4002

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 24 mars 2010
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-John Bush
(chant)

-Phil Sandoval
(guitare)

-Jeff Duncan
(guitare)

-Joey Vera
(basse)

-Gonzo Sandoval
(batterie)

TRACKLIST

1)Loose Cannon
2)Head On
3)Left Hook from Right Field
4)Get Off the Fence
5)Chilled
6)La Raza
7)Black Feet
8)Little Monkey
9)Blues
10)Bandit Country

DISCOGRAPHIE

La Raza (2010)

Armored Saint - La Raza
(2010) - heavy metal - Label : Metal Blade Records



Drôle de carrière que celle d'Armored Saint. Lassé de son rôle de loser magnifique, comme pas un paquet de groupes de heavy des années 80 ayant sorti pas mal d'albums bien foutus mais pas suffisants pour percer complètement, le groupe a décidé de revenir aux fondamentaux de la musique : jouer pour le plaisir. Terminé la frustration des albums qui ne reçoivent pas le succès commercial espéré, terminé les tournées harassantes pour jouer devant seulement 3 pelés et 1 tondu : aujourd'hui c'est le fun, et rien que le fun.


Armored Saint a donc adopté un rythme de sortie qui lui est propre, dicté par les nombreux aléas de la vie d'Anthrax et les atermoiements nés de sa relation tumultueuse avec John Bush. La dernière fois, ça ne leur avait pas trop mal réussi : alors qu'Anthrax était dans l'impasse, plombé par de grosses galères de label (remember Volume 8, l'album mort-né), John Bush était venu se changer les idées avec ses vieux potes. Résultat, un Revelations un peu inégal, mais truffé de morceaux de bravoure : "The Pillar", "After Me, the Flood", "Tension", "Den of Thieves" et j'en passe… Autant de bombes qui suffisaient largement à compenser une fin d'album un peu faiblarde. 10 ans après, Armored Saint remet le couvert, faisant encore plus fort que les 9 ans qui séparaient Revelations de son prédécesseur, Symbol Of Salvation. Un rythme digne de Def Leppard, à la différence non-négligeable qu'entre deux albums, les frères Sandoval and co sont obligés de bosser plutôt que de se la couler douce au soleil. La rançon du non-succès…

Armored Saint, c'est un peu comme un vieux pote : on a beau ne pas l'avoir vu pendant des années, on a l'impression de ne l'avoir jamais vraiment quitté. Malgré un succès assez modeste, le groupe pourra au moins se targuer d'avoir su créer son propre style, une sorte de patte immédiatement reconnaissable. Il y a bien sûr la voix inimitable de John Bush, mais aussi ce son particulier, limite désuet de nos jours, le rôle important de la basse de Joey Vera, ce véritable sens du groove qu'Armored Saint privilégie par rapport à la puissance pure… La somme de tous ces éléments fait que dès les premières secondes, on se sent à la maison. À tel point qu'on n'est même plus étonnés de voir le groupe se gaufrer sur le premier titre tellement on y est habitué. "Loose Cannon" n'a rien de honteux, pas plus que "Pay Dirt" sur Revelations, mais on sent bien que le registre rentre-dedans n'est pas celui qu'Armored Saint maîtrise le mieux. Pour entendre le digne héritier de "Reign of Fire", l'imparable opener de Symbol Of Salvation, on repassera une prochaine fois.

Mais peu importe, car les Californiens ont d'autres atouts dans leur jeu qu'ils ne tardent pas à abattre. Dès "Head On" en fait : ce genre de titres, c'est vraiment ce qu'Armored Saint sait faire de mieux. Le couplet bien heavy ne paie pas de mine, avec un John Bush qui parle plus qu'il ne chante ; mais arrivé au refrain, tout le monde se lâche et ça nous donne du bon heavy à l'ancienne, catchy, débridé, pas prise de tête… Le bonheur quoi. Armored Saint enfonce le clou avec "Left Hook from Right Field", un titre fait du même bois, avec un couplet un peu plus agressif. Par contre, pour les amateurs de heavy un minimum percutant, c'est à peu près tout. Hormis "Little Monkey", c'est surtout la facette heavy pépère d'Armored Saint qui est mise à l'honneur sur La Raza. "Get Off the Fence" donne le coup d'envoi d'une série de titres assez calmes et groovy, où "Chilled" et surtout "Blues" parviennent à tirer leur épingle du jeu. Dans un registre lent mais plus heavy, on saluera aussi "La Raza", sa rythmique alambiquée, ses percus et son refrain classieux.


Manifestement, prendre du recul a eu un effet plus que bénéfique pour Armored Saint. Le groupe n'a jamais été aussi bon que depuis qu'il a décidé d'éliminer toute forme de pression et de ne sortir des albums que lorsqu'il en avait envie. Après Revelations, La Raza est une nouvelle réussite, dans une voie un petit peu différente : moins agressif, plus groovy et posé. Tout juste pourra-t-on pinailler sur le manque de locomotives sur cet album, qui ne possède pas vraiment de grosses tueries comme on pouvait en trouver sur son prédécesseur, mais à part ça rien à redire. Vivement la suite, si suite il y a !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7