5888

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mars 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-Peter Grundström
(chant)

-Jan Åkesson
(guitare)

-Annika Argerich
(claviers)

-Lasse Johansson
(basse)

-Fredrik Joakimsson
(batterie)

TRACKLIST

1) Fanatical Love
2) You Light The Way
3) End This War
4) With Someone Like You
5) Double Life
6) Hater
7) Will You Be Loved
8) In A Freezing House
9) Notorious
10) Desolation

DISCOGRAPHIE

Monolith (2013)

Stonelake - Monolith
(2013) - hard rock - Label : Massacre Records



Stonelake est un groupe de hard rock suédois. Pour leur sixième album, intitulé Monolith, ils ont décidé de monter le son et de proposer une musique bien plus metal que hard rock. Le tout se veut progressif et puissant. Et il est vrai qu’à l’écoute de cet album, on ne pense pas directement aux premières influences du groupe (Led Zeppelin, Van Halen, Whitesnake…). J’ai toujours un peu de mal avec le terme "progressif" qui se retrouve dans beaucoup de descriptifs de groupes sans que l’on sache trop à quoi cela correspond. Ici, la musique sera qualifiée de progressive avant tout parce qu’elle montre sa pleine mesure après plusieurs écoutes.

Stonelake ne produit en effet pas une musique qui m’a marqué dès les premiers passages. J’ai même été d’abord quelque peu dubitatif, le groupe produisant une musique qui n'est pas a priori ma tasse de thé. Mais au fur et à mesure des écoutes, Monolith se dévoile et on remarque le vrai travail en profondeur des morceaux. Les riffs sont nombreux et il n’y a jamais vraiment recours à une quelconque forme de facilité. Ainsi, les mélodies sont rarement directement évidentes. En cela, le terme "progressif" s’adapte à ce Monolith. Stonelake fait clairement passer les ambiances avant l'efficacité directe. Bien qu’il se caractérise lui-même comme hard rock mélodique, Stonelake développe souvent des ambiances glauques et inquiétantes ("With Someone Like You", "Fanatical Love", "Hater"). Les guitares sont graves et les parties leads restent réservées aux soli. Ces derniers, sans être mémorables, ont le bon goût d'éviter les clichés, renforçant donc efficacement les morceaux. Les claviers, discrets, apportent une touche très agréable aux morceaux. Ils sont certes un peu en retrait, mais participent activement à l’ambiance de l’album. L’équilibre claviers / guitare est trouvé. Cependant, je rassure ceux dont le terme "progressif" a fait hérisser les poils : Stonelake ne produit pas une musique complexe dans ses structures. Ce qui n'empêche pas les morceaux d'être riches.
J’ai bien du mal à décrire précisément le style de musique que nous joue Stonelake. Ils citent Masterplan en référence, mais j’avoue que leur melting pot est un peu étrange. Du "very hard rock" peut-être ? Et finalement, n’est-ce pas leur plus grande force ? Car les riffs lourds et graves des guitares, sur lequel se pose le chant très hard rock de Peter Grundström donne une identité forte à cet album. En cela, Stonelake profite de leur grande expérience (la première rencontre entre le guitariste et le chanteur date de 1984…) pour évoluer et on ne peut que les féliciter pour cela. Le fait que je n’ai pas été emballé par mes premières écoutes montre la richesse de l’ensemble. Surtout que Stonelake a su glisser discrètement quelques morceaux accrocheurs immédiatement histoire que l’auditeur creuse un peu l’ensemble. Je pense à l’excellent "End This War" (certainement le meilleur morceau de l'album) ou au tubesque "Will You Be Loved" (qui doit être jouissif en live). Le chant de Peter Grondström fait beaucoup pour le plaisir de l’écoute. Passant de voix graves et inquiétantes jusqu’à des cris stridents, il possède une palette bien large, très hard rock. Il donne un petit côté old school, là où la musique est quand même plus moderne.


Après une première écoute mitigée, Monolith dévoile peu à peu ses qualités. Varié mais cohérent, moderne avec une touche old school, il possède une personnalité affirmée entre hard rock et metal et une vraie richesse dans les compositions. Le choix de durcir le ton est une excellente idée, Comme quoi, on peut être des vétérans du hard rock et proposer une très bonne surprise ! Plus j'écoute ce Monolith et plus il me plaît... N'est-ce pas la marque d'un excellent album ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7