5533

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 27 octobre 2012
Sa note : 11/20

LINE UP

-Vetis Monarch
(chant + guitare)

-Rom Surtr
(guitare)

-Kha Tumos
(basse)

-The Disciple
(batterie)

TRACKLIST

1) The First Witnesses of Lucifer
2) Vanguard of the Morning Star
3) Crepuscular Swamp, Unhinged Swine
4) Liber Lilith
5) Grotesque Carven Portal
6) Embers and Revelations
7) Disavowing Each in Aum
8) Shahenshah

DISCOGRAPHIE


Weapon - Embers and Revelations



En provenance du Canada, Weapon est un groupe qui commence à monter. Ayant joué avec des groupes de renommée internationale comme 1349 ou Marduk, le combo canadien a aussi opéré un changement de label : autrefois sur Agonia Records, ils sont maintenant signés sur Relapse Records, label qui, lui aussi, n'est pas un parfait inconnu. D'autant plus qu'il s'agit du troisième opus de la formation de black / death. Embers and Revelations n'est pourtant pas un disque facile à appréhender.

La première écoute peut même s'avérer plus que repoussante, pour ne pas dire déstabilisante. Le son du quatuor est assez particulier : avec une production très organique qui fait ressortir les instruments selon l'ambiance voulue par la formation, l'atmosphère qu'ils tentent de poser est ainsi beaucoup plus présente qu'elle n'aurait pu l'être avec une prod' différente. Et ça en devient parfois oppressant, tant la musique n'est pas évidente à apprécier dès les premières écoutes. La faute à une formation qui, avouons-le, n'avance pas vraiment dans les sentiers battus. Disons qu'on obtient parfois un fond black sur des riffs thrash où l'on pose des vocaux qui tranchent, eux aussi, avec tout ce remue-ménage. Parfois ça fonctionne, parfois non.
Quelques titres sortent du lot, ceci dit. "Vanguard of the Morning Star" a un petit côté Immortal dans les riffs qui lui donnent une consistance assez savoureuse, d'autant plus que question composition, on sent que la piste a été soignée aux petits oignons. "Liber Lilith" voit l'arrivée d'un côté purement black / death, avec des éléments plus thrashisants, et des airs de Behemoth apparaissant de temps en temps. Cependant, à leur avantage, on ne peut heureusement pas dire que le brûlot nous fera jouer à savoir qui influence Weapon sur chaque morceau. Le combo garde tout de même une identité, chose qui n'est pas aisée à conserver aujourd'hui. Et ce point-là est plus que profitable aux Canadiens !
Mais parfois la mayonnaise ne prend pas. Premièrement, le chant de Vetis Monarch manque encore réellement de saveur et d'identité, pas mauvais intrinsèquement mais un peu trop passe-partout. Deuxièmement, à force d'aller parfois dans tous les sens, nous sommes complètement perdus. On ne sait pas toujours où Weapon veut en venir, et cela commence dès l'ouverture "The First Witnesses of Lucifer", manquant de cohérence. Et ce défaut se répétera un peu trop souvent, tant et si bien qu'il est difficile de suivre la démarche jusqu'au bout. Les huit morceaux deviendront vite fatigants et ne parviendront pas à briller par leur composition, en dépit de tous les efforts du groupe, en particulier sur une guitare qui, elle, excelle de bout en bout, et sur une production qui leur sied.


Embers and Revelations est difficile à apprécier. Pourtant, les bonnes idées sont là et l’exécution ne manque pas de talent. Et la touche d'originalité, elle, renforce encore plus une identité assez forte développée par les Canadiens. Il manque cependant de la cohérence pour pouvoir capter l'attention sur tout le lot, tant le disque est indigeste. Une fois l'écoute terminée, il est difficile de vouloir revenir dessus, et ce même avec les qualités de Weapon.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7