5594

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 17 novembre 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-ar-Ra'd al-Iblis
(chant)

-Cain Letifer
(guitare+chant)

-Semjaza 218
(guitare)

-Akhkhar
(basse)

-C. Docre
(batterie)

TRACKLIST

1) Nexus Aosoth Lykaria Hecate
2) Adharma
3) Glory Crowned Son of the Thousand Petalled Lotus
4) The Hollow Wedjat
5) The Sloughted Scales of Separation
6) Vitalising the Red-Purple in Asher-Zemurium
7) Black Kundalini

DISCOGRAPHIE

Sunyata (2012)

Acrimonious - Sunyata
(2012) - black metal - Label : Agonia Records



Le groupe vient de Grèce et nous présente une superbe pochette, pour une fois vraiment différente de ce qui se fait dans le metal, on se croirait presque en plein prog' occulte à ce niveau. Pourtant, l'ambitieuse biographie annonce un album, tenez-vous bien, pour les fans de : Dissection, Morbid Angel, Mayhem et... Iron Maiden. J'en connais qui risquent d'avoir du mal. C'est souvent le problème des bios, ça peut aider, mais ça en dit parfois trop. Finalement, le plus utile va être de se faire une opinion par soi-même.

L'intro met dans un contexte classic rock, il n'y a pas de doute là-dessus, on navigue entre bruits lointains et violoncelle, c'est sombre et accompagne jusqu'à la première chanson avec une efficacité toute trouvée. On y trouve cette touche occulte rituelle qui va régulièrement transpirer de l'album par ces interventions d'orgue ("Lykaria Hecate") ou ces noms de chansons à dormir debout. Musicalement, le blast quasi mid tempo et le riff plantent le groupe dans l'horizon black metal mais effectivement, on entend du heavy metal ici-bas. La composition est à ce propos recherchée et fait appel à la diversité des rythmes puisque de nombreux changements sont à prévoir avec breaks, tourbillons de guitare et passages éthérés.
Acrimonious va conserver ce cap sur tout l'album pour fournir une belle homogénéité dans sa diversité. On entend clairement du Dissection sur les riffs les plus mélodiques, énormément de Krallice sur "The Sloughted Scales of Separation" et le reste est enrobé d'un son froid black metal, suffisant pour s'assurer un soutien des fans du genre, même s'il pourrait être plus consistant. Les chansons étant toutes comprises entre 6 et quasi 9 minutes, armez-vous de patience pour en faire le tour. C'est une bonne nouvelle pour la durée de vie de cet album mais c'est aussi un piège qui impose d'avoir des riffs solides sous peine de provoquer l'ennui de l'auditeur. Heureusement, comme l'homogénéité évoquée plus haut s'applique aussi à la qualité des compositions, on sent qu'on commence à tenir le bon bout.
Bon bout qui se révèle sous la forme de riffs vraiment bons pour certains, et mieux encore, il n'y a pas de chanson particulière à citer ici, chacune en comporte son lot. Vous direz à juste titre que ce n'est pas trop dur quand on n'a que 7 chansons longues. La longueur des chansons est fort heureusement atténuée par les interventions hors propos black metal : on a parlé d'orgue, mais attendez également des chants incantatoires (la logique est là : l'occulte, le rituel) et de superbes guitares sèches. Et il faut le souligner, la basse s'entend pour réciter des lignes bien à elle, toujours agréable. Toutes ces qualités mises bout à bout font donc un disque très agréable qui appelle à la réécoute, et il les nécessite de toute manière. Son principal écueil réside donc dans sa longueur qui en fera fuir certains car le reste et vraiment à un bon niveau, merci à la très black "Glory Crowned..." au passage.


De belles chansons, une vision sur le long terme et des qualités techniques à la hauteur de la diversité proposée, faut-il espérer plus ? Toujours, toujours espérer plus... Mais dans le cas présent Sunyata est un deuxième album qui n'augure rien et qui inscrit dans le présent les promesses des Grecs. Evidemment, certains pesteront sur ces mid tempi trop présents, cette longueur trop importante et la difficulté à assimiler l'oeuvre. Des points valables mais qui confèrent justement une qualité indéniable à cette belle surprise, encore chez Agonia, label décidément en forme.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6