18531

CHRONIQUE PAR ...

124
Shamash
Cette chronique a été mise en ligne le 11 décembre 2020
Sa note : 18/20

LINE UP

-Alvino Salcedo
(chant+basse)

-Dave Grant
(guitare+chant)

-Preston Weippert
(batterie)

TRACKLIST

1) Regurgitated Communion
2) Entropic Self Immolation
3) Noctemnania
4) Consecrated and Consumed
5) Sulfuric Sodomy (Disintegration of Christ)
6) Baptized in Boiling Phlegm

DISCOGRAPHIE


Of Feather And Bone - Sulfuric Disintegration
(2020) - death metal - Label : Profound Lore Records



La mutation est un phénomène des plus intéressants. Ou comment voir se modifier, de manière souvent accidentelle, un corps pour devenir différent de ce à quoi il était initialement programmé. La nature nous offre de beaux exemples et certains artistes entendent bien faire de même, s’éloignant de leurs primes visions pour aboutir à de nouvelles créations.

Mais de quoi parle-t-il ? Encore bourré ce chroniqueur ? Que nenni, cette introduction a pour but de te présenter cette formation que tu ne connais certainement pas, cher lecteur. Of Feather and Bone, un groupe venu des États-Unis et qui a lentement su muter, voilà de quoi il est ici question. Le trio, dont la naissance date de 2012, a fait ses armes dans un style somme toute éloigné de ce qu’il offre en cette fin d’année 2020. En effet, les plus curieux, ou les plus instruits, savent que les premières sorties étaient clairement affiliées au hardcore. Alors, bien entendu, l’aspect sombre était déjà une marque de fabrique de Of Feather and Bone. Pas de musique joyeuse, mais un discours musical bien violent qui rappelait Nails ou Full of Hell. Surprise à la sortie de leur deuxième album, avec un changement de ton très prononcé. Les Coloradiens ont décidé de commencer leur mue en inscrivant leurs pièces dans un registre clairement death. Bestial Hymns of Perversion, aussi sympathique soit-il, ne parvenait pas à pleinement convaincre. Mais la base était là. Il fallait certainement laisser maturer cette dernière afin qu’elle devienne un véritable nectar.
Pour sa troisième offrande longue-durée, les gars de Denver ont en effet repris les choses où ils les avaient laissées. Le tout étant cependant mieux maîtrisé et encore plus personnel. Les eaux troubles et putrides d’un death crasseux sont une fois de plus invoquées pour vous offrir une baignade mémorable. "Regurgitated Communion" qui ouvre le bal ne fait pas dans la demi-mesure. Ça suinte de partout, avec des riffs simples, mais habilement exécutés. Et rapidement l’on prend conscience que l’un des points forts de la bête sera la production, quasi-parfaite. Un maelstrom sonore, ultra puissant, qui agresse les oreilles pour notre plus grand plaisir. Loin de sonorités trop aseptisées, mais sans tomber dans une bouillie inaudible, le travail effectué rend l’ensemble tout à fait délectable. L’on songe, à la découverte de ces ambiances bien glauques à des formations comme Dead Congregation, voire au Incantation du début des années 1990, tandis que les guitares pourraient évoquer parfois le travail de Rob Vigna de Immolation.
Malgré ces influences assumées, qui prouvent que Of Feather and Bone connaît et semble avoir appris de ces glorieux ainés, les trois membres de cette terrible créature ont réussi le pari d’offrir un death classique avec une touche unique. Et les traces de leur passé hardcore bien sombre ressurgissent dans l’ambiance générale qui se dégage. Les vocaux d’Alvino Salcedo sont en effet caverneux et instillent une atmosphère lugubre qui à de quoi subjuguer. La section rythmique est généralement assez impétueuse, mais se permet parfois quelques incartades dans un monde beaucoup plus lourd, à l’instar du passage central de "Noctemnania" ou sur le final de "Baptized in Boiling Phlegm". Ultra violent, Sulfuric Disintegration l’est. Pendant une demi-heure, les riffs assénés risquent de mettre à genoux les plus valeureux d’entre vous. Quel plaisir d’entendre de si virulents brûlots, exécutés avec autant de perfection.


Sans proposer une œuvre novatrice, le trio étatsunien a réussi le tour de force d’accoucher d’un, si ce n’est, du meilleur album de death de l’année. Brutal, âpre et impitoyable, les adjectifs ne manqueront pas pour décrire un disque qui fera, espérons le, date. Et qui amène Of Feather and Bone au panthéon des groupes de death américains actuels, en compagnie de Tomb Mold et Blood Incantation.






©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4