4988

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 18 février 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Johan Norström
(chant)

-Stefan Vidmark
(guitares)

-Olov Häggmark
(basse)

-Tommy Nilsson
(batterie)

TRACKLIST

1)The Soil Turns Red
2)DeReign
3)The Seed Left Behind
4)Concept: Anarchy
5)The Destroyer
6)I, You
7)Saviour

DISCOGRAPHIE


Terrortory - The Seed Left Behind
(2011) - melodeath thrash progressif - Label : Discouraged Records



A l’automne 2000 le bassiste/chanteur Johan Norström forme Terrortory avec les guitaristes Michael Bergvall and Stefan Widmark. Depuis le line up s’est complété notamment avec le bassiste Olov Hägglund et tout récemment le batteur Tommy Nilsson. Ce qui est intéressant c’est que la musique des Suédois n’est pas cantonnée à un seul genre. Les influences viennent principalement du death et du thrash, donnant pour résultante un mélange complexe.
 
Nous avons entre les mains un disque assez compact (sans faire de mauvais jeu de mot), en effet : sept titres pour quarante minutes, c’est du lourd. Finalement ce n’est pas si répandu dans le genre où habituellement les titres sont plutôt courts et directs. Et pourtant ça démarre tout en finesse sur de douces notes de piano qui instaurent une ambiance plutôt inquiétante renforcée par des guitares claires. Le riff se lance et est vite repris sur le couplet par la basse, un bien bel effet, simple mais efficace. Le chant au prime abord fait penser à du black plus qu’à du death. A vrai dire, ce titre est vraiment intéressant car il évolue progressivement et alterne des passages calmes avec d’autres plus hargneux. Cela rappelle légèrement par moments In Flames période Clayman. C’est clairement à prendre comme un compliment. Passé la moitié, un break pour le moins inattendu fait son apparition suivi par un solo tout en finesse. Cet opener est une réussite et ses sept minutes passent très vite. Et le plus fort c’est que le groupe ne rentre pas dans tel ou tel cliché de genre, non il suit son propre chemin. En revanche le son aurait pu être plus clair, la batterie n’est pas très sexy et sonne très underground ; remarquez, c’est peut-être voulu. Le chant est très mis en avant dans le mix, ce qui donne un aspect très agressif à la musique en général.
"DeReign" est clairement plus rentre dedans et plus classique avec sa structure taillée pour l’exercice du single. On note l’incursion du chant clair plutôt pertinent avec son aspect froid. "The Seed Left Behind" est plus dans la veine du premier morceau avec ses ambiances à la In Flames. Un passage acoustique vient pointer le bout de son nez (tient tient comme la bande à Björn Gelotte), et ça fonctionne vraiment bien dans ce long morceau, il permet de souffler avant de réattaquer de plus bel. Le titre se finit avec des chœurs dans une ambiance gothique complètement improbable, c’est juste génial. Et le disque se poursuit de manière cohérente jusqu’à la fin, continuant d’alterner les longues phases agressives, les breaks calmes, du chant claire et les solos qui apportent la touche technique. "I, You" déçoit néanmoins avec sa structure très convenue, seule la fin apporte de la matière. Ca sera sur "The Destroyer" que le groupe s’illustre vraiment avec un morceau assez riche qui présente les incursions de chant clair les plus franches. "Saviour" joue dans le même registre, à savoir celui des contrastes, on regrettera néanmoins la prise de risque sur ce morceau, minimaliste. Mais en prenant suffisamment de recule, on se dit que rien n’est à jeter sur cet album, et ça, on apprécie.


Les Suédois nous offre un disque plutôt séduisant, certes ça ne respire pas la franche joie mais c’est consistant. La production vient un peu ternir le tableau, on imagine ce que ça pourrait donner avec une production plus puissante et claire. Mais le plus notable est l’aspect progressif de leur musique, avec des structures peu conventionnelles, ils réussissent à lier les riffs rapides du thrash avec les éléments lourds du death. Le disque demande en contrepartie un temps pour être apprivoiser mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3