ainsi au croisement du black, donc, et du post-black (dont la France semble friande, avec Alcest, Les Discrets, Amesoeurs, Lantlôs et les autres) ou encore du shoegaze. Tout semble en place pour qu'une succession de vagues musicales floues et changeantes se présente à nos oreilles. Et c'est effectivement ce qui se produit au long de ces quatre pistes, soutenues par une production évidemment amateur, mais collant merveilleusement au propos. Ou l'art de maîtriser le sale, en quelque sorte. 
L'influence de Neige et de ses comparses est flagrante. La piste éponyme nous accueille comme il se doit tandis qu'un chant délicat et incertain se pose sur des mélodies claires-obscures qui évoquent les Ecailles de Lune d'Alcest. Sur "Laura Palmer's Spiritual Brother", c'est une impression de vacuité urbaine qui nous prend à la gorge, comme c'était déjà le cas chez Amesoeurs. Le chant, qui oscille entre hurlements saturés et « na-na-na » insouciants et noyés d'effets, s'ancre lui-même nettement dans l'esprit des modèles sus-cités. Les guitares elles aussi font le pont entre riffs circulaires et hypnotiques, traces d'un black metal en partie diluée au shoegazing et arpèges aquatiques noyés de reverb . Finalement, l'hommage ne se cache plus lors qu’arrive "Only Shallow", reprise du mythique morceau des My Bloody Valentine. Dire que l'originale serait dépassée - ou même égalée - serait mentir. Néanmoins, on sent que Mutiara est dans le vrai et parle une langue qu'il maitrise. Le coton noir et rose s'écoule de nos enceintes et vient embrumer nos esprits, qui ne demandent que cela. 

Mutiara Damansara, jeune formation caennaise, signe ici un bon (et court) EP. Le combo sait où il veut aller et ne se cache pas de ses influences post-black / shoegaze. Bien sur, on pourra reprocher un manque d'originalité vis-à-vis de ces mêmes influences mais pour l'heure, qu'importe. Car en effet, le propos est lisible, précis et atteint son but : se faire une toute petite place dans la scène post-black. La suite ? On l'espère bonne, car le potentiel est là. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5