5027

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 30 janvier 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-Sara Squadrani
(chant)

-Fabio Balducci
(guitare)

-Claudio Pietronik
(guitare)

-Martino Garattoni
(basse)

-Daniele Mazza
(claviers)

-Federico Gatti
(batterie)

TRACKLIST

1)Struggle for Life
2)To the Mast of Darkness
3)Gates of Noland
4)Broken Illusion
5)All that Is True
6)Valiant Ride
7)7)
Dinanzi al Flagello
8)Soullless Child
9)Through My Veins
10)Hope Dies Last

DISCOGRAPHIE


Ancient Bards - Soulless Child
(2011) - speed metal - Label : Limb Music



« Power metal italien ». On se fait tout de suites des idées, ça y est ça va parler de dragons et d'épées et d'une quête d'un ou plusieurs héros. Bingo, avec Ancient Bards on est en plein dedans puisqu'ils nous content une histoire (normal vu le nom du groupe). Soulless Child est leur second album après The Alliance of the Kings.

D'un point de vue musical, Ancient Bards s'en sort avec les honneurs. Leur power metal est agréable, et passe comme une lettre à la poste, avec des rythmiques effrénées et efficaces, des refrains marqués et marquants et de véritables bombes : "Valiant Ride" et "Gates of Noland", deux titres incisifs et directs, sont enchanteurs, avec une mélodie plus qu'efficace, des chœurs en soutien qui ne sont ni pompeux, ni de trop. Mention spéciale à la première qui a franchement une mélodie remarquable, qui reste en tête longtemps, et c'est une force de nos Italiens. Ils réussissent à ré-utiliser quelque chose de déjà vu (l'influence de Rhapsody, de Dragonforce et des vieux Nightwish est très présente), mais à transformer ce qui pourrait être un défaut en une arme de destruction massive. La guitare est bien en place, délivrant des solos impeccables et se trouvant être moins démonstrative que sur un premier opus qui souffrait encore trop de cet aspect là, et les autres instruments sont, eux aussi, bien en place.
Alors il sera facile de trouver une critique sur l’inexistante originalité de la formation, ce qui est réel. Le groupe manque encore d'une personnalité propre, les influences prenant parfois un peu trop d'espace. Cependant, le plaisir lors de l'écoute est bel et bien là, et reconnaissons au moins à Ancient Bards une vraie capacité à composer. En cela, ils se démarquent de pas mal de groupes italiens de power. La production est carrée, disposant chaque élément là où il doit être. Et le chant, lui, est bon aussi, surtout qu'il est confié à une femme. Mais Sara Squadrani s'en tire brillamment. Son timbre assez particulier ne plaira peut-être pas à tous, mais sa maîtrise, elle, est avérée. Juste et précise, elle s'incorpore à ravir au sein des titres. En clair, elle réussit à garder assez d'intérêt pour contribuer à donner le côté épique souhaité par la formation, côté épique qui brille tout au long de l'écoute de ce Soulless Child qui a des arguments à revendre.
Par contre, là, un élément laisse sceptique : ce chant masculin hideux sur "Through My Veins", qui ruine un peu le morceau. Pourquoi ?! On ne comprendra sûrement jamais. Il faut donc se concentrer sur les pistes intéressantes, et elles le sont presque toutes. L'intro, une interlude et ce morceau ci-dessus de côté, on a une ballade émouvante et touchante ("All that is True"), des hymnes power tubesques ("Gates of Noland", "Broken Illusion", "Valiant Ride"), un titre d'introduction qui met bien dans l'ambiance ("To the Master of Darkness"), un long titre final de grande qualité ("Hope Dies Last") et, enfin, le titre mystérieux, plein d'ambiances (l'éponyme). Si les titres sont longs, l'ennui n'est pas de rigueur et la diversité permet à chacun de trouver quelque chose à sa convenance. Le point que se doit de creuser le combo italien maintenant, c'est de trouver son identité pour que ces morceaux sonnent comme du Ancient Bards, et non comme tel ou tel autre groupe (et virez le grunt masculin hideux sur "Through My Veins" !)


En conclusion, Ancient Bards possède un fort et sérieux potentiel. Les capacités sont là, la technique et l'émotion aussi et le point à améliorer, c'est vraiment de trouver une personnalité propre. C'est l'exercice le plus difficile, et s'ils y arrivent, ils entreront dans les grands noms du genre. Allez, plus qu'à les voir bosser ça, et le prochain va être génial.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2