5083

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 27 février 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-WoLand
(chant+claviers+programmation)

-SerZh
(guitare+programmation)

-Vlast
(batterie+programmation)

TRACKLIST

1) I Feel Rage
2) Like A God
3) Illusion
4) Pain
5) 
Illusion (Remix)

DISCOGRAPHIE

Illusion (2012)

Taina - Illusion
(2012) - electro Electro / Indus / Darkwave - Label : Autoproduction



En général, en matière de musique, l’habit fait le moine. Exemple : la tenue vestimentaire de nos amis de Dimmu Borgir, nous avertit qu’il ne s’agit pas d’un groupe de reggae. Si l’on vous disait que Morcheeba pratiquait du black-metal symphonique, ça ne cadrerait pas non plus. Pour Taina, c’est pareil. Si vous regardez le début du vidéo-clip "I feel Rage", où les trois musiciens affichent un look mi-Combichrist mi-Rammstein, vous allez penser avoir à faire à de l’électro plutôt métallisé. Et vous aurez raison ! Avec Illusion, les trois allemands ont pondu un EP (autoproduit) percutant et mélodique à la fois, dans la veine des deux groupes sus-nommés, mais aussi – et surtout de « vieux » groupes électro-indus comme Nine Inch Nails ou KMFDM.

Moins orienté « grosses guitares » que Rammstein, Tania cherche – et trouve – le bon équilibre entre riffs accrocheurs et mélodies synthétiques. La recette ne date pas d’aujourd’hui, certes, mais le résultat est ici diablement efficace. Sur les quatre titres que propose l’EP (cinq si l’on compter le remix de "Illusion", parfaitement inutile, comme le sont presque toujours les remix), trois sont de très haut niveau. Si sur "I Feel Rage" le groupe ne se lache qu'à moitié, l’ensemble décolle vraiment avec " Like a God". Sur un tempo rapide, Taina nous montre l’étendue de son savoir-faire en combinant parfaitement guitares acérées et mélodie synthétique carrément accrocheuse. Deuxième tempo fort, "Illusion" commence avec un sympathique petit riff (que l’on jurerait samplé…) avant de donner dans de l’électro-indus pur jus. Si Trent Reznor se mettait alors à pousser la chansonnette, on n’en serait guère surpris…
"Pain" s’éloigne du classicisme electro pour s’aventurer sur le terrain du drums’n’bass, et, encore une fois, si Taina n’invente rien, le groupe a le mérite de très bien faire les choses. Le rythme syncopé et les synthés évoquent Pendulum et cet agréable cocktail donne bien l’envie à tout auditeur amateur de musique synthétique et dynamique d’onduler au rythme de l’agression sonore. Le seul petit bémol de cet EP rondement mené tient au chant : si Rammstein chantait en allemand, le sieur WoLand a décidé de s’exprimer dans le langue de Shakespeare. Peut-être fait-il exprès de chanter avec un tel accent germanique, mais toujours est-il que le résultat peut agacer un brin l’oreille, ou prêter à sourire. Il s’agit, bien entendu, d’un simple détail trop anecdotique pour pouvoir gâcher cet oeuvre de bonne qualité.


En conclusion, Taina délivre avec Illusion qui ne révolutionnera certainement pas le genre, mais qui aura le don de ravir les oreilles de tout amateur d’électro-indus bien rythmé. Partisans du « true metal » et gardiens de l’orthodoxie, vous pouvez passer votre chemin. Hérétiques adeptes du mélange entre darkwave et guitares électriques, c’est album est fait pour vous. La bonne harmonie existant entre guitares, synthés section rythmique ne devrait pas vous laisser de marbre. Ah, et puis un détail qui a son importance : le mini-album est disponible gratuitement sur le site du groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1