4413

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été mise en ligne le 05 février 2011
Sa note : 04/20

LINE UP

Corporate Death
(guitare+chant)

Nefarious
(basse+chant) 

Dennis The Menace
(batterie)

TRACKLIST

1) Locusta 
2) Nero's Inferno 
3) The Black Knight 
4) Dracula 
5) Countess Bathory (Venom cover) 
6) Burke and Hare 
7) Mary Ann 
8) The Bloody Benders 
9) Lizzy Borden 
10) The Ripper Tramp from France 
11) Bella the Butcher 
12) The Kiss of Death 
13) The Sweet Tender Meat Vendor 

DISCOGRAPHIE


Macabre - Grim Scary Tales
(2011) - death metal barré grindcore Murder Metal - Label : Decomposed Records



Vous n'êtes peut-être pas au courant, mais Macabre est un vieux groupe culte. Vieux parce que ce trio traîne ses guêtres depuis la fin des 80's et culte parce qu'ils mélangent leur death avec d'autres genres dans la grande tradition des groupes barrés. Sur le papier, c'est donc très alléchant et si vous faites partie des amateurs, votre curiosité est sans doute piquée au vif. Mais les Éternels tiennent à vous rassurer tout de suite. Vous pouvez continuer à les ignorer.

Les rednecks de Macabre ont acquis beaucoup d'expérience avec le temps c'est certain. Mais on est en droit de se demander ce qu'ils en ont fait. Car leur mélange de grind, thrash, death, grunge, pop, bal musette et country est en effet complètement insupportable et d'une insondable nullité. Si la fusion des genres a souvent fait avancer la musique, elle serait plutôt en net recul dans ce cas. Et le cauchemar débute dès le second titre ou le chant grandement théâtral de Corporate Death s'avère totalement insupportable. Il réussit aussi l'exploit d'être constant dans la médiocrité mélodique tout au long du disque et chaque refrain devient vite une épreuve que ne passeront que les élus atteints de surdité.

La musique du groupe donne donc des envies de meurtre. Ce qui est assez cohérent vu que le groupe a sobrement intitulé son genre le Murder Metal. D'ailleurs la cohérence est bien le seul élément où le groupe se sent à l'aise. En effet, les titres s'enchaînent de manière fluide malgré l'aspect varié des structures. On peut sans trop s'avancer mettre cela sur le compte d'une production ultra linéaire et l'absence totale de toute notion de songwriting. Si l'aspect instrumental est moins catastrophique, on notera tout de même une section rythmique pas toujours en place et une propension à aligner des riffs bien clichés dans chaque genre abordé. 


Il suffit d'écouter à la suite "Mary Ann" (la ballade de la honte), "The Bloody Benders" (la country de l'horreur) ou bien "The Black Knight" ( le black-death-musette théatral) pour se rendre compte de l'étendue des dégâts. Et même pris au 128ième degré, vous finirez bien vite par cauchemarder sur l'utilisation abusive de la double de Dennis The Menace accompagnant Corporate Death lors de ses aventures lyriques. Comme dirait ce bon vieux briscard TheDecline01, Macabre m'accable. Tout est dit.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1