5750

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 26 janvier 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Josh Ditto
(chant+claviers)

-James Houseman
(guitare)

-Jack Daniels
(guitare)

-James Red Cloud
(basse)

-Brice Voyles
(batterie)

TRACKLIST

1) City Of Corpses
2) A Beautiful Day For Vengeance
3) Into Darkness We Ride
4) Our Fallen Comrades
5) Where We Are Going We Don't Need Roads
6) Would the Angels Say
7) In Loving Memory

DISCOGRAPHIE


Hope for the Dying - Hope For The Dying
(2008) - melodeath - Label : Strike First Records



Il est très rare que j’écoute des EP, et ce pour de nombreuses raisons. Le son est souvent mauvais et la durée d’écoute trop courte. En effet, fan de musique progressive, je trouve affreusement court un album qui ne dure que 45 minutes. Et pourtant, j’ai jeté une oreille distraite sur le premier effort d’Hope for the Dying, un groupe de melodeath christique. Sobrement appelé Hope For The Dying, cet EP ne dure que 36 minutes. Et si j’ai pu passer assez d’écoutes pour en faire une chronique, c’est bien que ça en valait le coup, non ?

Et pourtant, ce n’est pas le premier morceau qui a pu me rassurer. L’EP s’ouvre sur "City Of Corpses", qui ne dure pas moins de 7 minutes (ce qui en fait le morceau le plus long de la galette). Malgré sa longueur, ce morceau est certainement le moins intéressant de l’ensemble. L’intro est trop longue, le morceau n’en finit pas et la batterie tabasse bêtement. Que dire des guitares qui, dès qu’elles plaquent un accord, semblent souffler dans nos haut-parleurs ? Heureusement, le groupe parvient à se faire remarquer avec des parties leads véloces et aériennes. Suffisamment pour passer à la suite, bien plus enthousiasmante. Car si le son du groupe reste assez crade, les morceaux se font plus originaux et accrocheurs. "A Beautiful Day For Vengeance" est terriblement accrocheuse (et courte), "Into Darkness We Ride" possède un refrain en voix clair très réussi, "Would the Angels Say" propose une intro guitare/piano très reposante et "In Loving Memory" termine l'EP en montrant les pulsions progressives du combo… Bref, le groupe sait se montrer original et varié. Tout en gardant une base solide de death metal mélodique, le groupe varie assez son propos grâce notamment à des guitares toujours très inspirées.
Le chant hurlé est assez quelconque mais pas désagréable pour autant. Les rares passages en voix claire ("Into Darkness We Ride", "City Of Corpses", "In Loving Memory") sont utilisés avec parcimonie et toujours inspirés. C’est une bonne chose que le groupe n’en abuse pas. Cependant, même s'ils sont peu nombreux, ces moments aèrent un peu l’album, tout comme quelques passages au piano ou acoustiques, plus calmes, qui reposent l’auditeur. Néanmoins, c’est dans les guitares que l’on retrouve le principal intérêt du groupe. Souvent très aériennes, aux influences néo-classiques évidentes, elles sont omniprésentes. Les soli sont souvent inspirés ("A Beautiful Day For Vengeance"). Il faut dire que le groupe a ici un son très brut. Les synthés sont très rares (malgré une intro remarquée sur "Our Fallen Comrades") et les chœurs inexistants. Malgré quelques erreurs de jeunesse (des intros parfois un peu lourdingues pour "Our Fallen Comrades" et "City of Corpses") et un batteur pas super passionnant, le groupe s’en sort plutôt bien pour un premier effort.


Comme souvent pour un EP, la musique est loin d’être transcendante, pénalisée par une production qui n’est pas toujours à la hauteur. Souffrant de ces quelques écueils, cette galette laisse paraître le talent évident de composition du groupe, sans pour autant dissiper les doutes. Heureusement, le premier album viendra confirmer les qualités de la formation qui saura se transcender pour passer un cap. Une sympathique découverte.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7