5758

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 27 janvier 2013
Sa note : 9/20

LINE UP

-Dany All
(chant+clavier)

-Stefano Paolini
(guitare)

-Lorenzo Costi
(basse)

-Fransesco Zanarelli
(batterie)

TRACKLIST

1) Follow The Fog
2) At The Gates Of The Silent Storm
3) Black Era
4) The Fog Lord
5) The Scream Of The Thunder
6) A Legend To Believe In
7) The Dark Prophecy
8) A Day Of Fire
9) Our Last Nightfall
10) Strength Of The Hopeless
11) The March Of The Grey Army
12) Of War And Resurrection

DISCOGRAPHIE


Fogalord - A Legend To Believe In
(2013) - metal symphonique speed metal repompé - Label : Limb Music



Attention : si vous êtes d'une nature un peu faible, que votre cœur n'est plus aussi solide que lors de votre prime jeunesse et que les émotions trop fortes vous sont proscrites, ne posez pas une oreille sur Fogalord. Parce que le taux d'épicness que contient cette musique suffirait à terrasser le plus morne des comptables et lui faire instantanément acheter une vaillante épée à deux mains, un fidèle destrier et aller galoper dans la campagne pour occire dragons, gobelins et autres créatures maléfiques en poussant de puissant « woooh-ooooh-oooooh ».

Ou, plus probablement, vous rigolerez / soupirerez un bon coup et passerez assez vite. Parce que Fogalord, malgré d'évidents efforts à coups de cuivres vrombissants et de double pédale vigoureuse, ne parvient pas à provoquer beaucoup plus qu'un sourcil poliment levé. C'est rapidement compréhensible quand on regarde le CV de Dany All, leader et maître à penser du groupe, qui avait déjà proposé le très médiocre projet Synthfonia Suprema en 2006, qui n'était pas, loin s'en faut, rester gravé dans les mémoires. Fogalord reprend la même approche (sans les sons de claviers un peu rigolos proposés à l'époque), à savoir du speed metal symphonique et épique, mélange de Rhaspody, de Manowar, Pathfinder ou encore Heavenly. Rien qu'avec ces quelques noms, vous imaginez sans peine l'ambiance proposée sur ces cinquante-cinq minutes de musique. Et si tout n'est pas à jeter, loin de là, il n'y a pas non plus grand chose de notable.
Les musiciens sont bons, le chanteur assure avec une voix générique mais agréable et le guitariste sait proposer quelques bons solos, eux aussi certes très convenus, à base de shred et autres sweeping mais ma foi bien dans le ton général. Non, le principal soucis, c'est le centre même du projet de Fogalord, à savoir le côté épico-symphonique. Ici, quand tout n'a pas déjà été entendu 500 fois, c'est le reste qui sonne presque forcé, à coup de riffs médiocres (l'intro de "A Day Of Fire"), d’arrangement pompeux et prévisibles ("At The Gates Of The Silent Storm"), de refrains mous ("The Scream Of The Thunder") ou d'ambiance barde celtique avec binious et autres flûtes horripilantes ("The March Of The Grey Army"), sorte de passage obligé, dirait-on, pour tout album de fantasy speed épique. Autant dire, donc, que A Legend To Believe In ne brille que trop rarement et trop faiblement.
Le plus gênant, finalement, au delà de l'aspect médiocre du groupe, c'est le côté repompe éhontée et sans scrupule des groupes passés avant eux. Soit, Fogalord vient d'Italie, et retrouver du Rhapsody dans leur musique ne surprendra donc personne. Mais des intros comme celle de "The Scream Of The Thunder" ou des ballades comme "Our Last Nightfall" semblent avoir été écrites directement par Turilli & Cie un jour où l'inspiration ne venait pas vraiment. Ce sentiment d'avoir affaire à un ersatz de plusieurs groupes déjà pas toujours grandioses ne lâche donc que trop peu l'auditeur qui risque vite d'avoir l'impression d'avoir affaire à une copie chinoise d'un grand produit de marque, avec le risque qu'au bout de 3 écoutes, ça soit assez. Il restait le gros pavé de 15 minutes concluant le CD pour remonter le niveau, mais rapidement, le couperet tombe : rien de palpitant. Le pompon, c'est ce riff au bout de 9 minutes : si Manowar ne porte pas plainte, c'est que ça se réglera épée en main sur une plaine sinistre et embrumée. Je ne donne pas cher des Italiens.


Fogalord vient donc grossir les rangs des copies de Rhapsody et consorts avec ce A Legend To Believe In qui, sans être totalement honteux et raté, n'avance comme unique argument que le fait de s'inspirer des grands noms du mouvement, sans parvenir à créer quelque chose d'original et de pertinent. Fans peu regardants de Manowar et Rhapsody, mettez vos virils bracelets de force et foncez chez votre disquaire. Les autres, restez chez vous, il ne fait pas beau dehors. Trop de brouillard.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5